EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

28/09/2016

La fusion Dow Chemical-DuPont dans le collimateur de la Commission

Agriculture & Alimentation

La fusion Dow Chemical-DuPont dans le collimateur de la Commission

PicMonkey Collage 3

L’UE a ouvert une enquête approfondie sur le projet de fusion de Dow Chemical et DuPont, qui pourrait réduire la concurrence dans les secteurs de la protection des cultures, des semences et de certains produits pétrochimiques.

La Commission européenne estime que la fusion prévue de Dow Chemical et DuPont, évaluée à près de 116 milliards d’euros, aboutirait à la plus importante entreprise intégrée au monde dans les secteurs de la protection des cultures et des semences, mais risque aussi de nuire à l’innovation.

« Pour vivre, les agriculteurs dépendent de l’accès aux semences et à une protection des cultures à des prix compétitifs. Nous devons nous assurer que la fusion envisagée ne provoque pas une augmentation des prix ou un recul de l’innovation pour ces produits », a expliqué la commissaire à la concurrence, Margrethe Vestager, dans un communiqué le 11 août.

>> Lire : Les nouvelles techniques de sélection des plantes en suspens

Le gendarme européen de la concurrence a estimé que les propositions faites par les deux géants de la chimie le mois dernier n’étaient pas suffisantes dissiper ses craintes. Ni la Commission ni les entreprises n’ont exposé les détails du projet. La décision définitive de l’UE a été reportée au 20 décembre.

Dow Chemical et DuPont ont déclaré qu’il y aurait une collaboration constructive avec la Commission pour répondre à ses inquiétudes. Ils espèrent parvenir à un accord d’ici la fin de l’année.

Les deux entreprises américaines sont des fournisseurs majeurs d’herbicides, insecticides et des producteurs principaux dans les technologies de l’édition génomique. Ils sont également d’importants fournisseurs de polyoléfine à usage spécifique, une matière plastique utilisée notamment dans l’emballage et le collage.

Lire : L’UE restreint l’utilisation du glyphosate