Les femmes et la science [FR]

-A +A

L'Europe a désespérément besoin de plus de chercheurs pour atteindre son objectif d'excellence scientifique et technologique et l'objectif de Lisbonne de devenir l'économie de la connaissance la plus compétitive au monde. Les femmes étant actuellement sous-représentées dans le domaine de la recherche scientifique, les mesures de promotion de la Commission ont notamment pour objectif d'encourager les femmes à participer à la recherche européenne. 

Onglets horizontaux

Vue d'ensemble

Depuis la déclaration de Lisbonne en mars 2000, les chefs d'Etat et de gouvernement en Europe ont souligné la nécessité d'augmenter le nombre de personnes se consacrant à des carrières scientifiques et technologiques. En termes de ressources humaines, il faut en effet, selon les estimations, un demi million de chercheurs supplémentaires (ou 1,2 million de personnel lié à la recherche) pour atteindre l'objectif de Barcelone de 3% d'investissement dans la recherche d'ici 2010. En Europe, l'objectif est donc d'atteindre un niveau minimal de huit chercheurs pour mille travailleurs

Actuellement, les femmes représentent la majorité (56%) des diplômés d'études universitaires en Europe mais seulement 25% des diplômés en ingénierie. La proportion de femmes dans la recherche recule également plus on monte dans la hiérarchie des carrières, notamment dans l'industrie, et seuls 14% des professeurs, toutes catégories confondues, sont des femmes. 

Les raisons de ce déséquilibre sont multiples. Certains domaines sont considérés comme réservés aux hommes et, par conséquent, le parti pris contre les femmes influence les jugements sur l'excellence scientifique. Les mondes industriel et universitaire sont également réticents à engager des femmes en raison de leur manque supposé de flexibilité. Les employeurs craignent également que les femmes décident d'abandonner leur carrière professionnelle pour se consacrer à leur vie de famille.

Publicité