Le trio de présidences cherche à progresser sur le traité [FR]

  

Renforcer le rôle de l’Europe est l’objectif premier de l’actuelle présidence française et des futures présidences tchèque et suédoise. C’est ce qu’ont déclaré les représentants du trio de présidences en annonçant leurs priorités mises à jour au Parlement européen le 2 septembre.

Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Jean-Pierre Jouyet a affirmé que l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne constitue une priorité pour les trois présidences. Parallèlement, la France, la République tchèque et la Suède sont déterminées à assurer la continuité des politiques européennes. M. Jouyet a laissé entendre qu’il s’attendait à ce que le traité de Lisbonne entre en vigueur durant la présidence suédoise. 

Il a déclaré qu’il espérait que la mise en œuvre du traité de Lisbonne débuterait au cours de la présidence suédoise, qui succède les élections européennes et coïncide avec le renouvellement de la Commission européenne. 

Mais ses collègues ont évité toute référence au calendrier du nouveau traité européen. Cecilia Malmström, la ministre suédoise des Affaires européennes, a d’ailleurs préféré se concentrer sur le renforcement du rôle de l’Europe indépendamment du traité régissant l’Union. 

Selon elle, les événements de la semaine dernière ont démontré que les Etats membres de l’UE doivent chercher davantage d’outils pour travailler ensemble. Cela s’avérera extrêmement important au cours des mois et des années à venir. 

Interrogé au sujet de la détermination de son pays à ratifier le traité de Lisbonne, Alexandr Vondra, le vice-Premier ministre tchèque chargé de l’intégration européenne, a expliqué que la Cour constitutionnelle tchèque examine actuellement le traité (EurActiv 01/09/08). Selon lui, ce n’est pas au gouvernement d’imposer des délais à la Cour. M. Vondra a cependant indiqué qu’il s’attendait à une décision cet automne. Le débat retournerait alors devant le Parlement. La ratification du traité nécessitera une majorité de trois cinquièmes autant à l’Assemblée qu’au Sénat.  

M. Vondra a rassuré les eurodéputés avec humour : son pays n’est pas là pour leur rendre la vie difficile. 

Chaque intervenant a présenté brièvement le programme commun du trio de présidences, dévoilant ainsi les différentes priorités et préférences nationales. M. Vondra a mis en avant des questions telles que la sécurité énergétique – à plus forte raison avec la situation actuelle en Géorgie –, l’initiative « orientale » de partenariat (EurActiv 26/05/08), la mise à jour des relations transatlantiques après les élections américaines ou les perspectives d’adhésion des Etats des Balkans occidentaux. Quant à Mme Malmström, elle a particulièrement insisté sur le paquet « énergie et climat » ainsi que sur le traité de Lisbonne pour un renouveau économique, social et environnemental. 

Même si la version actuelle du programme du trio de présidences semble avoir été quelque peu modifiée suite au rejet du traité de Lisbonne par l’Irlande, certains passages, notamment la page 65, mentionnent cependant que le nouveau traité devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2009. 

Liens externes: 
Publicité