Les entreprises pétrolières critiquées pour leur résistance aux objectifs climatiques [FR]

  

D’après un rapport publié par l’ONG écologiste Friends of Europe,  les revendications des entreprises pétrolières selon lesquelles un objectif européen visant à réduire de 10% d'ici 2020 les émissions de gaz à effet de serre pendant la production, le transport et l’utilisation de carburants est irréalisable, sont erronées.

L’ ONG affirme que les entreprises pétrolières ont les moyens d’atteindre l’objectif que la Commission propose d’inclure dans sa directive de 1998 sur la qualité des carburants en cours de révision, même sans avoir recours à des biocarburants « nocifs ». 

Dans son rapport, publié le 29 avril, la Commission estime que les entreprises pétrolières opposées à la proposition pourraient en fait réaliser des réductions des émissions de gaz à effet de serre de l’ordre de 10,5% à 15,5% en diminuant la combustion et le rejet de gaz naturel, en améliorant l’efficacité énergétique et par la substitution de carburants dans les raffineries, le tout, sans avoir besoin d’agrocarburants qui peuvent avoir des effets écologiques et environnementaux négatifs et qui n’ont pas démontré leur capacité à réduire les émissions en général.

Réactions: 

Selon Darek Urbaniak, coordinateur de la campagne Industries extractives pour Amis de la terre Europe, l’industrie pétrolière affirme qu’elle manque de ressources financières et technologiques pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Cependant, leurs recherches démontrent qu’elle peut atteindre et même dépasser l’objectif de réduction du CO2 de 10% fixé par la directive.

Soulignant les profits records de plus de 125 milliards de dollars annoncés par les entreprises pétrolières en 2007, Paul de Clerck, chargé des questions de responsabilité des entreprises pour les Amis de la Terre Europe, a ajouté que malgré l’envolée de leurs profits, les entreprises pétrolières ne sont pas disposées à supporter les coûts de la réduction des émissions. Il semble que dans la mesure où leurs investissements ne sont pas profitables, les compagnies ne respecteront pas l’objectif à suivre à moins qu’elles n’y soient forcées par un organisme de contrôle.

Par conséquent, il conclut que l’UE doit obliger les compagnies pétrolières à prendre les mesures nécessaires. Il a ajouté que le rapport montre que c’est possible et qu’elles ont suffisamment d’argent pour endosser les coûts.

L’ONG a également critiqué les entreprises pétrolières pour avoir recours au « greenwashing ». D’après elles, dans l’ombre, les entreprises pétrolières font pression contre la législation environnementale alors qu’en public, elles utilisent la publicité pour suggérer qu’elles réduisent les émissions. Elles font référence à une affaire dans laquelle les autorités néerlandaises et britanniques en matière de normes publicitaires ont révélé que le géant pétrolier Shell était coupable de fausse mensongère concernant une annonce représentant une raffinerie pétrolière avec des fleurs surgissant de ses cheminées.

Europia, l’association européenne de l’industrie pétrolière, n’a pas directement commenté les conclusions du rapport mais a affirmé que le rapport sur l’efficacité de l’industrie est très bon. Le groupe a exercé une forte pression contre l’objectif de réduction de 10%, qu’il juge prématuré, irréalisable et incohérent et qui, selon lui, empiète sur deux autres propositions législatives. Il s’agit de la directive sur les renouvelables visant à promouvoir une augmentation de l’utilisation des biocarburants dans les transports et la révision du système européen d’échange de quotas d’émissions, dans lequel les producteurs de pétrole et les raffineries doivent déjà procéder à des réductions considérables de CO2.

 Le groupe affirme que les émissions de dioxydes de carbone en provenance des raffineries et de la production de l’UE sont déjà fixées dans le cadre du système européen d’échange de quotas d’émissions, qui fixe une limite.

 De plus, il souligne le manque de cohérence entre d’une part, la promotion de carburants de très haute qualité et de biocarburants et d’autre part, l’introduction d’une approche basée sur le cycle de vie. Une telle approche place les raffineries ultramodernes, capables de techniques de conversions plus complexes, en position de faiblesse parce qu’elles consomment souvent énormément d’énergie. Au final, ceci engendre une incitation perverse à la conversion incomplète et inefficace de pétrole brut.

Par conséquent, Europia conclut que les carburants fossiles devraient, à présent, être exclus des objectifs de réduction des émissions jusqu’à ce que ces questions sans réponses aient été abordées. 

Prochaines étapes: 
  • 27 nov. 2007: la commission Environnement du parlement européen adopte en première lecture le rapport sur la proposition de la Commission visant à réviser la directive sur la qualité des carburants (EurActiv 28/11/07).   
  • 17 juin. 2008: le Parlement au complet doit voter le rapport.
Liens externes: 
Publicité

Partenaires de contenu