La découverte de gisements de gaz permet à la Roumanie de rêver à l'indépendance énergétique

-A +A

Le président roumain, Traian Basescu, a déclaré que son pays pourrait devenir indépendant sur le plan énergétique et pourrait même commencer à exporter du gaz vers les autres pays d'Europe d'ici quelques années.

A la fin du mois de février dernier, un navire de forage a découvert un gisement de gaz dans le bloc Neptune du plateau continental appartenant à la Roumanie.

Les premières estimations indiquent un gisement allant de 42 à 84 milliards de mètres cubes, ou trois à six fois la consommation annuelle de gaz en Roumanie.

« La Roumanie a le potentiel pour devenir indépendante sur le plan énergétique. Si les cinq autres gisements du bloc Neptune qui doivent encore être explorés révèlent des volumes similaires, la Roumanie pourrait non seulement répondre à ses besoins nationaux, mais aussi exporter vers d'autres pays européens », a déclaré M. Băsescu après avoir visité le navire de forage Deepwater Champion qui appartient àExxonMobil.

ExxonMobil et OMV Petrom ont découvert ce gaz naturel alors qu'ils foraient à environ 1000 m de profondeur dans la partie roumaine de la mer Noire. LeDeepwater Champion peut forer jusqu'à 3000 mètres de profondeur avec un équipement qualifié par M. Băsescu de « matériel sorti tout droit du film Star Trek ».

L'exploitation de ces nouvelles ressources gazières devrait débuter en 2015 après que des examens complémentaires, tels que des analyses sismiques, auront été effectués. « A partir de ce moment-là, il est probable que la Roumanie puisse être totalement indépendant sur le plan énergétique », a déclaré M. Băsescu.

L'exploration du puits Domino-1 a commencé fin 2011. Il s'agit du premier puits en eau profonde installé dans le périmètre roumain de la mer Noire à 930 m de profondeur.

Ce premier gisement a été découvert à 170 km au large dans une parcelle en mer qui a fait l'objet d'une lutte acharnée entre la Roumanie et l'Ukraine il y a tout juste trois ans. En 2009, la Cour européenne de justice a décidé que 70,34 % de ce territoire de 12 000 km² appartenaient à la Roumanie, malgré l'argument avancé par l'Ukraine, à savoir que l'île la plus proche et la plus grande de la zone, Insula Şerpilor, n'était pas roumaine. Cette décision a poussé les entreprises Total, Royal Dutch Shell, BP etOMV à annoncer leur intention de faire une offre pour le forage dans cette zone.

Petrom a déclaré que le processus d'évaluation et d'exploration n'était pas encore suffisamment avancé pour déterminer si le bloc Neptune s'avérerait commercialement viable ou non.

« Si les prochaines opérations confirment la faisabilité technique et le potentiel commercial du bloc Neptune, la valeur cumulée de l'investissement nécessaire pour les phases d'exploration et de développement pourrait être de plusieurs milliards de dollars et la première production pourrait être générée dans 10 ans, au plus tôt », a déclaré dans un communiqué Mariana Gheorghe, directrice exécutive de Petrom.

Liens externes: 
Rubriques: 
Publicité