Hier (24 mai), les principaux groupes politiques ont approuvé une résolution qui intensifie les pressions sur l'Ukraine pour qu'elle libère de prison l'ancienne première ministre Ioulia Timochenko. Le vice-premier ministre ukrainien a répondu que le gouvernement adopterait une attitude responsable, mais il a affirmé que toute décision requerrait une modification de la législation et que cela pourrait donc prendre du temps.

Cette résolution a été adoptée à un moment clé des relations entre l'UE et l'Ukraine.

Au Parlement européen, le premier ministre ukrainien, Mykola Azarov, a déclaré que son pays était pris en otage par l'affaire Timochenko (voir « Contexte ») et qu'il faisait l'objet d'un complot international visant à l'empêcher de se rapprocher de l'Union.

Il y a une semaine, certains ministres européens ont expliqué qu'ils craignaient de perdre l'Ukraine au profit de la Russie si trop de pression était exercée sur le pays dans le cadre de l'affaire Timochenko.

La résolution adoptée appelle les autorités ukrainiennes à faire la différence entre les responsabilités politiques et criminelles et donc à changer le Code pénal actuel. Ces conditions devront être remplies avant la signature et la ratification de l'Accord d'association entre l'UE et l'Ukraine qui a été finalisé en mars dernier.

Lors de son discours, le commissaire à l'élargissement et à la politique européenne de voisinage, Štefan Füle, a affirmé que Mme Timochenko avait elle-même demandé que sa situation ne repousse pas la signature de l'accord.

« Nous respectons cela », a déclaré M. Füle. « Mais dans le même temps, nous demandons à l'Ukraine qu'elle respecte l'esprit de notre nouvel accord avant que nous puissions autoriser son entrée en vigueur en toute confiance. »

L'intervention de plusieurs eurodéputés a permis à M. Füle d'éclaircir la position de la Commission sur ce qu'il a qualifié de « situation complexe » en Ukraine.

Ce n'est pas la première région que l'UE tente de changer, a-t-il expliqué. Il a comparé l'Ukraine aux pays d'Europe centrale qui ont rejoint l'UE en 2004 et 2007 et aux pays des Balkans occidentaux actuellement en pleine procédure d'adhésion.

« Grâce aux perspectives d'élargissement, nous avons réussi », a-t-il ajouté. Il a toutefois laissé entendre que l'UE pourrait ne pas avoir autant de succès cette fois-ci.

Valeurs et principes

« Je ne me fais pas d'illusions sur l'Ukraine. Tôt ou tard, nous pourrons être audacieux vis-à-vis de ce pays et nous les aiderons à mettre en oeuvre les réformes nécessaires », a-t-il déclaré.

Quant à la crainte que les hésitations de l'UE poussent l'Ukraine dans la sphère d'influence de Moscou, il a ajouté : « Je pense que nous devons prendre en compte les réalités géopolitiques, mais nous ne devrions pas entrer dans ce jeu-là. Nous devrions nous montrer flexibles, novateurs et créatifs. Il ne faut pas voir tout en noir ou tout en blanc. Mais nous ne devons pas céder sur nos valeurs et nos principes. »

Cette résolution éclaire la position de l'UE par rapport au championnat de football Euro 2012 que l'Ukraine organisera avec la Pologne du 6 juin au 1er juillet.

L'UE n'appellera pas à un « boycott politique » du championnat et n'aurait d'ailleurs jamais utilisé ce terme, selon M. Füle.

Elle recommande plutôt aux décideurs politiques qui se rendront à l'Euro 2012 de le faire à titre privé et de saisir cette opportunité pour rendre visite aux prisonniers politiques en détention ou de sensibiliser la population quant à la situation politique de ce pays.

Le président de la Commission, José Manuel Barroso, n'a pas l'intention d'assister aux matches et les commissaires partagent sa position, a-t-il ajouté.

Les Ukrainiens devraient se rendre aux urnes pour les élections législatives en octobre prochain et la délégation de l'UE à Kiev serait déjà en relation avec les chefs de mission pour former les observateurs et financer les sondages à la sortie des bureaux de vote.

D'autres projets sont prévus, comme le soutien à la surveillance des médias, l'analyse des stratégies de marketing politique et la sensibilisation des électeurs vulnérables, a-t-il ajouté.

Réponse de l'Ukraine

Les médias ukrainiens ont cité M. Khoroshkovsky affirmant que les autorités adopteraient une « attitude responsable » face à la résolution du Parlement européen.

M. Khoroshkovsky a toutefois ajouté qu'il faudrait du temps avant que la législation du pays ne puisse être modifiée dans le but de trouver une solution à l'affaire Timochenko.

«  Je vous confirme que nous souhaitons résoudre ce problème. En d'autres termes, nous chercherons une solution dans tous les cas », aurait-il déclaré.

Dans le même temps, Bloomberg a cité le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, qui a minimisé la nouvelle du boycott de l'Euro 2012 par les dirigeants européens.

« Vous pensez vraiment que personne ne viendra ? Tous les billets ont été vendus, l'excitation est à son comble.

L'Euro 2012 aura bien lieu et les fans seront présents. »