La Belgique accorde plus de place aux entreprises urbaines

  

La ville de Liège, dans le Sud-est de la Belgique, fait de la place pour les petites entreprises afin que celles-ci développent leurs activités, un projet sur le long terme qui a pour objectif de raviver la vie économique des zones urbaines en utilisant l'argent de l'UE.

Comme d'autres villes européennes, Liège doit faire face à d'importants défis pour s'adapter à la restructuration industrielle et remplacer les emplois perdus au cours des dernières décennies, surtout dans le secteur de l'acier.

Dans une stratégie pour ramener les entreprises au cœur de la ville et afin de les encourager à se développer et à créer des emplois, qui sont plus que nécessaires, les autorités publiques mettent en place des parcs d'activité économique dans les zones urbaines.

« Pieper » est le nom d'un de ces parcs dans le quartier Saint Léonard, à seulement deux kilomètres du centre de Liège, à proximité des rives de la Meuse. Ce parc se trouve sur un ancien site industriel qui fut assaini et préparé pour l'arrivée de nouvelles entreprises, avec l'installation de toutes les infrastructures nécessaires, y compris une nouvelle route.

Les coûts de l'assainissement du site ont été couverts grâce à une subvention de 96 377 euros issue du Fonds européen de développement régional (FEDER) et à un autre apport d'un montant équivalent versé par le gouvernement wallon.

Le site Pieper a été divisé en dix emplacements séparés. Fin 2010, cinq de ces emplacements avaient déjà été vendus à de petites entreprises dont une société de chauffage et de ventilation, un électricien, un fabricant de meubles, un vitrier et une société spécialisée dans l'installation de panneaux solaires.

Des avantages pour la population locale

« Ces activités ne causent pas de désagréments pour la population et sont compatibles avec la vie urbaine, elles génèrent peu de trafic, ou de nuisances sonores », explique Frédéric Van Vlodorp de l'agence de développement pour la province de Liège (SPI+).

Cette agence a créé plus de cinquante parcs d'activité économique à travers la province, en partenariat avec les conseils municipaux et le gouvernement wallon.

Selon M. Van Vlodorp, ces parcs conviennent tout particulièrement aux « entreprises artisanales comme les vitriers, les chauffagistes, les menuisiers qui en général, d'ailleurs, ont leur clientèle dans des zones urbaines ».

Le parc d'activité économique devrait se révéler positif pour toute la zone. « C'est une manière de ramener une certaine dynamique dans les quartiers et c'est profitable aux commerces », ajoute M. Van Vlodorp.

L'agence SPI+ offre un large éventail de services aux entreprises de la province de Liège et permet aux entrepreneurs de choisir l'endroit idéal pour établir leur entreprise.

Les cinq sociétés situées sur le site Pieper emploient actuellement 30 personnes au total. L'agence espère que davantage d'entreprises s'y établiront en 2011, mais tout dépendra également de la conjoncture économique. « L'intérêt est là, mais la crise a ralenti les investissements dans nos parcs d'activité économique », regrette M. Van Vlodorp.

Les anciennes friches industrielles sont considérées comme les meilleurs endroits pour établir de nouveaux parcs d'activité économique. « Cela a un effet double sur le voisinage, car nous assainissons le site et ensuite nous aidons de nouvelles entreprises à s'y implanter, et ces sociétés conviennent bien à la population locale », explique M. Van Vlodorp.

« Nous vendons les terrains à condition que les entreprises construisent en mitoyen, ce qui donne une rue d'entreprises », ajout M. Van Vlodorp. « Les entreprises sont davantage intégrées dans les environs du parc et cela permet de gagner beaucoup d'espace et de placer plus de sociétés sur le même terrain ».  

L'agence de développement régional utilise les revenus générés par la vente des emplacements pour financer la création d'autres parcs. De cette manière, l'argent peut être réutilisé pour faire un maximum de bénéfices.

D'importants défis

Liège, la plus grande ville du Sud-est de la Belgique, a joué un rôle clé dans la révolution industrielle européenne au 19ème siècle lorsqu'elle est devenue un centre important pour l'industrie du métal.

Plus tard, dans la seconde moitié du 20ème siècle, Liège, tout comme d'autres villes d'Europe, a dû faire face à des défis majeurs pour s'adapter à la restructuration industrielle, aux nouvelles technologies et à la croissance du commerce mondial.

Aujourd'hui, Liège reste un des plus importants centres urbains belges. La ville, d'une population de 190 000 habitants, reste le pôle économique de la province qui compte plus d'un million d'habitants.

Selon les chiffres officiels de l'UE, le taux de chômage en Belgique était de 8,5 % en octobre 2010, alors que le taux moyen dans l'Union européenne était de 9,6 %.

En Wallonie, le taux de chômage officiel est d'environ 12 %. La ville de Liège, quant à elle, souffre d'un taux qui avoisine les 25 %.

La province de Liège fait partie de l'Eurorégion Meuse-Rhin qui comprend certaines parties de la Belgique, des Pays-Bas et de l'Allemagne, avec une population totale de 4 millions de personnes.

Le parc d'activité économique Pieper a été sélectionné pour une mention spéciale du jury du prix RegioStars 2010

Réactions: 

Prochaines étapes: 

Liens externes: 
Publicité