L’efficacité énergétique est l’une des dernières options après Kyoto

  

Fatih Birol, l’économiste en chef de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), a indiqué à EurActiv que les économies d’énergie étaient l’une des « quelques options dignes d’intérêt » qu’il restait aux hommes pour réduire les émissions de dioxyde de carbone, étant donné qu’il ne s’attend pas un accord mondial sur le changement climatique d’ici 2020.

Rubriques: 
Publicité