EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

04/12/2016

Les pesticides trop présents dans 6,5% des aliments importés en Europe

Agriculture & Alimentation

Les pesticides trop présents dans 6,5% des aliments importés en Europe

6,5 % des aliments importés en Union européenne depuis des pays tiers contiennent des résidus de pesticides au-dessus de la limite autorisée, selon un rapport publié par l’Agence européenne de sécurité alimentaire. Un article d’EurActiv Espagne.

L’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) a expliqué que les dernières données collectées en 2014 montraient une légère hausse des aliments importés contenant un excès de résidus de pesticides, par rapport à 2013, où ils représentaient 5,7 %.

À titre de comparaison, parmi les aliments dans les 28 pays de l’UE, en Islande et en Norvège, seul 1,6 % possèdent des pesticides au-delà des niveaux autorisés, contre 1,4 % en 2013.

Des près de 83 000 échantillons d’aliments analysés, 97 % sont conformes à la loi, soit en étant complètement sans pesticides (dans 53,6 % des cas) soit en contenant des pesticides, mais dans la limite autorisée (dans 43,4 % des cas).

>> Lire : L’industrie consent à dévoiler ses études sur le glyphosate

Pour le responsable de l’unité pesticides de l’EFSA, José Tarazona, les résultats de 2014 « sont de la continuité des années précédentes, ce qui signifie que l’UE continue de protéger les consommateurs en contrôlant la présence de résidus de pesticides dans les aliments ».

Au total, 3 265 échantillons dépassent ces limites, dont la grande majorité sont des produits importés, et parmi ces produits-là, 1 253 contiennent des pesticides qui ne sont pas autorisés dans l’Union européenne.

L’agence européenne considère « peu probable » que les niveaux d’exposition aux résidus de pesticides trouvés dans les aliments soient une menace pour la santé des personnes à court ou à long terme.

Aussi, elle a proposé des recommandations pour que les programmes de contrôle de pesticides soient plus efficaces, en incluant par exemple l’analyse d’autres produits comme les fruits des bois, le miel, le thé et les aliments pour animaux, et en obligeant à informer sur le niveau de glyphosate.