Colère « blanche » au QG de l’UE [FR]

-A +A

Lundi (21 septembre), les exploitants laitiers européens ont enflammé des ballots de paille et déversé du lait en face des services centraux de la Commission européenne à Bruxelles, et ils ont mis en garde : leur colère face à la chute du prix du lait ne va faire que s’intensifier.

Environ 80 000 producteurs laitiers à travers toute l’Europe se sont joints à un boycott de l’approvisionnement en lait, qui en est à son dixième jour. Ils exigent que l’exécutif de l’UE, qui est responsable de la politique agricole pour les Vingt-sept, débarrasse le marché de ses excédents en lait.

Jusqu’à maintenant, nos protestations sont sur la bonne voie. Mais en l’absence de changement, nos actions vont se durcir et je ne sais pas comment cela finira, a affirmé à Reuters Erwin Schoepges, le président de MIG, qui représente les producteurs laitiers belges.

Les producteurs des huit plus grands pays producteurs de lait, notamment la France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique et les Pays-Bas, ont prévu de déverser 26 millions de litres de lait lundi, selon l’European Milk Board, qui représente 140 000 producteurs laitiers.

Nous demandons maintenant combien de litres allons nous devoir gaspiller avant que le personnel politique ne commence à réagir, a déclaré M. Schoepges.

Romuald Schaber, président de l’European Milk Board, a affirmé que la Commission européenne devrait agir en urgence pour résoudre la crise avant qu’elle n’affecte le secteur du détail.

La chaîne belge de supermarchés Delhaize a affirmé surveiller de près la situation et a augmenté ses stocks de lait vendus sous sa propre marque.

Il n’y a aucune raison de paniquer pour le moment, a déclaré la porte-parole Liesbeth Rogiers. Nous agirons quand cela sera nécessaire. Il est impossible de dire combien de temps les stocks dureront.

Les producteurs reprochent tant à la Commission européenne qu’à leurs gouvernements la politique de stocks excédentaires qui a selon eux drastiquement réduit le prix des producteurs : celui-ci est passé de 0,4 € le litre il y a deux ans à 0,2 € ($0,29) aujourd’hui, ce qui les empêche d’être rentables, ont-ils affirmé.

La Commission réfute que son système de quotas laitiers, qui expire en 2015, soit responsable de la faiblesse des prix et affirme avoir pris un certain nombre de mesures pour soutenir le marché.

La Pologne se joint au chœur franco-allemand pour la régulation des prix 

Hier, la Pologne a pesé de tout son poids derrière une proposition franco-allemande pour venir en aide aux agriculteurs de l’Union européenne touchés par des prix mondiaux oscillants pour le lait.

Le projet franco-allemand appelle à l’adoption de mesures temporaires telles qu’une augmentation des restitutions à l’exportation pour le beurre, le lait en poudre et le fromage, et à des changements à long terme comme la possibilité d’intervention de l’UE en termes d’achats européens tout au long de l’année et des accords de développement contractuel entre les producteurs et transformateurs laitiers (EurActiv 08/09/09).

Le ministre français de l’Agriculture, Bruno Le Maire, a déclaré qu’il tenterait dans les prochains jours de faire se rencontrer les 27 ministres européens de l’agriculture pour discuter de la crise.

(EurActiv avec Reuters. Article traduit de l’anglais par EurActiv)

Liens externes: 
Publicité