EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

11/12/2016

Les vignerons autrichiens défient la loi européenne

Agriculture & Alimentation

Les vignerons autrichiens défient la loi européenne

Une maison traditionnelle utilisée par les producteurs d'Uhudler dans le Burgenland

[Christoph Sammer/Flickr]

Des viticulteurs autrichiens ont contesté les règles européennes concernant l’appellation de vin régional, l’Uhudler. Un article d’EurActiv Allemagne.

Le zèle réglementaire entraine parfois l’UE dans d’étranges litiges. Le vin Uhudler  de la région du Burgenland dans l’Est de l’Autriche, est une des victimes d’une réglementation excessive.

Lorsqu’une épidémie de phylloxéra a dévasté une grande partie de l’industrie viticole dans cette région, les vignerons autrichiens se sont tournés vers l’importation de cépages résistants à ce puceron ravageur depuis Amérique du Nord, plutôt que de faire un usage abondant de pesticides.

En greffant leurs variétés sur les nouveaux ceps, ils ont créé un vin dont le goût se distinguait complètement de ce qui existait en Europe à l’époque.

Au milieu du XXème siècle, alors qu’il devenait évident que ce nouveau procédé de greffage était une solution viable à la détresse du secteur viticole européen, les vignes d’Amérique du Nord ont été interdites dans de nombreux pays du continent, car les vignerons essayaient de rétablir et protéger leurs propres cépages.

Risques phytosanitaires

Aujourd’hui, l’Uhudler n’est produit que dans certaines parties du Burgenland et sa production en dehors de ces territoires spécifiques est interdite par la loi européenne, qui prétend que ces vignes présentent des risques phytosanitaires. Pourtant cette interdiction n’est à vrai dire qu’une mesure de protectionnisme.

Les œnophiles étant à la recherche de vins originaux fabriqués par des petits producteurs, cette exclusivité imposée a néanmoins permis au vin de connaître une sorte de renaissance.

L’année dernière, le Parlement européen a demandé dans une question écrite pourquoi l’interdiction, en vigueur jusqu’en 2030, était toujours d’actualité.

Ce à quoi le commissaire à l’agriculture, Phil Hogan a répondu que le classement des variétés de raisins était de la compétence des États membres et qu’aucune nouvelle donnée scientifique n’avait été remise pour modifier la position de Bruxelles à ce sujet.

>> Lire : Le changement climatique risque de pénaliser le vin européen

En novembre dernier, certains vignerons autrichiens ont reçu un avis les sommant d’arracher les vignes plantées et cultivées après 2003, pour cause de non-respect de l’interdiction de plantation. Les vignerons en question, fondamentalement opposés aux lois européennes gouvernant la production du vin, ont bien entendu refusé d’arracher leurs vignes.

« Vin de fruits »

Les autorités locales devraient maintenant faire respecter la loi et exiger des vignerons qu’ils respectent l’avis reçu. Le secteur viticole ayant un poids important dans la région, il n’est pourtant pas certain qu’elles le fassent. Les vignerons espèrent que la loi autrichienne sera modifiée pour que les variétés de raisin actuellement interdites soient reclassées comme « vin de fruits ».

Pour préserver l’identité régionale qui s’est construite autour du vin Uhudler, la Commission européenne a été priée d’en faire une appellation d’origine protégée, une marque de fabrique dont jouissent des produits uniques comme le parmesan et le champagne.

>> Lire : Rome ne veut pas de lait en poudre dans son parmesan

La région cherche aussi à exploiter les opportunités touristiques offertes par le Uhudler, en mettant en place un centre culturel ou une route du vin ainsi qu’en organisant des visites pour comprendre la fabrication du vin.