L'UE doit imposer ses politiques environnementales aux agriculteurs mondiaux

-A +A

L'UE devrait forcer les autres puissances agricoles mondiales à adopter des règles environnementales similaires aux siennes si elles souhaitent exporter vers l'Europe, a déclaré lors d'un entretien avec EurActiv le président de la commission agriculture du Parlement européen Paolo de Castro.

N'oubliez pas que l'Europe importe plus de nourriture et de produits agricoles du monde entier que les Etats-Unis, le Canada et l'Australie rassemblés, et que 85 % des exportations de l'agriculture africaine va à l'Europe, a souligné M. De Castro.

Alors que l'Europe devrait continuer d'être un marché ouvert, les standards et règles suivies par les agriculteurs de l'UE devraient être respectés par ceux qui veulent exporter vers l'Europe, a dit l'eurodéputé socialiste, ajoutant que les agriculteurs de l'UE seraient sinon confrontés à la concurrence déloyale du reste du monde.

La Food and Drug Administration (FDA) américaine (organisme de surveillance des aliments et des médicaments des Etats-Unis) autorise seulement l'exportation des bouteilles de vin aux Etats-Unis si les règles sont respectées, et c'est exactement ce que nous devons instaurer en Europe, a soutenu M. De Castro.

Dans un discours début mars au Salon annuel de l'agriculture en France, le président français Nicolas Sarkozy a dit qu'il était anormal que les agriculteurs européens soient tenus de respecter des règles strictes sur des questions telles que la traçabilité par exemple, alors que les pays du tiers monde peuvent exporter des produits agricoles et de la viande vers l'Europe sans avoir à suivre ces règles. Les règles et standards de l'UE doivent être imposés aussi sur les exportateurs, a-t-il dit, qualifiant cette réciprocité de préférence communautaire.

Concernant la protection des animaux, M. De Castro a noté par exemple qu'à compter de 2012, il ne sera plus possible d'élever les poulets dans des box sur le territoire de l'UE. Il est important que les autres suivent les mêmes standards pour que les exigences plus sévères sur la production en Europe ne conduisent pas seulement à une délocalisation de la production dans les zones où les standards sont moins élevés, a-t-il affirmé.

L'UE veut déclencher des pratiques agricoles durables dans le monde entier

Insistant sur l'importance de règles et standards réciproques, M. De Castro a argué que la réciprocité pouvait même aider l'Europe à pousser les autres dans la bonne direction.

Ses commentaires sont rendus au moment où l'UE se prépare pour une réforme majeure de la Politique agricole commune (PAC) pour la période post-2013 pour tenter d'exploiter le potentiel de l'agriculture plus en plus reconnu pour atténuer le changement climatique et apporter d'autres bénéfices environnementaux, tels que l'amélioration de la qualité des sols et de l'eau (EurActiv 26/01/10EurActiv 28/01/10).

M. De Castro que les futurs paiements de la PAC seront liés beaucoup plus étroitement à la distribution de biens et services verts. Il a également soutenu que les paiements prévus pour les biens environnementaux publics tomberaient dans la "case verte" de l'Organisation mondiale du travail 'OMC) de non commercialisation des mesures de distorsion.

Pour lire l'entretien avec M. De Castro dans son intégralité, cliquez ici.

Liens externes: 
Publicité