Les manifestations anti-Erdoğan prennent de l'ampleur en Turquie

  

Istanbul et Ankara ont été le théâtre de confrontations entre la police et les manifestants après le décès d’un jeune de 15 ans. .

Le 16 juin 2013, Berkin Elvan, alors âgé de 14 ans, avait été atteint au crâne par une cartouche de gaz lacrymogène lors des affrontements entre police et manifestants anti-Erdoğan alors qu'il était sorti acheter du pain pour sa famille. Dans le coma depuis cette date, il est décédé dans un hôpital d'Istanbul.

À Ankara, les policiers ont fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau pour disperser plus de 2.000 manifestants, principalement des étudiants de l'Université technique du Moyen-Orient (ODTU), qui bloquaient un grand axe de la capitale.

Une foule réunie devant l'hôpital où Berkin Elvan est mort, a affronté les forces de l'ordre et un millier de personnes se sont rassemblées ensuite devant un « cemevi », un lieu de prière alévi, où le corps d'Elvan a été inhumé après une autopsie.

L'alévisme est une minorité religieuse au sein de l'islam turc, majoritairement sunnite, qui défend une version libérale de l'islam et se heurte régulièrement au gouvernement islamo-conservateur de Recep Tayyip Erdogan.

« État meurtrier », « Berkin est partout, résistance! » ou encore « Epaule contre épaule contre le fascisme », a scandé la foule rassemblée dans le cemevi.

Les médias turcs ont également signalé des manifestations à Izmir, où des écoliers et étudiants ont organisé des sit-in.

Ankara et Istanbul ont été le théâtre de manifestations ces dernières semaines contre les décisions prises par le gouvernement pour contrer un scandale de corruption visant un proche d'Erdoğan, en resserrant par exemple le contrôle d'internet ou de la justice.

Berkin Elvan, dont la famille a annoncé la mort mardi matin à 07h00, est la sixième personne à perdre la vie dans les violences liées à la contestation des mois de mai et juin 2013.

Le président Abdullah Gül s'est dit "attristé" par ce décès.

(Mehmet Emin Caliskan; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Prochaines étapes: 
  • 30 mars : élections locales en Turquie
  • 2 août : élections présidentielles en Turquie, pour la première au suffrage universel direct
Publicité

Commentaires

Portrait de Bernard CORNUT

Le soutien du gouvernement syrien à l'entrée en Syrie de mercenaires financés est un fait géopolitique durable bien plus grave que les excès de la police lors des manifestations de Gezi Park, car cela a contribué fortement à faciliter les manoeuvres occultées concertées contre la toute Syrie (pays, gouvernement, patrimoines, oppositions internes non violentes) et à empêcher l'évolution négociée vers des réformes, proposées et demandées. Voir les plans publiés en 1982 des stratèges du Likud et ceux des Néocons américains depuis cette même période, tout cela pour des intérêts pétroliers (et désormais gaziers aussi), qui expliquent tous les affrontements du Moyen-Orient depuis plus d'un siècle, et notamment la Guerre Européenne de 1914 lorsque Les empires britannique, allemand, russe et français voulaient tous le démantèlement de l'empire ottoman, pour mettre la main sur la Mésopotamie et un bon port méditerranéen, Haïfa, Alexandrette ou Mersin, pour en exporter son pétrole, définitivement le moins cher à produire au monde.

Portrait de Bernard CORNUT

Le soutien du gouvernement turc à l'entrée en Syrie de mercenaires financés est un fait géopolitique durable bien plus grave que les excès de la police lors des manifestations de Gezi Park, car cela a contribué fortement à faciliter les manoeuvres occultées concertées contre la toute Syrie (pays, gouvernement, patrimoines, oppositions internes non violentes) et à empêcher l'évolution négociée vers des réformes, proposées dès Avril 2011 et demandées avec raison par les oppositions intérieures. Voir les plans publiés en 1982 des stratèges du Likud et ceux des Néocons américains depuis cette même période, tout cela pour des intérêts pétroliers (et désormais gaziers aussi), qui expliquent tous les affrontements du Moyen-Orient depuis plus d'un siècle, et notamment la Guerre Européenne de 1914 lorsque Les empires britannique, allemand, russe et français voulaient tous le démantèlement de l'empire ottoman, pour mettre la main sur la Mésopotamie et un bon port méditerranéen, Haïfa, Alexandrette ou Mersin, pour en exporter son pétrole, définitivement le moins cher à produire au monde.

Portrait de Bernard CORNUT

il faut lire au début "gouvernement turc" bien sûr; c'est corrigé dans la 2ème version