Au Mali, l'UE apporte un soutien logistique à la France

  

Lors d'une réunion à Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères ont chargé le général français François Lecointre de former en urgence les soldats maliens.

Reconstruire en urgence l'armée malienne. C'est la principale décision prise par les ministres des Affaires étrangères réunis en urgence à Bruxelles, jeudi 17 janvier à Bruxelles. 

La mission de formation de l'Union européenne (EUTM Mali) a été chargée de fournir une formation militaire et du conseil aux forces armées maliennes au moyen d'une force européenne de 500 hommes, a précisé le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius, à l'issue de la rencontre. L'EUTM sera pilotée par un général français François Lecointre, désigné par les ministres lors de la réunion. 

A pied d'oeuvre dès la fin de cette semaine, le Français doit s'assurer que la mission EUTM pourra être lancée au Mali "au plus tard à la mi-février", ont indiqué les ministres. 

Ils ont également réitéré leur "engagement" à fournir rapidement une aide financière à la mission Internationale de soutien au Mali (MISMA) sous conduite africaine, en particulier à travers la mobilisation de la Facilité africaine de paix. 

Ils ont appelé à la tenue "dans les meilleurs délais" d'une conférence de donateurs pour appuyer sur le plan logistique et financier le déploiement de la MISMA. Au plan européen, les fonds d'aide, conditionnés par la mise en place d'un Etat de droit, ont été suspendus depuis le coup d'Etat survenu au printemps 2012.

A l'issue, du Conseil, les ministres ont fait savoir qu'ils souhaitaient "permettre le déboursement rapide des fonds au développement", mais les "conditions" doivent être réunies. La Commission européenne est chargée de suivre ce dossier.

La Haute représentante pour les affaires étrangères de l'UE, la Britannique Catherine Ashton, a également été chargée de "présenter une décision pour la nomination rapide d'un représentant spécial de l'UE pour le Sahel". 

Pour le moment, la France est le seul pays européen à avoir mobilisé son armée sur place. "Il est tout à fait possible, mais c'est de leur responsabilité, que d'autres ou les mêmes pays européens décident non seulement d'apporter de la logisitique mais de mettre à disposition des soldats, mais nous ne pouvons pas les forcer", a déclaré Laurent Fabius lors de son point presse. 

Selon lui, l'armée française est "précurseur" sur le terrain. Le Français a par ailleurs indiqué que tous les pays de l'UE avaient apporté leur soutien à l'action de Paris. "Certains ont confirmé qu'ils allaient décider d'apporter un certain nombre de soutien supplémentaire dans le cadre de la Misma, transport de troupe et aide humanitaire", a ajouté Laurent Fabius. 

"Il y a un risque clair que la région [du Mali] devienne un refuge pour les terroristes, ce qui pourrait menacer l'Europe et le Royaume-Uni. C'est l'intérêt clair du Royaume-Uni de soutenir les efforts des Français et du gouvernement malien pour stabiliser le pays", a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique David Lidington. 

Le ministre a cependant précisé que la mission de l'EUTM serait "limitée dans le temps avec un mandat clair de conseil et d'entraînement du Mali". "Elle ne sera pas engagée au combat", a-t-il ajouté. 

Publicité