Le Monténégro reconnaît le Kosovo "pour le bien de la région"

-A +A

Bien que la reconnaissance du Kosovo par le Monténégro ait divisé l'opinion et ait été émotionnellement difficile pour la Serbie voisine, cette décision a été prise pour la stabilité et le futur européen de la région, a dit Vladimir Radulović, ambassadeur du Monténégro en Allemagne, à EurActiv.de dans un entretien.

Le Monténégro a reconnu le Kosovo en octobre 2008, suite à sa sécession de la Serbie six mois plus tôt, ce qui a divisé les Monténégrins et suscité la colère de Belgrade, qui a expulsé l'ambassadeur du Monténégro.

M. Radulović a reconnu que le Kosovo était une question délicate et douloureuse pour les Serbes. Vous trouverez un grand nombre de personnes en Serbie qui vous diront que pour elles, le Kosovo a la même signification symbolique que Jérusalem pour les Juifs ou la Mecque ou la Médina pour les Musulmans.

Toutefois, le diplomate pense que malgré la crise diplomatique qui a suivi, reconnaître le Kosovo était dans le plus grand intérêt du Monténégro et servait la cause de la stabilité à long terme et des perspectives européennes de la région.

Au final, le Kosovo a été reconnu comme un pays indépendant par 22 Etats membres de l'UE, les Etats-Unis et beaucoup d'autres pays : tous les pays des Balkans occidentaux, y compris le Monténégro, à l'exception de la Bosnie-Herzégovine et de la Serbie, a-t-il affirmé.

Nous devons être prudents, pour plusieurs raisons, sur ce que pense la Serbie, et ce qu'elle prévoit de faire. En même temps, nous devons aussi nous occuper de nos propres intérêts, faire notre chemin et prendre nos propres décisions, a-t-il ajouté.

M. Radulović a également parlé des relations complexes entre le Monténégro et la Serbie, et les liens que de nombreux Monténégrins ressentent encore avec l'ancienne Yougoslavie. Il est vrai que de nombreux citoyens monténégrins déclarent être Serbes – bien qu'ils soient nés au Monténégro, de même que leurs ancêtres, pères et grands pères, a-t-il dit.

La plupart des gens au Monténégro ressentent toujours une appartenance à ce grand pays qu'était la Yougoslavie. Il y a un certain dualisme politique, mental et psychologique que vous ne trouverez dans aucun autre pays. Nombreux sont ceux qui sont fidèles, ou du moins attentifs, à ce que dit la Serbie, a-t-il ajouté.

Les discussions d'adhésion à l'UE devraient commencer en 2011

Le diplomate a affirmé que la Monténégro réalisait de bons progrès économiques et améliorait de plus en plus son système juridique dans la lignée des standards de l'UE. Il y a bien entendu un long chemin à parcourir avant que nous puissions déclarer avoir une société basée sur le droit et qui fonctionne parfaitement, a-t-il prévenu.

M. Radulović  a parlé de la rapide transformation à laquelle il avait assisté dans la société monténégrine ces dernières années. Il est convaincu que les discussions formelles d'adhésion à l'UE commenceront au cours de l'année prochaine.

Je suis certain que nous deviendrons un pays candidat à l'UE -soit en décembre cette année, ou début 2011- et que les négociations d'adhésion pourront s'ouvrir courant 2011, a-t-il affirmé.

L'eurodéputé britannique Charles Tannock, rapporteur sur le Monténégro à la commission des affaires étrangères du Parlement européen, envisage aussi une telle chronologie. Les négociations d'adhésion du Monténégro devraient en toute probabilité pouvoir débuter en 2011, a-t-il confié à EurActiv dans un entretien (EurActiv 19/05/10).

Pour lire l'entretien dans son intégralité, cliquez ici.

Publicité