Le Parlement européen lève l’immunité de Marine Le Pen

  

La présidente du Front national sera jugée pour ses propos de 2010 comparant les prières de rues à l’Occupation.

Les députés européens ont décidé de lever "à une écrasante majorité" l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, mardi 2 juillet.

Le vote s'est effectué à main levée, mardi 2 juillet à Strasbourg. 

L’hémicycle a suivi le vote de la commission Affaires juridiques du 19 mai.

Marine Le Pen sur le point de perdre son immunité

Cette procédure a été lancée à la demande de la justice française, une procédure étant ouverte à l'encontre de la présidente du Front national pour "incitation à la haine raciale". En 2010, la présidente du Front national a comparé les prières de rue à « l’Occupation ». 

La députée européenne ne se faisait guère d’illusions sur l’issue du vote. Elle a déclaré, dès vendredi 28 juin, qu’elle s’attendait à perdre son immunité. Mais "je ne le crains absolument pas" et "je m'en moque", a-t-elle lancé.

C'est pour « tenter de m'intimider », a-t-elle soutenu. « Il va y avoir un procès » et « j'espère le gagner », a-t-elle ajouté, revendiquant sa « liberté d'expression ». 

En 2011, un autre élu du Front national, Bruno Gollnisch, avait perdu son immunité pour être jugé au sujet de déclarations de 2008 sur l’Islam. Il s’insurgeait contre « l’invasion de notre patrie et la destruction de notre culture et de nos valeurs ».

En 1989, Jean-Marie Le Pen a été le premier député européen à perdre son immunité pour des propos politiques. 

Rubriques: 
Publicité