EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

03/12/2016

L’UE restreint l’utilisation du glyphosate

Agriculture & Alimentation

L’UE restreint l’utilisation du glyphosate

Les États membres ont approuvé le 11 juillet la proposition de la Commission européenne de limiter l’utilisation du glyphosate, ainsi que d’interdire un de ses composants dans les 28 pays.

Le comité permanent de la chaîne alimentaire et la chaîne animale a approuvé à une majorité qualifiée la proposition de la Commission destinée à restreindre l’utilisation de l’herbicide controversé. Les conditions incluent l’interdiction du polyoxyéthylène amine (POEA), un adjuvant pour tous les herbicides à base de glyphosate, dont le RoundUp de Monsanto. Il s’agit d’un tensioactif qui améliore l’activité des herbicides, comme le glyphosate. Les États membres devront à présent revoir leur législation nationale pour s’assurer que les pesticides contenant du glyphosate ne sont pas également composés de POEA.

Le glyphosate fait l’objet de débats houleux récemment. Certains études montrent que la substance est sans danger pour les humains, si elle est utilisée correctement par les agriculteurs, mais d’autres indiquent qu’elles augmentent le risque de cancer.

>> Lire : Les eurodéputés contaminés au glyphosate

Une étude de l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), publiée en novembre dernier, a conclu qu’il était impossible d’évaluer l’exposition des agriculteurs, des passants, des résidents et des consommateurs au POEA. Elle a cependant été en mesure de montrer que le POEA présente une toxicité bien plus élevée que le glyphosate.

D’autres mesures approuvées le 11 juillet incluent un examen plus minutieux de l’utilisation du glyphosate avant la moisson et sa restriction dans certaines zones comme les parcs publics ou les jeux d’enfant. Les États membres « doivent être particulièrement attentifs à la protection des nappes phréatiques dans les zones sensibles, notamment celles qui ne sont pas destinées à la culture », selon une régulation adoptée lors de la réunion du comité.

22 États membres, dont le Royaume-Uni, l’Italie et la France, ont voté en faveur de la proposition de la Commission et six se sont abstenus, incluant l’Allemagne et Malte. Paradoxalement, Berlin a déjà interdit l’utilisation du POEA à l’échelle nationale et La Vallette était le seul pays s’opposant au renouvellement de l’autorisation du glyphosate pour 18 mois.

Hogan défend la Commission

Le 29 juin, l’exécutif avait décidé de renouveler l’autorisation du glyphosate jusqu’à ce que l’agence européenne des produits chimiques (ECHA) à Helsinki publie son étude sur la substance. Cette décision a été prise après qu’aucune majorité qualifiée n’a pu être obtenu en faveur ou contre le renouvellement de l’herbicide.

>> Lire : Bruxelles prolonge l’autorisation du glyphosate

Le commissaire à l’agriculture et au développement rural a attribué la responsabilité de cet enlisement de la situation aux 28. « Je me rends compte que c’est un sujet controversé dans certains cercles, mais dans la procédure du renouvellement de l’autorisation, les États membres ne sont pas parvenus à prendre une décision tranchée, en sachant que la Commission devrait agir », a souligné le commissaire. Il a ajouté qu’il ne s’agissait peut-être pas la meilleure solution pour les agriculteurs utilisant l’herbicide, mais « c’est rassurant que la Commission se soit assurée que certains produits seraient toujours disponibles ».

>> Lire : Les Européens s’écharpent sur le glyphosate

 

Contexte