L'UE encore bien loin de son objectif pour 2020 en matière de recyclage

-A +A

 

Selon de nouvelles données publiées par l'agence européenne de statistiques, les Européens se débarrassent d'une grande partie de leurs déchets dans les décharges et de nombreux Etats membres ne seraient pas prêts d'atteindre les objectifs pour 2020 en matière de recyclage des déchets municipaux.

Les chiffres d'Eurostat montrent que les dix pays qui ont rejoint l'Union depuis 2004 entreposent la grande majorité de leurs déchets dans des décharges. Ils révèlent également que les anciens Etats membres, y compris la Grèce, l'Irlande, le Portugal et l'Espagne en difficulté financière, enfouissent plus de la moitié de leurs déchets.

Tous les déchets municipaux en Bulgarie et presque tous les déchets en Lituanie et en Roumanie sont entreposés dans des décharges, révèlent les chiffres d'Eurostat.

Selon l'agence européenne des statistiques, les Européens génèrent en moyenne plus de 500 kilogrammes de déchets par an, dont 300 kilogrammes de déchets alimentaires et végétaux.

« La gestion des déchets est vitale pour notre environnement, mais elle est également vitale sur le plan économique. Les déchets ont de la valeur s'ils sont bien gérés », a affirmé le commissaire à l'environnement, Janez Potočnik, dans une déclaration envoyée par courriel à EurActiv vendredi dernier.

« Le principal texte de loi européen sur les déchets, la directive relative aux déchets, interdit l'élimination incontrôlée des déchets et établit une hiérarchie claire de gestion des déchets qui oblige les Etats membres à favoriser la prévention, la récupération et le recyclage des déchets à la mise en décharge et à l'incinération », a-t-il expliqué.

Selon Eurostat, l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède se sont débarrassés de la totalité ou presque de leurs décharges en promouvant l'incinération, le recyclage et le compostage.

L'objectif 2020 en péril

Les statistiques montrent que l'UE devra encore parcourir du chemin avant d'atteindre les objectifs définis dans la directive relative aux déchets qui appelle au recyclage d'au moins 50 % des déchets ménagers d'ici 2020. Ce texte de loi a pour but de promouvoir une « société du recyclage » qui n'est apparemment pas encore en place dans tous les membres de l'Union.

Le taux de recyclage global de l'UE est de 25 %, bien que l'Allemagne (45 %), la Belgique (40 %) et la Slovénie (39 %) soient très proches de l'objectif.

Malgré les récents appels du Parlement européen en faveur de la réduction des déchets alimentaires et des matières organiques envoyés dans les décharges, seuls 15 % des matières organiques sont compostées en Europe, selon Eurostat.

Ces chiffres, publiés le 27 mars, se fondent sur les données récoltées en 2010, dans la mesure où ce sont les plus récentes disponibles.

Les Etats membres enregistrent toutefois des performances bien différentes. La Finlande et le Royaume-Uni envoient près de la moitié de leurs déchets dans des décharges et leur taux de recyclage est inférieur à celui des autres pays du nord.

Malte, un Etat insulaire, entrepose 86 % de ses déchets municipaux dans des décharges. L'Australie composte 40 % de ses déchets, ce qui en fait un réel leader en la matière dans l'Union. Les Pays-Bas arrivent deuxièmes avec 28 %.

Les pays « verts » préfèrent brûler leurs déchets

Le Danemark, qui a placé l'environnement au coeur de sa présidence du Conseil de l'UE, brûle 54 % de ses déchets municipaux, la plupart du temps pour générer de l'électricité. Il s'agit du taux le plus élevé d'Europe. Mais le pays n'arrive qu'à la dixième place dans l'Union en termes de recyclage.

Dans le même temps, la Commission européenne souhaiterait sévir contre les pays qui n'ont toujours pas transposé la directive sur les déchets dans leur droit national.

En janvier dernier, la Commission a menacé l'Allemagne de poursuites, car elle n'avait toujours pas adapté ces dispositions dans son droit national. L'exécutif européen est actuellement en train d'examiner la réponse du pays. Des procédures sont également en cours en Belgique, en Bulgarie, en Grèce, au Luxembourg, en Hongrie, en Pologne, en Finlande et en Slovaquie.

En janvier toujours, la Commission a repéré des décharges à Chypre et en Grèce où la pollution et les sacs plastiques seraient responsables de la menace qui pèse sur la survie des oiseaux, des tortues et d'autres animaux sauvages. Les fonctionnaires européens s'inquiètent également de la présence de décharges illégales en Grèce.

Une étude réalisée pour la Commission indique pourtant que la mise en oeuvre de la directive de l'UE sur les déchets pourrait permettre d'économiser 72 milliards d'euros par an.

« C'est la raison pour laquelle notre priorité est d'améliorer la mise en oeuvre de la législation existante au sein de l'UE en réduisant le nombre de décharges et en promouvant le recyclage », a affirmé M. Potočnik.

« Mais n'oublions pas que la mise en oeuvre et le respect du droit environnemental européen est une tâche partagée entre les autorités nationales, régionales et locales. »

Prochaines étapes: 

 

  • 12 déc. 2013 : date butoir pour que les pays de l'UE mettent en oeuvre des programmes de prévention des déchets dans le cadre de la directive relative aux déchets.
  • 2014 : la Commission prévoit de proposer une révision des objectifs de réduction des déchets dans le cadre de la directive relative aux déchets.
Liens externes: 
Publicité