Amsterdam, la ville où un avenir à basse consommation d'énergie sera bientôt possible

-A +A

 

Sur le vieux port qui regorge de péniches aménagées, Amsterdam prévoit de construire des habitations à basse consommation d'énergie dans un climat neutre en carbone.

Le développement du port de Houthaven en une zone comprenant plus de 2000 habitations construites sur des péninsules n'est encore qu'un projet. Il prouve toutefois que l'Union européenne peut agir pour améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments et par là même avoir un effet positif sur l'économie.

Paula Eckoldt-Wormgoor, l'un des chargés de projet à Houthaven pour la ville d'Amsterdam, a présenté aux visiteurs les objectifs de durabilité du projet lors d'une visite en bateau à travers ce port très venteux situé au nord-ouest de la gare centrale d'Amsterdam.

Ces structures sur quatre étages sont conçues pour minimiser les pertes d'énergies, ce qui devrait permettre de n'utiliser que des panneaux solaires et des éoliennes compactes pour répondre aux besoins en électricité de presque toute la communauté.

Le projet a été soutenu par le septième programme-cadre de l'UE qui finance la recherche et l'innovation.

Habitations énergivores

Selon la Commission européenne, les habitations et les structures commerciales sont responsables 40 % de la consommation d'énergie et génèrent 36 % des gaz à effet de serre. Rendre les habitations et les entreprises plus efficaces et l'énergie qui les alimente plus durable sont deux objectifs mentionnés dans bon nombre de lois et de stratégies européennes.

L'objectif de l'UE est de réduire la demande énergétique des bâtiments résidentiels et commerciaux de plus de 80 % d'ici 2050 grâce à une meilleure isolation et à des conceptions écologiques. L'union souhaite en outre réduire l'empreinte environnementale des nouvelles constructions en utilisant les déchets comme matériau de construction.

Les directives européennes sur la performance énergétique des bâtiments (2010) et les marchés publics verts (2004) obligent les Etats membres de l'UE à améliorer la sécurité et les performances énergétiques des nouveaux et des anciens bâtiments. La directive sur l'efficacité énergétique, actuellement débattue au Parlement européen, devrait quant à elle établir de nouvelles normes pour la consommation d'électricité.

Aux yeux de certains experts, l'UE avance bien trop lentement vers ses objectifs. L'une des raisons de cette lenteur serait le caractère statique du marché du logement, avec des taux annuels de construction et de rénovation de 1 % pour le marché dans son ensemble. La foule de directives, règlements et stratégies pourrait également entraver la mise en oeuvre et le respect des textes de loi.

Oliver Rapf, à la tête du Buildings Performance Institute Europe, a comparé les lois et les politiques de l'UE sur la construction durable à un puzzle.

« Il est clair que nous avons besoin d'un cadre politique intégré pour que toutes les pièces du puzzle s'emboitent de manière intégrée », a-t-il expliqué il y a peu lors d'une conférence sur la construction durable à Amsterdam.

Il a en outre souligné que de nombreux pays de l'UE n'en faisaient pas suffisamment pour contrer l'étalement urbain, exploitant au contraire des terres ou des bâtiments abandonnés (les friches industrielles).

Des progrès significatifs ont cependant été observés en matière d'efficacité énergétique des bâtiments et de recours à l'énergie renouvelable.

Projets en Europe

Même si certains doutent que les objectifs à long terme puissent être atteints au rythme actuel, des progrès ont été réalisés s'agissant de convertir les anciennes habitations en des bâtiments plus efficaces sur le plan énergétique. Des constructions vertes ont également été lancées un peu partout en Europe.

L'Estonie a misé sur les amendements de 2009 au Fonds européen de développement régional qui, pour la première fois, ont autorisé les gouvernements à allouer de l'argent à des projets portant sur l'efficacité énergétique des propriétés privées. Le pays a créé un fonds de crédits renouvelables qui a permis 18,4 millions d'euros d'investissements dans l'efficacité énergétique des bâtiments l'année dernière, selon la Commission.

En Allemagne, la KfW Bank, soutenue par l'Etat, fourni des capitaux à de petites entreprises pour des projets d'efficacité énergétique et accorde des prêts allant jusqu'à 50 000 euros à des particuliers pour qu'ils puissent rendre leurs habitations plus efficaces. Ce projet permettrait d'améliorer l'efficacité énergétique de plus de 200 000 propriétés par an.

A Vitoria-Gasteiz, les efforts consentis pour rénover les bâtiments publics et privés, ainsi que pour réduire la consommation d'eau et d'énergie ont permis à cette ville de 250 000 habitants de remporter le prix de la capitale verte européenne en 2012.

Cette ville basque prend en outre des mesures pour réduire ses émissions de carbone en projetant de réduire le trafic automobile d'un tiers. Elle souhaite encore plus d'espaces verts (33 % de la zone urbaine actuellement), a expliqué Xabier Marrero Múgica, chargé de projet pour les programmes européens au conseil municipal de Vitoria-Gasteiz, lors de la conférence sur le développement durable à Amsterdam.

Refroidir l'air grâce aux rivières

A  Amsterdam, Houthaven présenterait d'autres avantages en termes de durabilité. Une partie du projet consiste à construire des péninsules avec le sable des nouveaux tunnels creusés pour l'expansion du système de métro de la ville.

Et ce n'est pas tout. Les parcs remplaceront les parkings dans le but d'atteindre les objectifs de réduction des émissions de carbone de la ville. Les bâtiments de quatre étages seront refroidis avec de l'eau pompée dans l'IJmeer, a expliqué Eckoldt-Wormgoor.

Le but de la ville serait de créer des habitations abordables et durables dans une zone qui a progressivement perdu sa raison d'être en tant que port.

« Nous ne visons pas seulement le marché du luxe », a déclaré M. Eckoldt-Wormgoor. Les prix devraient en effet osciller entre ceux des habitations plus traditionnelles sur le front de mer et les appartements haut de gamme du voisinage. Environ 20 % des habitations seront réservées pour des résidents à bas salaire.

La crise économique reste toutefois un défi pour l'UE dans ce domaine. Certains promoteurs privés ont déjà revu à la baisse leur engagement et un tunnel connectant les péninsules de Houthaven pourrait ne pas être construit pour faire des économies.

« La ville doit revoir certains de ses plans », a admis M. Eckoldt-Wormgoor, ajoutant qu'Amsterdam ne se détournerait pas de son objectif de mener à bien un projet durable.

Prochaines étapes: 

 

  • 2013 : la construction devrait débuter pour le projet neutre en énergie de Houthaven.
Publicité