Les pays baltes demandent à l’UE de régler leur problème de terminal de GNL

-A +A

La Commission européenne devra trouver un compromis à propos de la construction d’un terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) dans l’un des pays baltes, ont déclaré les dirigeants lituanien, letton et estonien, qui ne sont pas parvenus à trouver un accord la semaine dernière.

L'échec des négociations sur ce nouveau terminal a poussé le premier ministre letton, Valdis Dombrovskis, à proposer que les trois pays construisent plutôt un pipeline de gaz naturel reliant la Pologne à la capitale lituanienne, Vilnius.

Lors de la rencontre, les Lettons auraient insisté sur le fait que Riga serait le meilleur emplacement pour un nouveau terminal de GNL, mais la Lituanie et l'Estonie ne donneront leur accord que si l'Union européenne annonce que la Lettonie est l'endroit le plus adapté pour ce projet.

C'est dans ce contexte que M. Dombrovskis a proposé que les pays baltes s'accordent d'abord sur la construction d'un pipeline de gaz entre la Pologne et Vilnius.

Ce pipeline permettrait à la Lettonie de faire appel à divers fournisseurs de gaz, dans la mesure où le gazoduc polonais est relié au réseau allemand, alors que le gazoduc letton est relié au réseau lituanien, a affirmé M. Dombrovskis.

La Lettonie pourrait recevoir du gaz en provenance du terminal de GNL situé en Pologne près de la frontière germano-polonaise, a déclaré le premier ministre letton.

La proposition de M. Dombrovskis a pris au dépourvu ses homologues baltes, selon un article publié sur le site d'information Baltic Course. Ils ont répondu qu'ils allaient examiner la question, mais que ni la Lituanie ni l'Estonie n'étaient prêtes à abandonner leurs projets de GNL.

La Lituanie souhaite construire un terminal de GNL sur le site portuaire de Klaipėda, au sud du pays. Le premier ministre estonien, Andrus Ansip, a affirmé que « plusieurs » parties prenantes seraient intéressées par des investissements dans son pays. La Lettonie, quant à elle, assure qu'elle dispose de tous les avantages pour construire un terminal de GNL régional, dans la mesure où le système d'approvisionnement de gaz établi autour des installations souterraines de stockage dans la ville d'Incukalns aurait la capacité de stocker suffisamment de gaz pour les trois pays baltes.

L'Estonie et la Lituanie pensent toutefois qu'une étude de l'Union européenne permettrait de déterminer le meilleur emplacement géographique pour ce terminal, voire même de décider si la construction de ce gazoduc devrait avoir lieu.

Marlene Holzner, la porte-parole du commissaire européen à l'énergie, Günther Oettinger, a déclaré à EurActiv que les négociations entre les pays baltes au sujet de la construction d'un terminal de GNL « régional » avaient débuté en 2008.

En l'absence d'un accord sur le lieu de construction, les trois Etats souhaitent à présent que l'UE soit impliquée dans le processus et désigne le meilleur emplacement. Cela prendrait néanmoins du temps, car l'exécutif européen devrait d'abord lancer un appel d'offre pour engager l'entreprise qui prendra cette étude en charge, a commenté Mme Holzner.

Liens externes: 
Rubriques: 
Lieux: 
Thèmes: 
Publicité