La Commission considère l'éducation et la formation tout au long de la vie comme "le principe directeur du développement de la politique en matière d'éducation et de formation". Tout en soutenant l'inclusion sociale et l’épanouissement personnel, l'éducation et la formation tout au long de la vie augmente l'employabilité et l'adaptabilité des personnes, ce qui constitue en tant que tel un élément essentiel de la stratégie de l’UE pour la croissance et l'emploi.

Overview

L'éducation et la formation tout au long de la vie recouvrent aussi bien les activités d’apprentissage pour des raisons personnelles, civiques et sociales que pour des raisons professionnelles. Elles ont lieu à la fois à l'intérieur et à l'extérieur des systèmes d'éducation et de formation. Ce type d’activités implique d’augmenter les investissements dans le capital humain et dans la connaissance; promouvoir l'acquisition de compétences de base, dont une culture numérique de base; et enfin élargir les opportunités pour des formes d'apprentissage plus flexibles et novatrices. Pour atteindre les objectifs de Lisbonne dans le domaine de l'éducation, 4 millions d’adultes en plus devront suivre des études ou une formation tout au long de leur vie d’ici 2010. 

Lifelong_learning_participa.gif

Part de la population âgée de 25 à 64 ans ayant participé à un programme de formation et d'éducation durant les quatre dernières semaines avant l'étude

Schéma: Eurostat; Graphique : Commission

Les taux de participation des adultes européens dans les programmes d'éducation sont inférieurs à ceux de ses principaux concurrents au niveau mondial, que ce soit dans l’enseignement supérieur, dans la formation des adultes ou dans la formation professionnelle continue. De plus, la participation à des activités d'apprentissage tout au long de la vie varie considérablement d'un pays à l'autre. On évalue généralement ces performances selon le pourcentage d'adultes en âge de travailler ayant participé à tout type d’activités de formation au cours des quatre dernières semaines. Selon les derniers chiffres de la Commission, la Suède, avec plus d'un tiers des adultes ayant suivi une formation, arrive en tête des Vingt-Cinq, suivie de près par les autres pays scandinaves et le Royaume-Uni. La plupart des nouveaux Etats membres, à l'exception de la Slovénie et de l'Estonie, ont des résultats très médiocres, tout comme les pays méditerranéens. 

La création d'un espace européen de l'éducation et de la formation tout au long de la vie ne permettra pas d’adopter une nouvelle méthode, ni d’harmoniser les lois et les règlements dans ce domaine, car cette compétence relève des Etats membres. Cet espace reposera sur d’importants éléments des processus, stratégies et plans qui existent au niveau européen et portent sur la jeunesse, l'emploi, l'inclusion sociale et la politique de recherche. 

Issues

Dans le sous-titre de sa Communication de 2001 'Réaliser un espace européen de l'éducation et de la formation tout au long de la vie', la Commission cite un proverbe chinois issu de l'ère Guanzi (environ 645 avant J.-C.): "Si tu veux une année de prospérité, cultive du riz. Si tu veux dix années de prospérité, cultive des arbres. Si tu veux cent ans de prospérité, éduque des hommes". Cette Communication présente un projet sur la formation et l'éducation tout au long de la vie. Elle en révise la définition pour souligner l'importance de leurs 4 grands objectifs de citoyenneté active, d'épanouissement personnel, d'inclusion sociale et d'employabilité, et pour couvrir toute forme d'éducation, qu'elle soit formelle, non formelle ou informelle.

La Communication définit les principaux points et domaines de travail comme suit:

  • Valoriser l’apprentissage : valoriser les diplômes et les certificats ainsi que l’apprentissage non formel et informel dans tous les secteurs, en reconnaissant ainsi sa valeur intrinsèque. 
  • Investir du temps et de l'argent  dans l’apprentissage : Des investissements plus élevés et un financement ciblé sont nécessaires, ainsi que des mécanismes permettant d'accroître les investissements privés. De telles augmentations doivent reposer sur le partage des responsabilités entre gouvernements, pouvoirs publics, employeurs, partenaires sociaux et citoyens individuels; Les Etats membres doivent fixer des objectifs nationaux afin d'augmenter les niveaux globaux d'investissement dans les ressources humaines ; La Commission présentera, sur la base des informations transmises par les Etats membres, un aperçu des incitations fiscales disponibles pour le financement de l'éducation et de la formation par des particuliers ou des sociétés, et ce en vue de l'identification et de l'adoption de bonnes pratiques.
  • Encourager et soutenir l’apprentissage sur le lieu de travail, y compris dans les PME. Les partenaires sociaux, à tous les niveaux, sont invités à à accepter que chaque travailleur possède un plan de développement des compétences, fondé sur une évaluation de ses propres compétences, et ce conformément aux plans globaux de développement des compétences de l'entreprise.
  • Orientation et conseil : s'assurer que tous les citoyens peuvent facilement accéder à des informations et des conseils de qualité sur les possibilités de formation dans toute l'Europe et tout au long de leur existence.. 
  • Les efforts doivent se concentrer sur la nécessité de donner l'opportunité à tous d'acquérir ou de compléter ses connaissances de base, y compris les nouvelles compétences de base comme les compétences en technologies de l'information, les langues étrangères, la culture technologique, l'esprit d'entreprise et les aptitudes sociales.

