L’Europe risque une pénurie de beurre

Le monde pourrait manquer de beurre d'ici la fin de l'année.

Des pénuries de beurre sont à prévoir d’ici la fin de l’année. Une demande erratique et des déséquilibres au sein des marchés ont fait grimper les prix.

« Après les prix très bas de l’an dernier, il y a eu un manque de lait dans le monde entier », indique Peder Tuborgh est PDG d’Arla Foods, l’une des plus grandes coopératives laitières au monde, détenue par 12 500 agriculteurs dispersés dans l’UE. Peder Tuborgh prévoit une pénurie de beurre d’ici la fin de l’année : « il sera impossible de répondre à la demande jusqu’à Noël ».

Les producteurs ont limité leur production après la dégringolade des prix l’an dernier, quand la levée des quotas de production européens a fait tanguer le marché.

Cette stratégie a mené à une insuffisance de lait, crème et beurre, qui fait aujourd’hui grimper les prix de manière « significative ». En septembre, Arla augmentera pour le troisième mois consécutif le prix payé aux producteurs, qui atteindra les 38,3 centimes d’euros.

Une demande en pleine évolution

Le beurre est aujourd’hui 150 % fois plus cher qu’il y a un an, à 6,12 euros/kg et on estime que la demande dépassera l’offre de 60 000 tonnes d’ici la fin de l’année.

La Commission européenne estime cependant qu’il s’agit moins d’une pénurie que d’une évolution de la demande au sein même du secteur des produits laitiers.

« Au mois de juin, l’augmentation de la production dans 19 États membres a permis de corriger, et de dépasser, la réduction qui a eu lieu dans neuf autres, dont la France et l’Allemagne », a indiqué un représentant européen. L’exécutif estime donc que la production laitière de 2017 dépassera d’environ un million de tonnes celle de 2016.

« La situation du beurre est le résultat d’une compétition accrue pour les matières grasses du lait », explique le représentant européen. « C’est principalement dû au fait que celui-ci est plutôt dirigé vers la production de fromage pour répondre à une demande forte dans un secteur qui offre de meilleurs retours que le beurre. »

Les agriculteurs européens réclament une chaîne alimentaire plus équitable

Les coopératives agricoles appellent la Commission à accroître la transparence dans la chaine d’approvisionnement alimentaire. Et à promulguer une loi européenne pour protéger les producteurs alimentaires des pratiques commerciales déloyales.

« La chaine alimentaire doit mieux fonctionner »

Pour Pekka Pesonen, secrétaire général de la Copa-Cogeca, une association de représentation des agriculteurs européens, la pénurie de beurre est plutôt liée à l‘explosion de la consommation sur le marché américain, où les citoyens préfèrent de plus en plus le beurre à la margarine.

Les producteurs veulent satisfaire la demande de matière grasse laitière sans pour autant y ajouter les composants qui font baisser les prix d’autres produits, comme la poudre de lait écrémée, explique-t-il.

« Il faut aussi résoudre la corrélation entre le prix du beurre payé par le consommateur et le prix perçu par le producteur », ajoute le représentant des agriculteurs. « Les prix perçus par les producteurs n’ont pas augmenté autant que les prix payés par les consommateurs finaux. Il faut faire mieux fonctionner la chaine alimentaire. »

Lancement d'une consultation européenne sur l'équité dans la chaîne alimentaire

L’exécutif s’interroge sur l’équité de la chaîne alimentaire, qui défavorise souvent les petits agriculteurs au profit des puissants intermédiaires comme Lactalis en France.