Vox, le nouveau parti contestataire de la politique espagnole

-A +A

Des dissidents du Parti populaire (PP), au pouvoir en Espagne, ont fondé jeudi une nouvelle formation politique. Ils entendent partir en guerre contre le chômage, la corruption et le séparatisme catalan et basque.

Crée le 16 janvier dernier, le parti Vox (« Voix », en latin) accuse le premier ministre Mariano Rajoy, de faire preuve de laxisme face aux indépendantistes basques et catalans et de ne pas respecter ses promesses de campagne, notamment dans le domaine fiscal.

Corruption et intérêts privés

« Des millions d'Espagnols [...] se sentent abandonnés par le système politique, qui est gangrené par les scandales de corruption et s'est mis au service d'intérêts privés », a déclaré Santiago Abascal, ancien membre du PP et membre du comité exécutif de Vox.

Parmi les membres fondateurs du nouveau parti figure José Antonio Ortega Lara. Il avait été enlevé par les séparatistes basques de l'ETA en 1996 et détenu pendant près d'un an et demi dans une cellule souterraine de 4,5 m2.

Le Parti populaire est passé derrière l'opposition socialiste dans les intentions de vote, selon un sondage publié dimanche dernier. Ces résultats illustrent les difficultés croissantes du gouvernement face à l'austérité, aux affaires de corruption et au tollé soulevé par un projet de loi restreignant fortement le droit à l'avortement.

La parti populaire en difficulté

Le PP ne recueille plus que 32 % d'intentions de vote contre 33,5 % pour les socialistes du PSOE, selon cette enquête Metroscopia pour le quotidien El Pais.

C'est la deuxième fois que le PSOE est donné en tête dans un sondage depuis que le PP a remporté les élections de novembre 2011 en s'assurant la majorité absolue au Parlement.

La popularité du parti au pouvoir a souffert de la montée du chômage, qui frappe aujourd'hui 26 % de la population active, mais aussi d'une série de scandales de corruption impliquant de hauts responsables du PP et, plus récemment, de la présentation du projet de loi visant à encadrer très strictement le droit à l'avortement.

Les prochaines élections législatives en Espagne sont prévues en 2015. 

Prochaines étapes: 
  • 22-25 mai: élections européennes
Liens externes: 
Publicité