La première ministre danoise penche pour que son pays adopte l'euro

-A +A

La première ministre danoise, Helle Thorning-Schmidt, a déclaré dans une interview que le Danemark devrait devenir membre de la zone euro.

Même si la première ministre danoise ne compte pas actuellement organiser un référendum sur l'adhésion à l'euro, elle se dit, à titre personnel, que le pays devrait « à terme » entrer dans la zone euro.

Le pays scandinave avait tenu un référendum sur la question en 2000. Le résultat avait été sans appel : 53,2 % des Danois s'étaient exprimés contre l’introduction de la monnaie unique. Depuis lors, rien ne montre que l'opinion publique ait changé d'avis.

Helle Thorning-Schmidt a fait preuve de prudence quant à l'organisation d'un nouveau vote, même si elle juge que l'adhésion à l'euro serait dans les intérêts de son pays.

Selon elle, le Danemark devrait retirer des clauses d'exemption que le gouvernement danois avait négociées dans quatre politiques communes de l'UE, à savoir la sécurité et la défense ; la citoyenneté ; la liberté, la sécurité et la justice ; et l'union économique et monétaire.

« Nous gagnerions en influence sur les domaines qui nous touchent déjà et sur lesquels un petit pays ne peut avoir beaucoup d’emprise dans tous les cas. En fait, c'est l'essence de l'UE », a-t-elle expliqué lors d'un entretien avec le média danois en ligne Altinget.

« C'est la raison pour laquelle je pense que, grâce à l'abandon des exemptions, nous nous placerions dans une position où nous aurions plus d'influence sur des questions qui concernent notre économie, notre marché du travail et d'autres domaines importants », a-t-elle poursuivi.

La première ministre danoise discute rarement des thèmes européens dans les médias danois, bien qu'elle soit connue comme une fervente défenseuse de l'UE. Elle a travaillé à Bruxelles en tant qu'eurodéputée de 1999 à 2004 avant d'occuper son poste actuel. La dirigeante sociale-démocrate n'a pas fait état de l'UE dans son discours de Nouvel An. Pourtant, en mai prochain, les citoyens danois s'exprimeront lors d'un référendum sur la mise en place d’une juridiction unifiée en matière de brevets, vote qui aura lieu le même jour que les élections européennes en mai.

L'Allemagne mène la barque dans la zone euro

Si la première ministre organisait un référendum, elle pourrait espérer le soutien du Parti libéral, actuellement le plus grand parti de l'opposition au Parlement danois. Les libéraux préféreraient toutefois attendre la fin de la crise de la zone euro.

« Mais quand ils approuvent et mettent en place l'union bancaire et des règles économiques plus strictes, nous recommandons un "oui" à l'adhésion à l'euro », a expliqué Jakob Ellemann-Jensen, porte-parole des libéraux à l'UE.

Kristian Thulesen Dahl, leader du plus grand parti eurosceptique au Danemark, le Parti populaire danois, a déclaré que le gouvernement devrait soit accepter que la population ne soit pas en faveur de l'euro, soit organiser le référendum dès maintenant.

Il a également remis en doute l'argument disant que le Danemark pourrait gagner en influence, car c'est l'Allemagne qui continue de prendre les décisions politiques dans la zone euro.

« Nous aurions plus d'influence de l'extérieur, » a-t-il conclu.

Prochaines étapes: 
  • 25 mai 2014 :  référendum sur une juridiction unifiée en matière de brevets et élections du Parlement européen au Danemark.

Liens externes: 
Publicité