Bruxelles débloque des aides pour les agriculteurs victimes du mauvais temps

Les producteurs de pommes belges prévoient une année catastrophique.

La Commission européenne a accepté d’assouplir ses règles sur les aides de la PAC dans dix pays dont les cultures ont souffert cette année de conditions climatiques particulièrement difficiles.

Les agriculteurs belges, tchèques, espagnols, italiens, lituaniens, lettons, hongrois, polonais, portugais et finlandais recevront cette année des avances plus élevées sur les paiements directs auxquels ils ont droit dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC) et des financements au développement rural. L’année a en effet été particulièrement difficile et les conditions météo extrêmes ont engendré des pertes considérables.

La Commission a donc décidé de lever le plafond des avances de paiement de 70 à 85 % du montant total auquel ont droit les exploitants. En ce qui concerne les fonds de développement rural, le plafond est passé de 50 à 75 %. Les avances sur les aides de la PAC de l’année prochaine peuvent être versées à partir du 16 octobre.

Dans le sud de l’Europe, ce sont des températures extrêmes et une sécheresse qui ont mis les agriculteurs en difficultés, alors que le nord du continent a été confronté à une saison particulièrement pluvieuse.

La vague de chaleur menace la transhumance en Italie

Le manque de pluie et une vague de chaleur surnommée « Lucifer » forcent les éleveurs italiens à quitter les pâtures alpines plus tôt que prévu, se privant ainsi de milliers d’euros de financement européen.

Les vignerons français s’attendent ainsi à une récolte 18 % moins fournie qu’en 2016, elle-même une année très peu rentable. En Italie, la chute pourrait atteindre les 20 % après des gelées printanières marquées et  une vague de chaleur qui a vu le mercure  grimper jusqu’à 55 °C cet été.

En Belgique, ce sont les producteurs de pommes qui s’attendent à une année catastrophique. Une étude du ministère flamand de l’Agriculture et de l’association des coopératives horticoles belges (VBT) conclut que « le gel d’avril et une météo difficile au printemps » réduiraient d’environ 68 % la production comparée à 2016.

L’évaluation de la Commission est toujours en cours, et d’autres pays pourraient rejoindre la liste d’assouplissement des plafonds dans un avenir proche.