EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

28/08/2016

Des militants pro-OGM descendent dans la rue pour le riz doré

Agriculture & Alimentation

Des militants pro-OGM descendent dans la rue pour le riz doré

golden_rice_irri_photo.jpg

Des partisans des OGM ont lancé une campagne pour que l'UE autorise la mise sur le marché des OGM. En commençant par une manifestation devant l'un des bureaux bruxellois de Greenpeace.

Il était 11 heures, le 23 janvier, lorsque des manifestants se sont rassemblés devant l’un des bureaux de Greenpeace dans la capitale européenne. Ils brandissaient des bannières dénoncant l'attitude anti-OGM de l'organisation écologiste, qu’ils qualifient de « crime contre l'humanité ».

Le comble, c'est que Patrick Moore, l'un des membres fondateurs de Greenpeace, est à l'origine de cette manifestation. Il affirme que les cultures génétiquement modifiées, comme le « riz doré », enrichi en vitamine A, pourraient éviter la mort de millions de personnes ainsi que la cécité liée à une mauvaise nutrition dans les pays en développement.

Patrick Moore est une personnalité controversée dans le milieu des écologistes. Même s'il a quitté Greenpeace il y a 28 ans, il continue à rappeler ses liens avec l'organisation écologiste lors de ses discours pro-OGM. Patrick Moore réfute la responsabilité des activités de l’homme dans le changement climatique. Il plaide également en faveur de l'exploitation des forêts tropicales.

L'UE passerait à côté d'un potentiel énorme

Lors d'une conférence à Bruxelles le 22 janvier, le ministre britannique de l'Environnement, Owen Paterson, Patrick Moore et des membres du secteur des OGM ont affirmé que l'UE passait à côté du potentiel énorme offert par les cultures OGM.

« Je crois profondément que les cultures génétiquement modifiées présentent des avantages pour les consommateurs, les agriculteurs et l'environnement », a déclaré le ministre britannique tout en concédant qu'elles ne constituaient pas « la panacée ».

EuropaBio, une association pas très bio

Lors de la conférence organisée par EuropaBio, une association qui représente les intérêts de l'industrie des biotechnologies, Owen Paterson a déclaré que l'UE, en n'autorisant pas la mise sur marché de cultures OGM, risquait d'être considérée comme peu ouverte à la science et entachée d’immobilisme.

Le ministre britannique a ajouté que l'UE risquait de devenir « le musée de l'agriculture mondiale » si elle n'utilise pas le génie génétique.

Le conservateur britannique a condamné en août la destruction de cultures de riz doré aux Philippines par des personnes liées à Greenpeace.

« Il faut autoriser à poursuivre les essais scientifiques », selon lui.  « [L'UE] a jeté aux oubliettes un projet d’essai scientifique digne de ce nom. » C'était une erreur, a-t-il ajouté.

« À chaque OGM ses vertus »

Patrick Moore a expliqué à EurActiv que « chaque OGM doit être traité en fonction de ses propres vertus […] vous pouvez avoir de mauvais OGM. Il serait facile d'en produire un qui pourrait nuire à la population ».

Dans le cadre de la campagne, EuropaBio a lancé un site Internet en vue de « mettre en avant l'intérêt grandissant […] relatif aux cultures génétiquement modifiées en Europe ».

Ni détracteurs des OGM, ni membres d'ONG écologistes n'étaient présents dans le panel de cette conférence.

Le génie génétique

Dans un courriel envoyé à EurActiv, Mario Contiero, le directeur chargé de la politique agricole chez Greenpeace Europe, a écrit : « Le riz "doré", génétiquement modifié, est en réalité une expérimentation coûteuse et dangereuse qui, en 20 ans, n'a pas permis de trouver une réelle solution au problème de carence en vitamine A. Il détourne les fonds nécessaires à des solutions efficaces qui existent et fonctionnent déjà. »

Mario Contiero a fait ainsi référence à un communiqué de l'institut international de recherche sur le riz : « il n'a pas encore été prouvé que la consommation quotidienne de riz doré améliorait le taux de vitamine A chez les personnes en carence et qu'il puisse dès lors réduire les troubles inhérents, comme la cécité nocturne. » L'institut prévoit d’ailleurs de mener davantage de recherches en la matière.

L'IRRI a ajouté que le riz doré ne serait disponible qu'aux Philippines si les « autorités nationales de surveillance l'autorisent et s'il est prouvé qu'il permet de réduire la carence en vitamine A […]. Ce processus pourrait prendre deux ans, voire plus. »

Le membre de Greenpeace a rejeté le propos d’Owen Paterson qui considère que, sans cultures OGM, l’UE deviendrait un « musée ».

« Le génie génétique est une technologie approximative et dépassée qui, elle, a sa place dans un musée. La science relative à la sélection des plantes a évolué », a indiqué M. Contiero. Il a ajouté que les gouvernements feraient mieux de trouver d'autres solutions.

« Les biotechnologies plus modernes, comme la sélection assistée par marqueurs, produisent de brillants résultats. Les variétés de blé résistantes à la sécheresse et le riz résistants aux inondations se trouvent déjà dans les champs des agriculteurs », a-t-il affirmé.

Le débat sur les OGM s’est envenimé dernièrement à Bruxelles quand les eurodéputés ont rejeté majoritairement l'adoption de l'autorisation de vente d'un type de maïs transgénique, le maïs 1507 de la société Pioneer.

Contexte

La Commission européenne a proposé en juillet 2010 aux États membres d'interdire des cultures OGM dans le but de débloquer la situation. Seules quelques variétés ont en effet été autorisées en plus de 12 ans.

La proposition fait toutefois l'objet d’âpres discussions entre les États membres et reste bloquée.

Dans l'UE, seules deux cultures génétiquement modifiées peuvent être commercialisées : du maïs résistant aux insectes et des pommes de terre contenant de l'amidon modifié à usage industriel.

L'Espagne détenait en 2012 plus de 90 % de la superficie totale de maïs transgénique dans l'UE (129 000 hectares).

À ce jour, sept pays de l'UE ont introduit des interdictions nationales « de précaution » sur la culture du maïs MON 810 de Monsanto qui résiste aux insectes :  l’Allemagne, l'Autriche, la Bulgarie, la France, la Grèce, la Hongrie et le Luxembourg.

Plus d'information

Documents officiels de l'UE

Associations industrielles

ONG, groupes de réflexion et universités