Record de vitesse pour l'Islande dans les négociations d'adhésion à l'UE

-A +A

L'Islande a entamé ses négociations d'adhésion à l'UE hier (27 juin). Elle a ouvert quatre chapitres et en a directement clôturé deux dans ce qui a été salué comme « quelque chose de nouveau » dans l'histoire de l'UE. Tous les chapitres des négociations devraient être ouverts en un an, a annoncé le ministre des affaires étrangères du pays, Oessur Skarphedinsson.

Les chapitres ouverts concernaient les marchés publics, la société de l'information et les médias, la science et la recherche, ainsi que l'éducation et la culture.

L’Islande ayant déjà adopté une bonne partie de la législation européenne en tant que membre de l’Espace économique européen (voir « Contexte »), les négociations sur deux chapitres – la science et la recherche, et l'éducation et la culture – ont été refermés en raison du degré avancé de préparation du pays.

János Martonyi, ministre des affaires étrangères hongrois, qui avait présidé la conférence intergouvernementale au nom de la présidence tournante hongroise, a affirmé que la clôture rapide des chapitres était « quelque chose de nouveau » dans l’histoire de l’élargissement européen.

János Martonyi a souhaité un processus d’adhésion « rapide, aisé et réussi », à son homologue islandais, ajoutant qu’il espérait que celui-ci puisse bientôt siéger au nom de l’UE dans le lancement des négociations d’adhésion pour d’autres pays candidats.

Il a expliqué qu’il avait été à la place d’Össur Skarphedinsson treize ans plus tôt, représentant la Hongrie lors des pourparlers d’adhésion pour son pays. La Hongrie a achevé les négociations en 2002 et a rejoint l’Union en 2004.

Le ministre hongrois s’est dit extrêmement satisfait que le sommet de juin ait pu recommander la clôture des négociations d’adhésion avec la Croatie, et que les discussions avec l’Islande se soient si bien passées. Les progrès quant à l’élargissement de l’UE faisaient partie des plus grandes priorités de la présidence hongroise, qui s’achèvera le 30 juin, a-t-il repris.

Štefan Füle, le commissaire à l’élargissement, a affirmé qu’au cours de la phase préparatoire des huit derniers mois, il avait eu l’occasion d’apprendre beaucoup de l’Islande, et que l’Islande avait beaucoup appris de l’UE, ce qu’il a qualifié d’« expérience très positive ». Dans un grand nombre de domaines, l’Islande a déjà atteint un niveau avancé d’alignement sur l’acquis communautaire, a-t-il précisé.

Štefan Füle a affirmé que l’UE devrait être félicitée d’avoir maintenu le processus d’élargissement, malgré les « défis colossaux » qui l’attendent.

Le ministre islandais a affirmé que son pays était prêt à ouvrir la moitié des chapitres de négociations sous la prochaine présidence polonaise, « parmi lesquels les chapitres difficiles de la pêche et de l’agriculture ». Au cours de la présidence danoise, au premier semestre 2012, tous les chapitres restants devraient être ouverts, a-t-il ajouté.

Interrogé quant au chapitre difficile de la pêche,Össur Skarphedinsson a confié qu’il avait tenu des discussions préliminaires avec les autres « grands États pêcheurs » de l’UE, et a conclu que les problèmes pourraient être résolus. Il a fait référence à l’accord de 1994 sur la pêche que la Communauté européenne était parvenue à conclure contre toute attente avec la Norvège, pour illustrer la possibilité d’un accord.

« La grande richesse de l’UE réside dans sa capacité à s’adapter aux besoins spécifiques des pays candidats », a-t-il déclaré.

Interrogé par EurActiv au sujet de la communication éventuelle aux Islandais du coût de l’adhésion à l’UE de leur pays, Össur Skarphedinsson s’est gardé de fournir une réponse claire, mais a affirmé que le gouvernement organiserait un référendum après la conclusion des négociations.

Il a fait savoir que les Islandais ne voudraient pas se joindre à l’Europe tant qu’ils ne connaîtraient pas l’issue des négociations d’adhésion dans le domaine de la pêche.

Réactions: 

Prochaines étapes: 

Liens externes: 
Rubriques: 
Lieux: 
Thèmes: 
Publicité