EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/09/2016

Les États membres boudent les OGM autorisés par Bruxelles

Agriculture & Alimentation

Les États membres boudent les OGM autorisés par Bruxelles

La Commission européenne a entamé les discussions sur l’autorisation de la culture de nouveaux OGM, le maïs Bt11 et le maïs 1507. Dix-sept États membres ne les cultiveront pas.

Le comité permanent de la chaîne alimentaire et la chaîne animale s’est réuni pour la première fois le 9 juillet pour essayer d’obtenir une autorisation pour deux nouvelles variétés de maïs génétiquement modifiées : le maïs Bt11 et le maïs 1507.

Lors de cette réunion, le renouvellement d’autorisation du maïs MON810 de Monsanto a également était évoqué. Il n’y a cependant pas eu de vote, mais des discussions supplémentaires sont prévues au second semestre 2016.

Selon une directive récemment adoptée, les États membres ont davantage de libertés pour décider s’ils veulent ou non cultiver des OGM sur leur territoire, sous certaines conditions.

Pendant la procédure d’autorisation, les 28 ont la possibilité de demander une modification de la portée géographique de la notification pour que la zone ne soit pas couverte par les autorisations européennes.

Interdiction

En revanche, si un OGM a déjà été autorisé, ils peuvent en interdire ou restreindre la culture, pour se conformer à « leurs objectifs de politique environnementale ou agricole ou [pour] d’autres raisons sérieuses telles que l’aménagement du territoire, l’affectation des sols, les incidences socio-économiques, la coexistence et l’ordre public ».

Le maïs génétiquement modifié 1507 a été conçu pour résister à certains lépidoptères, tels que la pyrale du maïs. Il comporte également un gène permettant à la plante de résister au glufosinate, présent dans les herbicides. Le maïs Bt11, également résistant aux nuisibles et aux herbicides, est quant à lui breveté par Syrgenta Seeds.

Clause

Dix-sept États membres ont choisi de faire appel à la clause interdisant la culture de ces trois variétés sur leur territoire : la Lettonie, la Grèce, la France, la Croatie, l’Autriche, la Hongrie, les Pays-Bas, la Pologne, la Lituanie, Chypre, l’Allemagne (sauf pour la recherche), la Bulgarie, l’Italie, le Danemark, la Slovénie, le Luxembourg et Malte.

La Wallonie en Belgique et l’Ecosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord au Royaume-Uni ne cultiveront pas non plus ces OGM.

>> Lire : Bruxelles essuie un camouflet du Parlement sur les importations d’OGM