Dans sa résolution sur l'éducation et la formation tout au long de la vie de juin 2002, le Conseil Education a soutenu l'initiative de la Commission et sa mise en oeuvre. Depuis début 2004, des rapports intermédiaires conjoints du Conseil européen et de la Commission sur les progrès réalisés concernant les objectifs de Lisbonne pour l'éducation et la formation, sont adoptés chaque année. La Commission se concentre actuellement sur le Cadre européen des certifications professionnelles pour la formation, qui a pour objectif de faciliter le transfert et la reconnaissance des qualifications des travailleurs.

 

La proposition de la Commission, visant à établir un programme d'action intégré dans le domaine de l'éducation et de la formation tout au long de la vie, a été adoptée par le Parlement en octobre 2006. Fin 2006, ce nouveau programme remplacera les quatre programmes sectoriels actuels touchant l'enseignement scolaire (Comenius), l'enseignement supérieur (Erasmus), la formation professionnelle (Leonardo da Vinci) et l'éducation des adultes (Grundtvig). Un budget de 6,97 milliards d'euros a été alloué à ce nouveau programme intégré pour une période de 7 ans.

 

Compétences clés de l'éducation et la formation tout au long de la vie

La Commission a adopté en décembre 2005 une proposition de recommandation, identifiant 8 compétences clés en matière d'éducation et de formation tout au long de la vie : communication dans la langue maternelle, communication dans une langue étrangère, culture mathématique et compétences de base en sciences et technologies, culture numérique, apprendre à apprendre, sensibilité culturelle et compétences sociales et civiques, esprit d’entreprise et expression culturelle.

Ces compétences en matière d'éducation et de formation tout au long de la vie ont été définies pour servir d'outil de référence afin de donner aux législateurs, organismes de formation, employeurs et apprenants les éléments nécessaires pour une citoyenneté plus consciente, une plus forte cohésion sociale et une meilleure employabilité. Le Parlement a adopté la recommandation en septembre 2006.

 

Le cadre européen des certifications pour l'éducation et la formation tout au long de la vie

En septembre 2006, la Commission a adopté la recommandation du Parlement concernant l'établissement d'un cadre européen des certifications pour l’apprentissage tout au long de la vie (CEC). Il vise à faciliter le transfert et l’utilisation des certifications détenues par les travailleurs de différents pays (pour plus d'informations, veuillez cliquer ici).

Le CEC proposé devrait servir de "grille de lecture" ou d'outil de référence pour faciliter les relations entre les systèmes d’éducation et de formation de différents pays. Il devrait rendre plus transparentes et plus accessible à tous le système d'enseignement européen général et celui pour adultes. Il devrait par conséquent promouvoir la mobilité des étudiants et des travailleurs.

 

**

 

Depuis juin 2002, les partenaires sociaux européens (CES, UNICE, UEAPME, CEEP) suivent leur propre Cadre d'actions pour le développement des compétences et des qualifications tout au long de la vie. Ils ont fixé quatre priorités qui sont quasiment conformes à celles définies par la Commission. 

  • Identifier et anticiper les besoins en compétences et qualifications
  • Reconnaître et valider les compétences et les qualifications. 
  • Informer, accompagner et conseiller
  • Mobiliser les ressources

Cet accord entre partenaires sociaux sera suivi de rapports annuels sur les mesures prises par les Etats membres dans le domaine de l’éducation et de la formation tout au long de la vie.

