La Chine porte plainte contre l’UE sur le solaire

-A +A

Le conflit entre les fabricants de panneaux solaires est passé à la vitesse supérieure lundi (5 novembre) lorsque la Chine a porté plainte auprès de l’OMC, affirmant que la Grèce et l’Italie avaient injustement favorisé des fournisseurs nationaux.

 

La Chine, le plus grand fabricant mondial de panneaux solaires, a accusé l'Union européenne d'enfreindre les règles de commerce mondial quelques jours seulement après avoir affirmé qu'elle envisagerait le blocage des importations de technologie solaire en provenance d'Europe.

 

Selon la Chine, l'essentiel de sa plainte est centré sur le fait que Rome et Athènes proposent des prix de l'électricité plus élevés aux producteurs d'énergie solaire qui utilisent principalement des composants provenant de fournisseurs locaux.

 

Les craintes que la crise financière ne fasse remonter à la surface des conflits liés au protectionnisme n'étaient pas justifiées jusqu'à cette année. En 2012, l'OMC a reçu 25 plaintes alors qu'elle en avait reçu 8 en 2011. Selon des analystes, la baisse de croissance mondiale cette année a provoqué plusieurs conflits. Les États-Unis et le Mexique ont déposé une plainte contre les restrictions à l'importation de viande et de fruits en provenance d’Argentine alors que le Brésil s'est opposé aux droits antidumping sud-africains sur la viande congelée brésilienne.

 

Les différends les plus importants impliquent les quatre blocs commerciaux principaux : les États-Unis, la Chine, le Japon et l'UE. Les panneaux solaires sont devenus une source de conflits après que les fabricants chinois ont maintenu la production malgré un net ralentissement de la demande.

 

Des pressions pèsent sur Washington afin qu'elle augmente les droits de douane sur les produits chinois après que des entreprises ont refusé que les panneaux solaires fassent l'objet d'un dumping sur le marché américain.

 

Le Congrès a récemment autorisé des restrictions considérables sur les produits sur lesquels la Chine exerce, selon lui, un dumping en vertu des règles autorisant « l'application de mesures compensatoires à des pays à économie autre que de marché ».

 

La Chine a répondu en déposant plusieurs plaintes à l'OMC, dont une similaire à celle introduite par l'UE et le Japon contre le Canada parce que ce pays protégeait son industrie des panneaux solaires.

 

« Le gouvernement chinois a le droit et la responsabilité de se battre en faveur d'un environnement commercial international équitable pour l'industrie solaire chinoise », a déclaré dans un communiqué Shen Danyang, le porte-parole du ministère chinois du Commerce.

 

M. Shen a expliqué que tous les pays devraient renforcer la coopération de l'industrie et rejeter les mesures « protectionnistes » à court terme.

 

En déposant plainte, la Chine a déclenché la procédure officielle du règlement des différends de l'OMC. Si les négociations avec l'UE ne résolvent pas ce conflit, la Chine peut demander à l'OMC de trancher après 60 jours.

 

Alors que l'Allemagne a bâti une forte industrie solaire nationale, principalement dans l'ancienne région communiste aux environs de Liepzig, la Grèce et l'Italie luttent contre la corruption locale et la réticence des investisseurs à construire des centrales solaires afin de reproduire la même base de production.

 

L'UE représente toutefois le plus grand marché mondial pour les produits solaires et constitue l'une des cibles principales des fabricants chinois.

 

Les tensions ont augmenté cette année après que les entreprises chinoises ont baissé leur prix de 30 % à la suite d'une longue période d'offre excédentaire. Les États membres de l'UE ont accusé les autorités chinoises de pratiquer un dumping artificiel sur les panneaux bon marché qui ébranlent les entreprises nationales.

 

Environ 60 % des exportations chinoises de panneaux et de composants solaires étaient destinées à l'Europe en 2011. Elles ont généré 21 milliards d'euros et représentaient 7 % des exportations chinoises vers l'Europe, selon Bloomberg.

 

Un groupe de 25 entreprises européennes, sous l'égide de l'allemand SolarWorld, a déposé une plainte auprès de la Commission européenne en septembre, accusant des concurrents chinois de bénéficier injustement de subventions illégales.

Prochaines étapes: 
  • Juin 2013 : date butoir pour que l'UE impose des taxes préalables sur des cellules solaires, wafers et modules chinois
  • Déc. 2013 : date butoir pour l'imposition des dernières taxes sur les cellules solaires, modules et wafers chinois, à la suite de l'enquête de l'UE

 

Liens externes: 

 

Union européenne

Gouvernements

Entreprises et Industrie

Recherche

Publicité