«Empêcher le référendum catalan est impossible»

Ivan Serrano [Ouest-France]

En Catalogne, l’organisation du référendum d’autodétermination fait débat. Ivan Serrano, de l’Université libre de Barcelone, fait le point sur les enjeux et les tensions qui entourent ce rendez-vous. Un entretien de notre partenaire, Ouest-France.

Ivan Serrano est chercheur en sciences politiques à l’Université libre de Barcelone.

Le parlement de Catalogne a adopté, mercredi 6 septembre, le cadre fixant l’organisation du référendum sur l’indépendance. Prévu le 1er octobre, il suscite de nombreux débats dans le pays et certains s’y opposent, dont le Premier ministre espagnol. Mariano Rajoy a demandé à la justice d’invalider toute loi du parlement catalan fixant un cadre juridique à ce référendum.

« Sans aucun doute, la Catalogne sera indépendante »

Raül Romeva i Rueda  explique les ambitions du mouvement indépendantiste catalan et la stratégie menée par le gouvernement catalan. Une interview de notre partenaire La Tribune.

 

Que peut faire Madrid pour s’opposer au référendum sur l’indépendance prévu le 1er octobre en Catalogne ?

Mariano Rajoy, président du gouvernement espagnol, peut choisir de ne rien faire comme il l’a fait lors de la consultation sur l’indépendance de novembre 2014. Ou, à l’inverse, utiliser à plein les pouvoirs régaliens dont il dispose. Cela veut dire envoyer l’armée, traduire devant des juges ceux qui participent au référendum illégal.

Le fait de déclarer unilatéralement l’indépendance d’une partie du territoire est un acte de rébellion sanctionné par l’article 472 du Code pénal. Jeudi septembre, le procureur général a annoncé qu’il poursuivrait ceux qui auront enfreint la loi. Les peines de prison peuvent aller jusqu’à quinze ans.

Envoyer l’armée est envisageable ?

En tout cas, l’usage des armes ne l’est pas, car les indépendantistes sont pacifiques et en faveur de la démocratie. Celui qui, le premier, ferait couler le sang perdrait sa légitimité. Par nature, Mariano Rajoy préfère laisser les problèmes se régler d’eux-mêmes. Mais la base du Parti populaire et de nombreux élus le poussent à réagir. Entre ne rien faire et engager une réponse vigoureuse, tout est possible. C’est une question de stratégie politique.

Est-il imaginable d’empêcher le vote ?

C’est impossible. Il y aura entre 2 000 et 3 000 bureaux de vote. On ne peut pas mettre des soldats devant chaque école. De toute façon, il resterait les bibliothèques, les bâtiments de l’administration… Madrid a interdit aux directeurs d’école d’ouvrir leurs établissements pour permettre le scrutin. Mais il n’a annoncé aucune sanction.

En 2014, un seul directeur d’école a refusé. Cette année, dans les villes tenues par les socialistes, il y en aura. Mais elles sont peu nombreuses. Toutefois, les événements évoluent rapidement. À Barcelone, après avoir dit qu’elle coopérerait avec le gouvernement régional, la maire Ada Colau a déclaré qu’elle obéirait à la Cour constitutionnelle.

Madrid peut-il interdire aux policiers catalans de sécuriser et de surveiller le référendum ?

La question fait débat. Selon l’article 155 de la Constitution, le pouvoir central peut prendre la main si un gouvernement régional tombe dans l’illégalité. Mais sommes-nous dans cette situation ? Ce n’est pas clair.

«La crise en Catalogne, c’est l’échec absolu de la transition démocratique en Espagne»

Chanteur mythique de la résistance au franquisme devenu député indépendantiste catalan, Lluís Llach revient sur la situation actuelle en Catalogne et sur son interprétation des origines de la crise. Une interview de notre partenaire La Tribune.

>> Lire la suite sur Ouest-France

Contexte

« Adieu l'Espagne ! » : des centaines de milliers de Catalans ont manifesté à Barcelone le 11 septembre pour revendiquer l'indépendance de leur région et promettre de participer, le 1er octobre, à un référendum d'autodétermination interdit par les institutions espagnoles.

Comme tous les 11 septembre, la manifestation a commencé à 17H14, pour rappeler la prise de Barcelone en 1714 par les troupes du roi Felipe V qui supprima l'autonomie de la région.

Le cortège s'est ébranlé après une minute de silence à la mémoire des victimes des attentats jihadistes ayant fait 16 morts en Catalogne le mois dernier.

Société partagée

En Catalogne, une région de 7,5 millions d'habitants grande comme la Belgique et qui fournit 20% du PIB espagnol, la société est très partagée sur cette question de l'indépendance.

Selon le dernier sondage publié en juillet par le Centre d'étude de l'opinion, dépendant du gouvernement catalan, 41,1% la souhaitent et 49,4% sont contre.

Madrid contre le référendum

« Il n'y aura pas de référendum et je ferai tout le nécessaire pour cela, car c'est mon obligation [...] de préserver l'unité nationale », a répété le chef du gouvernement espagnol, le conservateur Mariano Rajoy, appelant les séparatistes à « faire marche arrière » afin d'éviter de « plus grands maux ».

Madrid fait valoir qu'une telle question touchant à la souveraineté nationale doit être réglée par l'ensemble des Espagnols.

Le parquet a annoncé des poursuites contre le président de la Catalogne, Carles Puigdemont, et les membres de son gouvernement pour avoir convoqué ce référendum dépit de son interdiction par la Cour constitutionnelle.