Réformer Erasmus pour encourager davantage la mobilité étudiante [FR]

-A +A

Les parties prenantes se réunissent cette semaine (5-6 octobre) en Suède pour discuter de la réforme du programme de mobilité étudiante de l’UE Erasmus, afin de faire du voyage à l’étranger pour les jeunes gens la règle plutôt que l’exception.

Le programme Erasmus, qui a célébré ses deux millions d’étudiants cet été, permet aux jeunes gens de passer une partie de leurs études universitaires dans un établissement étranger.

Les fonctionnaires gouvernementaux et européens, ainsi que les représentants des institutions d’éducation supérieures, des ONG et des groupes d’étudiants, sont actuellement en train de discuter des défis auxquels fait face le programme Erasmus ainsi que ses futures perspectives à l’occasion d’une conférence soutenue par la présidence suédoise de l’UE à l’Université de Lund.

Les questions qui seront abordées par les parties intéressées incluent notamment la manière de mieux promouvoir et financer ce programme, avec en particulier la question de la dynamisation de la coopération entre les universités et les entreprises, et comment simplifier son fonctionnement.

Présentant le deux millionième étudiant avec un prix lors de la conférence de Lund hier, le nouveau commissaire à l’Education, à la formation, à la culture et à la jeunesse Maroš Šefčovič a déclaré que la Commission soutenait avec conviction la vision selon laquelle partir à l’étranger  pour apprendre devrait devenir une règle plutôt qu’une exception pour les jeunes européens.

La Commission souhaite améliorer le programme Erasmus pour permettre à davantage d’étudiants d’en bénéficier, et a lancé une consultation publique en juillet sur les manières d’encourager plus de jeunes gens à étudier à l’étranger, ainsi que sur la manière de lever les obstacles encore existants à la mobilité (voir « Contexte »).

La consultation se termine le 15 décembre.

Réactions: 

Saluant le jalon du deux millionième étudiant Erasmus, le nouveau commissaire à l’Education, à la formation, à la culture et à la jeunesse Maroš Šefčovič a déclaré lors de la conférence de Lund que ce programme était une « success story » européenne.

Plutôt que d’être l’exception, comme c’est actuellement le cas, partir à l’étranger pour apprendre devrait devenir une caractéristique naturelle du fait d’être Européen et une opportunité ouverte à tous les jeunes gens en Europe, selon une déclaration de la Commission européenne.

Stefanie Bakelandt, une étudiante  de 21 ans de l’Université de Gand  en Belgique qui a passé quatre mois à étudier dans le cadre du programme Erasmus à l’Université pédagogique de Vilnius en Lituanie a déclaré qu’elle avait réalisé que cette expérience avait fait d’elle une toute nouvelle personne et qu’elle n’observerait jamais de la même façon le monde et l’Europe, sa maison.

Kate Samwaysprofesseur de langue de 21 ans de l’Université de Cardiff  au Pays de Galles a passé du temps à étudier en Erasmus à l’Université Ca’Foscari de Venise et au centre de formation technologique de Millau en France.

La vie Erasmus, selon elle, est faite d’opportunités. Chaque opportunité qu’elle a eue, elle l’a prise, et elle remercie Erasmus pour cela, a-t-elle déclaré.

Prochaines étapes: 
  • 5-6 oct.: Conférence à l’Université de Lund pour discuter du futur du programme Erasmus. 
  • 15 déc.: Date de clôture de la consultation publique.
Liens externes: 
Publicité