Les Etats et les banques : où en est-on?

  
Avertissement : les opinions exprimées dans cette rubrique sont celles des auteurs et ne reflètent pas les vues d'EurActiv

Le directeur exécutif de la Bank of England Andrew G. Haldane, estime que les marchés compteront encore sur les Etats pour renflouer les banques, dans une analyse publiée par Telos.

Avant la crise, les vingt-neuf principales banques mondiales avaient vu leurs notes relevées d’à peine plus d'un cran par les agences de notation, car on tablait sur un soutien de l'État. Or, ces mêmes Léviathans planétaires bénéficient aujourd’hui d’un soutien implicite de près de trois crans. Quant aux attentes concernant le montant du soutien public, elles ont triplé depuis le début de la crise.

Cela se traduit dans les faits en une importante subvention implicite envers les plus grandes banques du monde sous la forme de coûts de financement réduits et de profits plus élevés. Avant la crise, cela équivalait à des dizaines de milliards de dollars chaque année. Aujourd'hui, cela représente des centaines de milliards.

Lire la suite sur Telos

Rubriques: 
Publicité