Les biocarburants représentent la plus grande partie de la nouvelle demande de production agricole. Ils ont entraîné la volatilité des prix des cultures céréalières comme le blé et le maïs, indique un nouveau rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).