Les agences européennes accusées de dissimuler des preuves contre le glyphosate

Les plaignants américains appellent l'Europe à vérifier les évaluations du glyphosate. [Paola Tamma/Euractiv]

Les avocats qui poursuivent Monsanto en justice aux États-Unis accusent les agences européennes de sécurité alimentaire d’avoir « délibérément écarté certaines études » dans leur évaluation de la dangerosité du glyphosate.

Le 4 octobre, deux des plaignants de l’affaire Monsanto en cours outre-Atlantique et leurs avocats se sont rendus à Bruxelles pour encourager le non-renouvèlement de l’autorisation de vente du glyphosate en Europe.

L’herbicide, considéré comme « probablement cancérigène » par le CIRC, le centre onusien de recherche sur le cancer, a en effet été évalué et jugé sûr par l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) et l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA).

« Je suis ici aujourd’hui pour encourager la Commission européenne et vous, les citoyens de l’Europe, à se pencher sur de nouvelles études publiées, outre celle du CIRC, et aux documents qui ont été déclassifiés et indiquent que le glyphosate est probablement cancérigène », a déclaré John Barton, atteint d’un lymphome non hodgkinien de stade 3, qu’il estime causé par son utilisation du RoundUp, un herbicide au glyphosate, pendant plus de 30 ans.

Le glyphosate fait monter la tension entre États membres et Commission

Les États membres doivent cesser de se cacher, voire de se décharger sur la Commission sur la question du glyphosate, assure Vytenis Andriukaitis, commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire.

Science sous influence

Le fait que cet agriculteur ait décidé de poursuivre Monsanto, qui produit et vend le RoundUp, en justice a permis la déclassification et la publication de centaines de documents internes de l’entreprise, connus sous le nom de « Monsanto papers ».

Ces documents indiquent que Monsanto aurait fait appel à des « auteurs fantômes », des scientifiques qui ont prêté leur nom pour la publication d’articles en réalité écrits par des membres de l’entreprise. Celle-ci aurait également fait pression pour que des journaux scientifiques retirent des articles réellement indépendants et contraires à ses intérêts.

Trois enquêtes qui auraient fait l’objet de cette pratique du « ghost-writing » ont été utilisées dans l’évaluation du glyphosate par les agences européennes. Les avocats américains estiment donc que la validité scientifique des évaluations pourrait être compromise.

L’EFSA et l’ECHA ont cependant minimisé l’impact de ces révélations, assurant que les documents en question n’ont eu que peu d’influence sur le résultat et qu’elles étaient « parvenues à leur conclusion indépendante sur la base des données originelles, et non de l’interprétation de quelqu’un d’autre ».

En juin, les agences ont donc indiqué que « même si les allégations de ‘ghost-writing’ était avérées, cela n’aurait pas d’impact sur l’évaluation globale de l’UE et ses conclusions sur le glyphosate ».

Dissimulation de preuves

Les documents déclassifiés suggèrent que Monsanto est au courant depuis des décennies des risques cancérigènes du glyphosate et de sa formule commerciale, le RoundUp, et a étouffé les preuves.

Ainsi, dans une étude commanditée en 1999 par l’entreprise, le Dr James Parry informait Monsanto du caractère génotoxique du glyphosate et recommandait des études plus poussées sur les effets des « formules » au glyphosate, c’est-à-dire le RoundUp. Une substance est dite génotoxique quand elle est capable de perturber l’ADN des cellules et de causer des mutations, qui sont notamment à l’origine de cancers.

L’étude de James Parry n’a jamais été rendue publique et ses recommandations ont été ignorées : « nous ne ferons simplement pas les études proposées par Parry », écrivait William Heydens, toxicologue chez Monsanto, après réception de l’étude.

Dans le RoundUp, des substances chimiques (les surfactants) sont ajoutées pour accroître la capacité de pénétration dans la plante du glyphosate. Ces produits ont un profil génotoxique encore plus élevé.

Monsanto « ne peut pas dire que le RoundUp ne cause pas de cancer. Nous n’avons pas fait d’études de carcinogénicité sur le RoundUp », se déchargeait Donna Farmer, elle aussi toxicologue pour la firme américaine, en 2002.

La réglementation européenne sur les pesticides prévoit que l’EFSA et l’ECHA n’analysent que la substance active présente dans le pesticide, pas la formule complète de celui-ci, dont l’évaluation revient aux États membres. La France et les Pays-Bas ont ainsi interdit partiellement le RoundUp en 2015, mais le glyphosate est présent dans de nombreux autres produits encore sur le marché.

