L'aide humanitaire, priorité de la présidence irlandaise de l'UE

  

Deux semaines après le début du conflit au Mali, l'Irlande, à la tête de l'UE pour 6 mois, fait de la faim, la nutrition, et le changement climatique ses priorités.

A la tête de l'UE pour six mois, l'Irlande veut imprimer sa marque sur l'aide au développement, un domaine où l'action du pays est particulièrement reconnue. 

Action humanitaire

Le ministre du Développement et du commerce Joe Costello a présenté le programme de travail du pays, mardi 22 janvier, devant les parlementaires. Concentrées sur l'aide humanitaire, ces orientations sont teintées de la patte de l'Irlande, qui concentre 70% de son aide en Afrique subsaharienne. 

"Nos priorités sont la faim, la nutrition, et le changement climatique", a déclaré le ministre irlandais. 

Plus coordonnée au niveau européen, l'aide humanitaire doit surtout être mieux conçue, a-t-il insisté. Il faut accroître la résilience "des individus vulnérables, des familles, des communautés, des nations et des régions", face aux crises et aux catastrophes dont ils peuvent être victimes, énumère Joe Costello.

L'Irlande compte reprendre à son compte l'initiative, aujourd'hui encore au stade des essais pilotes, d'un corps d'aide volontaire européen. Ce projet, qui devrait permettre à 10 000 personnes de se porter volontaires pour des opérations humanitaires, "va très bien avec la perspective plus large du bénévolat", selon le ministre irlandais du commerce et du développement. 

Le Mali en toile de fond

Coïncidence du calendrier, l'Irlande accède à la présidence de l'UE dans un contexte de crises internationales qui posent la question de l'aide humanitaire. La Commission européenne a annoncé, le même jour, avoir débloqué 20 millions d'euros d'aides supplémentaires au Mali, pour porter secours aux 400 000 personnes déplacées, à cause du conflit.

Joe Costello précise cependant que l'aide humanitaire ne doit pas faire du "kit de gestion de crise". Elle doit être fournie "uniquement" en fonction des besoins. "L'Irlande promeut les principes humanitaires d'humanité, d'impartialité, de neutralité et d'indépendance", a-t-il ajouté. Le traitement des causes sous-jacentes des conflits les plus oubliés doit être renforcé, notamment en République démocratique du Congo où, depuis 1998, plus de 5 millions de personnes ont été tuées.  

Prudence

Sur les questions budgétaires, l'Irlande "fera son maximum" pour maintenir les crédits de l'aide au développement, menacée de subir les coupes globales les plus importantes dans le cadre financier 2014-2020.

La cohérence de l'aide européenne menacée en cas de coupes budgétaires 

Mais, elle désire également s'assurer que les Etats consacrent 0,7 % de leur revenu national brut à l'aide publique au développement, un objectif "réaliste" prévu par l'OCDE. 

Frappée par la crise financière et économique, l'Irlande a maintenu son aide au développement qui représente 0,52% de son RNB. La France plafonne, elle, à 0,48%. 

Publicité

Partenaires de contenu