Positions

Selon Eurochambres, le cadre européen des certifications pour l’apprentissage tout au long de la vie (CEC) améliorera la transparence entre les différents systèmes de qualifications et par conséquent continuera à la poursuite du processus de Copenhague (stimuler la coopération dans l'éducation et la formation professsionnelle européenne), renforçant l'apprentissage et la mobilité tout au long de la vie et aidera à remplir les objectifs de Lisbonne". Toutefois, Eurochambres estime que le CEC proposé est "très compliqué" et devrait être davantage mis à la portée des sociétés et des individus. Enfin, les huit niveaux de référence pour évaluer l'apprentissage sont trop nombreux.

Le 25 janvier 2006, les partenaires sociaux européens ont publié l'édition 2006 de leur rapport d'évaluation annuelle du Cadre d’actions pour le développement des compétences et des qualifications tout au long de la vie. Dans ce rapport, ils affirment que leur « travail de diffusion et de sensibilisation » est un « vrai succès ». 

Dans l'édition 2006 du rapport de la Commission sur Les progrès vers les objectifs de Lisbonne dans les domaines de l'éducation et de la formation, la Commission indique au contraire que "l'augmentation du nombre d'adultes suivant des études ou une formation tout au long de leur vie reste encore un défi à relever". Elle a également délivré plusieurs « messages importants sur la participation des adultes à la formation et l'éducation tout au long de la vie » : 

  • Le taux de participation des adultes aux activités d'apprentissage tout au long de la vie se rapproche de l’objectif à atteindre pour 2010, mais des blancs dans les données statistiques de plusieurs pays ont tendance à exagérer les progrès réellement effectués.
  • Cependant, de nombreuses inégalités subsistent dans l'accès à la formation tout au long de la vie. Les adultes doté d'un haut niveau d'éducation ont six fois plus l’occasion de suivre des études ou des formations tout au long de leur vie que les travailleurs moins qualifiés; dans le domaine de l'éducation dite non formelle, il s’agit même de dix fois plus. Par ailleurs, les « seniors » participent beaucoup moins que les jeunes.
  • Augmenter la participation des adultes aux activités d'apprentissage tout au long de la vie est aussi un défi à dimension régionale. Certaines régions de l'UE restent à la traîne, y compris dans des pays qui affichent un niveau général élevé de participation. 
  • Les politiques visant à accroître la participation aux programmes de formation et d'éducation tout au long de la vie doivent donc mettre un accent tout particulier sur les personnes non qualifiées et les seniors ainsi que sur la dimension régionale.
  • Il est ainsi essentiel que les Etats membres respectent leur engagement de mettre en place des stratégies dans le domaine de l’éducation et de la formation tout au long de la vie complètes et cohérentes d'ici 2006.

Pour le monde de l'entreprise, l’accent doit être mis sur les capacités et les motivations à suivre des formations et à s'adapter constamment aux évolutions et aux défis. L'éducation et la formation sont essentielles pour l'employabilité, la compétitivité, l'adaptabilité et la citoyenneté active, notions interdépendantes. 

Les ONG soulignent les grands avantages de la formation sur le plan de la citoyenneté et de la cohésion sociale, qui ne sont pas directement liés aux besoins du marché. 

L'Association européenne de l'université (EUA) indique également que les compétences acquises servent aussi bien la citoyenneté que l'employabilité. Les institutions européennes de l’enseignement supérieur reconnaissent que l'éducation et la formation tout au long de la vie font partie de leur responsabilité collective mais précisent qu'il est essentiel que les gouvernements investissent dans la formation des professeurs et des formateurs à tous les stades de l’apprentissage, qu'il s’agisse d’éducation formelle, informelle ou non formelle.

Des membres du Parlement européen ont adopté, en septembre 2006, leur rapport sur les la proposition de la Commission portant sur les Compétences clés pour la formation et l'éducation tout au long de la vie et ont appelé les Etats membres à mettre en oeuvre diverses stratégies nationales sur la question. Selon ces députés européens, l'idée de formation et d'éducation tout au long de la vie est certes bien répandue et les bénéfices potentiels pour une société de la connaissance bien reconnus, mais encore trop peu de personnes acquièrent de nouvelles compétences après avoir quitté l'école.

Timeline

  • 1er jan. 2007 :  le nouveau programme a remplacé Comenius, Erasmus, Leonardo da VInci et Grundtvig. Le lancement officiel du programme s'est déroulé en mai 2007.
  • Avril 2008 : les recommandations sur l'instauration du cadre européen des certifications pour l'éducation et la formation tout au long de la vie a été adopté.