Les réseaux sociaux peuvent servir de catalyseurs pour permettre à la démocratie de prendre le dessus sur les monopoles économiques et politiques, écrit Viktor Tkachuk de la fondation People First en Ukraine.