Cette répartition du travail explique partiellement la différence entre les conclusions du CIRC et de l’EFSA, selon l’agence européenne. « Il existe de bonnes raisons scientifiques d’évaluer une substance chimique séparément des autres produits présents dans une formule pesticide », assure un porte-parole de l’EFSA à Euractiv. « Par exemple, si l’on considère tous les ingrédients ensemble, il est très difficile de déterminer quelles substances sont à l’origine de quel effet. Certaines formules pesticides contiennent en effet des dizaines de substances différentes. »

« Cette distinction entre substance active et formules pesticides explique également les différences de ‘poids’ que l’EFSA et le CIRC attachent à certaines études. Pour l’évaluation européenne, les études menées sur le glyphosate sont donc évidemment plus pertinentes que celles menées sur des formules qui contiennent d’autres produits chimiques, surtout quand les autres substances n’ont pas pu être identifiées », poursuit le porte-parole.

En 2015, la Commission a demandé à l’EFSA de conduire une évaluation du surfactant POE-tallowamine, l’agence européenne a conclu que le surfactant était plus toxique que le glyphosate et a recommandé que la toxicité des formules et leur potentiel génotoxique soient davantage pris en considération.

Sur la base de cette recommandation, l’UE a interdit l’utilisation conjointe des deux substances.

Le lobbying pro-israélien et pro-glyphosate fait des remous au Parlement européen

Les eurodéputés ont récemment rejeté d’étranges amendements visant à renforcer le contrôle des ONG « qui agissent « contre les intérêts de l’UE ». Une enquête sur les origines de ces propositions mène à un groupe de pression pro-israélien et à un défenseur du glyphosate.

Sélection des preuves

Michael Baum, l’avocat de John Barton, estime cependant que certaines études pertinentes ont été écartées par l’EFSA et l’ECHA. « C’est comme avoir une montre suisse de précision, tous les dispositifs fonctionnent parfaitement et vous donnent l’heure, mais elles, elles ont sciemment cassé certaines branches du mécanisme », compare-t-il.

« L’EFSA et l’ECHA ont délibérément écarté certaines études. En éliminant certaines études et niveaux d’exposition, ils sont arrivés au résultat souhaité, à savoir que le glyphosate n’est pas cancérigène », poursuit-il. Alors que « si on analyse les données correctement, on trouve un risque accru. C’est pourquoi il faut lancer une nouvelle enquête. »

« La révision de notre travail est toujours possible, que ce soit suivant de nouvelles preuves scientifiques ou des informations liées au processus d’évaluation », a indiqué un porte-parole de l’EFSA. Pourtant, les deux agences ont confirmé ne pas envisager de réévaluation à ce stade.

Le débat scientifique sur le glyphosate refuse de mourir

Le docteur Christopher Portier a analysé les sources des recherches des agences européennes sur le glyphosate. Dans une lettre à Jean-Claude Juncker, il s’inquiète d’un manque de rigueur scientifique.

Complicité

Les « Monsanto papers » incluent des textos illustrant des liens étroits entre la firme et l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA). Des employés de l’EPA y affirment qu’ils devraient « recevoir une médaille » s’ils parviennent à « enterrer » une évaluation incriminante du glyphosate.

« C’est profondément choquant aux États-Unis, parce que ces personnes sont celles qui sont supposées nous protéger. En Europe, cela devrait choquer aussi, parce que nous ne connaissons pas les relations entre Monsanto et les législateurs », estime Brent Wisner, également avocat dans l’affaire Monsanto aux États-Unis.

Le cabinet d’avocat pour lequel il travaille a rendu certains documents publics et tente d’en publier davantage. « C’est la partie visible d’un très grand iceberg », assure Brent Wisner.

Les médias enquêtent désormais sur les liens entre les autorités de régulation européennes et la firme. Un article du Guardian montre que l’évaluation de l’EFSA datant de 2015 est en grande partie copiée-collée d’une étude de Monsanto.

Dernièrement, Le Monde a découvert qu’un scientifique de Monsanto ayant enterré une étude qui n’aurait pas été conforme aux tests de toxicité européens travaille désormais pour l’ECHA.

L’agence estime que ces faits remontent à plus de 15 ans et que le scientifique en question n’a pas, à sa connaissance, participé à l’analyse de risques du glyphosate.

Vote à venir

La licence du glyphosate expire cette année et les États membres de l’UE voteront probablement lors d’une réunion en novembre suite au débat des 5 et 6 octobre qui n’a débouché sur aucune conclusion.

Le commissaire à la sécurité alimentaire et à la santé, Vytenis Andriukaitis a annoncé qu’il n’y aurait pas de réautorisation sans majorité qualifiée des États membres.

Paris a déjà déclaré qu’elle voterait contre le renouvellement de la licence, et le 3 octobre, le ministre italien de l’Agriculture Maurizio Martina a annoncé dans un tweet que l’Italie s’y opposerait également.

Paris réaffirme son opposition au glyphosate

La France a réaffirmé son opposition au renouvellement de l’autorisation de vente du glyphosate proposé par Bruxelles. Mais agriculteurs et ONG dénoncent la « cacophonie » du gouvernement sur le sujet.