Les primaires du PPE tournent au duel Juncker-Barnier

  
Delegates of the European People's Party at the electoral congress in Dublin, March 2014 [EPP]
Delegates of the European People's Party at the electoral congress in Dublin, March 2014 [EPP]

Le retrait du Letton Valdis Dombrovski a transformé l'élection en duel France-Luxembourg. Le français Michel Barnier est donné perdant face au vieux routard de la politique européenne Jean-Claude Juncker.

Juncker speaks about his candidancy for EU's top job

 

Le premier ministre letton a créé la surprise mercredi 5 mars au soir lors du congrès du PPE à Dublin en annonçant qu'il retirait sa candidature pour la présidence de la Commission européenne.

« Pour atteindre les meilleurs résultats, le PPE doit unir ses efforts pour soutenir la candidature de Jean-Claude Juncker [...] », a indiqué Valdis Dombrovskis sur Twitter jeudi matin.

Avec le retrait du Letton, la campagne se transforme en un face-à-face entre l'ancien premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker et le commissaire français Michel Barnier. Grâce au soutien officiel de Valdis Dombrovskis et non officiel de la chancelière allemande, Angela Merkel, le Luxembourgeois semble être en très bonne position pour l'emporter.

Mais Michel Barnier n'a pas encore dit son dernier mot et poursuit une campagne énergique, selon plusieurs participants au congrès de Dublin. Le commissaire français a reçu le soutien de son propre parti, l'UMP, ainsi que deux autres groupes politiques.

« De nombreuses personnes m'ont demandé pour qui j'allais voter », a déclaré Alojz Peterle, ancien président slovène et eurodéputé pour le parti chrétien-démocrate Nouvelle Slovénie (NSi). « Je ne suis pas encore sûr que tous les délégués aient pris une décision définitive, ils peuvent toujours changer d'avis », a expliqué le partisan de Michel Barnier.

« Michel Barnier est le seul à avoir eu des contacts avec mon parti et il a remporté notre soutien, mais je suis surtout content que le PPE ait deux candidats solides », a-t-il ajouté.

Le parti accepte le principe d'un candidat commun

Au départ, des poids lourds politiques de centre-droit comme Angela Merkel et Herman Van Rompuy s'étaient opposés à l'idée d'avoir un candidat commun.

Mais les doutes se sont dissipé  ensuite.  La chancelière allemande a annoncé son soutien à Jean-Claude Juncker en février, acceptant donc implicitement cette initiative.

« C'est clair : notre candidat commun est le candidat désigné pour la présidence de la Commission européenne », a déclaré Joseph Daul aux représentants de parti à Dublin. « C'est notre point de vue et nous le communiquerons aux chefs d'État après les élections », a-t-il ajouté.

« Si les candidats sont élus ici et se font à nouveau élire au Parlement européen [après les élections], cela rentrera dans l'esprit du traité de Lisbonne », a indiqué Alojz Peterle.

Le sommet sur l'Ukraine bouleverse le programme

Le congrès fait office de lancement de la campagne électorale du PPE à l'aube des élections européennes en mai prochain. Les délégués des partis membres ont adopté un manifeste commun hier lors d'une session plénière. Une délégation ukrainienne composée entre autres de Ioulia Timochenko et de Vitali Klitschko était également présente.

Le congrès a toutefois été mis en attente puisque des chefs d'État étaient encore à Bruxelles pour le sommet européen extraordinaire consacré à la sortie de crise en Ukraine.

>> Retrouvez notre storify sur ce Conseil européen

Les dirigeants européens de centre-droit sont arrivés hier soir et ont rencontré les responsables politiques ukrainiens pour discuter de la situation dans leur pays. Angela Merkel et Enda Kenny, premier ministre irlandais et organisateur de ce congrès, ont également participé aux discussions.

Selon certaines spéculations, des dirigeants européens inciteraient Michel Barnier à se retirer de la course pour n'avoir plus que Jean-Claude Juncker. Une source a toutefois déclaré à EurActiv que « Michel Barnier milite toujours pour récolter des voix […], je ne pense pas qu'il se retirera ».

Les délégués des partis membres voteront pour leur candidat favori ce matin. Le parti devrait annoncer les résultats à 13 heures (14 heures à Bruxelles).

Le parti est le dernier à sélectionner son candidat commun et à adopter son manifeste. Les socialistes européens ont organisé leur congrès à Rome les 28 février et 1er mars ; les Verts à Bruxelles entre le 21 et le 23 février) et les libéraux ont choisi leur candidat lors d'un rassemblement le 1er février. 

Prochaines étapes: 
  • 7 mars :  deuxième journée du congrès du PPE et élection du candidat commun à la présidence de la Commission européenne.

  • 22-25 mai 2014 : élections européennes dans les 28 États membres

Liens externes: 
Publicité

Commentaires

Portrait de giraud jean-guy

Intuitu personae, JC Junker serait le meilleur candidat possible pour présider le Conseil Européen et M Barnier la Commission. Il est dommage que, pour l'instant du moins, les lourds appareils politiques européens ne permettent pas la constitution d'un tel "ticket" qui serait le plus favorable du point de vue institutionnel. JGG