Œufs contaminés: le ministre allemand dénonce une affaire « criminelle »

Les autorités néerlandaises procèdent à des tests sur la viande de poulet. [Lukas Beno/Shutterstock]

Les Pays-Bas procèdent à des tests sur la viande de poulets provenant d’élevages touchés par l’affaire des œufs contaminés pour déterminer une éventuelle présence de fipronil, molécule toxique à l’origine d’un scandale sanitaire européen que le ministre allemand à l’Agriculture a qualifié de « criminel ».

Alors que des dizaines de millions d’œufs ont été retirés de la vente depuis la semaine dernière dans plusieurs pays européens et après l’extension de la crise en France et au Royaume-Uni lundi, l’attention se porte désormais sur la viande de poulet aux Pays-Bas, où l’affaire du fipronil est née.

« Nous testons actuellement la viande de poulet dans les élevages dont les œufs ont été infectés pour déterminer si la viande est également contaminée », a indiqué Tjitte Mastenbroek, porte-parole de l’organisme néerlandais chargé de la sécurité alimentaire et sanitaire, le NVWA.

Grandement touchée par le scandale, l’Allemagne avait appelé vendredi les autorités belges et néerlandaises à faire « rapidement » la lumière sur le frelatage « criminel » à l’insecticide d’œufs.

L’utilisation du fipronil est en effet interdite sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire dans l’Union européenne.

« Quand on voit une énergie criminelle quasiment organisée en réseau, c’est inacceptable », a commenté « avec fermeté » le ministre de l’Agriculture allemand, Christian Schmidt, critiquant une nouvelle fois la lenteur des autorités belges et néerlandaises à communiquer.

L’enquête pénale conduite par le NVWA sous l’autorité du parquet néerlandais, en collaboration avec la justice belge, sur le rôle d’entreprises et de fournisseurs dans l’introduction du fipronil au sein des élevages des Pays-Bas est encore en cours, a fait savoir Tjitte Mastenbroek.

Par ailleurs, le Bureau néerlandais d’enquête pour la sécurité (OVV), qui vise à « améliorer la sécurité et non pas à trancher sur des questions de culpabilité », a annoncé avoir ouvert une enquête pour chercher à savoir pourquoi l’alerte n’avait pas été donnée « plus tôt » et pour déterminer « les rôles des autorités, de la NVWA et du secteur de l’élevage de volailles » dans cette affaire.

En France, « treize lots d’œufs contaminés en provenance des Pays-Bas » ont été livrés en juillet à des entreprises de transformation alimentaire situées dans l’Ouest de l’Hexagone, avait précisé le ministère français de l’Agriculture.

Berlin demande des explications à Bruxelles sur les œufs contaminés

Le ministre allemand de l’Agriculture souhaite s’entretenir avec son homologue belge au sujet de la contamination d’œufs par des insecticides, suite à des accusations selon lesquelles les autorités belges, alertées il y a un mois, auraient tardé à prévenir leurs voisins.

Après les œufs, la viande de poulet

« La détection des œufs contaminés était la plus haute priorité. Nous avons maintenant le temps et la place » pour se pencher « sur la viande », a poursuivi le porte-parole de la NVWA, soulignant qu’il s’agissait d’une « mesure de précaution ».

En effet, la probabilité que la molécule soit détectée dans la viande de poulet est petite, selon le LTO. « Les poulets de chair n’ont aucun problème avec le pou rouge contrairement aux poules pondeuses enfermées dans un poulailler pendant deux ans, ce qui permet au parasite de se développer », a expliqué Eric Hubers, cité dans les médias néerlandais.

Les analyses sont menées sur la viande de poulets issus d’élevages qui produisent aussi bien des œufs que de la viande, ce qui correspond à « quelques dizaines » de sites dans le pays, selon la NVWA et l’organisation agricole néerlandaise LTO.

« La plupart des exploitations font un choix entre l’un ou l’autre », a fait savoir Eric Hubers, représentant des aviculteurs au sein de la LTO.

Si les tests s’avèrent négatifs, « ces éleveurs dont la distribution d’œufs est bloquée auront le droit de rouvrir leur branche viande », a précisé Tjitte Mastenbroek.

Par contre, en cas de détection de fipronil dans la viande, « l’élevage restera entièrement bloqué », a-t-il ajouté, alors que les éleveurs néerlandais pourraient abattre des millions de poules contaminées par l’insecticide dans les jours à venir.

Des millions d'œufs contaminés retirés de la vente en Allemagne et aux Pays-Bas

Des millions d’œufs retirés des rayons dans les supermarchés néerlandais et allemands suite à une possible contamination aux insecticides. Le syndicat néerlandais des éleveurs de volailles compte déjà « plusieurs millions d’euros de pertes ».

L’ampleur de la crise est apparue au grand jour la semaine dernière aux Pays-Bas, où jusqu’à 180 élevages ont été bloqués et des rappels massifs ordonnés alors que les taux de fipronil dépassaient parfois largement les seuils autorisés par la réglementation européenne.

D’autres pays européens tels que l’Autriche, Pologne, Portugal, Bulgarie et Roumanie ont indiqué procéder à des analyses, bien qu’aucun œuf directement importé dans ces pays ne soit contaminé, selon les agences de sécurité alimentaire. En Suisse, les grands distributeurs ont retiré de la vente les œufs importés en provenance des pays touchés, à titre préventif.

L’affaire du fipronil vient s’ajouter à de « nombreux scandales sanitaires dans l’industrie agro-alimentaire, comme la vache folle, les grippes aviaires et porcines et la viande de cheval », selon Greenpeace. Des « symptômes d’un système qui essaie partout de réduire les coûts pour maximiser les profits au détriment de la santé publique et de l’environnement », s’est insurgé Davin Hutchins dans un communiqué.

Réactions

Davin Hutchins, senior campaigner with Greenpeace’s Food campaign, said, “The wide prevalence of the toxic insecticide fipronil in European eggs shows again how secretive industrial meat, dairy and egg production has become. This lack of transparency is designed by the industry and supported by our governments. Consumers cannot trust industrial farms to ensure animal products are free of substances that will harm the public. Massive retail recalls are too little, too late. All of this points to a deep disease in the industrial meat and dairy system.”

“Factory farming has been at the center of a number of scandals, from Mad cow to bird flu, from swine flu to horsemeat. These are symptoms of a system trying to cut costs at every corner to maximize profits at the expense of public health and the environment. Politicians and retailers must step up and serve the public instead of cowing to industrial meat and dairy giants. We need a fundamental shift in our food system where policies promote less production and consumption of animal products and incentives for plant-rich alternatives. It's time to radically reform our food system to be safer, healthier and more transparent,” he added.

Plus d'information