Actualités & débats européens dans votre langue

26/05/2016

L’agriculture intelligente, une arme contre le changement climatique

Agriculture & Alimentation

L’agriculture intelligente, une arme contre le changement climatique

Un drone surveille les rangées de cerisiers au Danemark.

[Lars Plougmann / Flickr]

Édition spéciale. La Commission européenne veut construire des « ponts » entre l’agriculture et le secteur des technologies de l’information afin de mieux répondre aux défis environnementaux dans le secteur agricole.

La demande croissante pour les produits agricoles et la pollution qui y est associée forcent les décideurs politiques à trouver des moyens innovants pour réduire l’empreinte carbone du secteur agricole.

La Commission pense que les technologies de l’information pourraient aider les agriculteurs à réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’UE, dont 10 % proviennent de l’agriculture.

« Ces émissions ont chuté de 24 % depuis 1990, et la production agricole a été maintenue grâce à une gestion de la terre via des technologies modernes, de meilleures connaissances, et des pratiques spécifiques pour combattre le changement climatique », a souligné un porte-parole de la Commission. Toutefois, faire entrer les agriculteurs dans l’ère du numérique ne sera pas une tâche facile pour l’exécutif.

Investir dans l’agriculture intelligente

L’UE a déjà pris bon nombre d’initiatives pour intégrer la problématique du changement climatique dans la nouvelle Politique agricole commune (PAC, 2014-2020).

Par exemple, le soutien financier apporté aux agriculteurs prend désormais la forme d’aides directes dissociées de la production. Le système de « conditionnalité » évalue le lien entre les paiements directs des agriculteurs et le respect des lois environnementales ou autres, au niveau européen.

>> Lire : L’agriculture, grande oubliée de la COP 21

Dans le cadre de la nouvelle PAC, l’UE investit aussi dans une agriculture intelligente face au climat, avec des projets financés par le programme de recherche de l’UE, Horizon 2020.

« Avec Horizon 2020, nos capacités de recherche et d’innovation dans l’alimentation, l’agriculture, la sylviculture et les milieux marins ont doublé, atteignant 3,6 milliards d’euros pour la période 2014-2020 », a déclaré le porte-parole.

L’agriculture intelligente est au cœur des près de 3 000 projets d’innovation qui devraient recevoir des fonds du budget dédié au développement rural, a appris EurActiv.

Environ 64 millions d’euros seront alloués à l’agriculture de précision et aux technologies numériques dans le secteur agricole dans le cadre du programme de travail Horizon 2020 pour 2016-2017. Et 30 millions d’euros seront investis dans la mise en place d’un essai sur les « objets connectés » à grande échelle pour « l’agriculture intelligente et la sécurité alimentaire ».

La « dernière frontière »

Selon Phil Hogan, commissaire européen en charge de l’agriculture et du développement rural, l’exécutif européen cherche à établir des vecteurs pour unir l’industrie agroalimentaire et celle des technologies de l’information (TIC). Cela permettrait de briser la « dernière frontière », puisque produits et applications ont été développés dans tous les autres secteurs de l’économie, sauf l’agriculture.

>> Lire : L’agriculture intelligente accusée d’être au service d’intérêts industriels

« C’est cela l’agriculture de précision : exploiter les TIC pour permettre aux agriculteurs de faire leur travail de manière plus intelligente et plus efficace. »

« L’agriculture intelligente et numérique est porteuse d’espoirs pour un secteur agricole européen plus durable, productif et compétitif. Nous avons des solutions qui ont le potentiel d’améliorer considérablement l’utilisation des ressources, la santé animale, l’empreinte carbone, et la position des agriculteurs dans la chaine d’approvisionnement », a affirmé Phil Hogan.

Néanmoins, pour le commissaire, l’agriculture n’est pas encore entrée dans « la révolution numérique ».

>> Lire : L’initiative ‘4 pour 1000’ veut réconcilier climat et agriculture

Drones

Les drones sont l’une des technologies les plus prometteuses, car ils permettent par exemple de pulvériser des pesticides de manière plus efficace et ciblée. Pourtant, peu d’agriculteurs profitent actuellement de cette technologie, que beaucoup ne connaissent pas.

« En termes d’échelle, les drones, ou technologie de précision, sont beaucoup plus utilisés aux États-Unis qu’en Europe », a déclaré Maeve Desmond, responsable communications chez Altech European Bioscience.

Quoi qu’il en soit, les technologies de précision dans l’agriculture prennent de plus en plus de place, a-t-elle affirmé. Les drones peuvent par exemple réaliser des topographies et identifier les cultures ou les sols non productifs.

Les drones, utilisés pour surveiller les champs ou mesurer l’humidité et les carences en nutriments dans les cultures, ont un potentiel énorme dans le secteur de l’agriculture. Leur système d’imagerie avancé repère des détails non visibles par l’œil humain.

« Cela permet aux agriculteurs de traiter leurs cultures avant qu’elles ne soient trop touchées. Aux États-Unis, les drones sont utilisés pour surveiller les troupeaux et pour détecter des températures corporelles anormales et autres maladies », a expliqué Maeve Desmond.

>> Lire : Coup d’envoi de la loi sur les drones à usage civil

Les agriculteurs sont très divisés sur les drones, a-t-elle reconnu. Ils devraient pourtant considérer « l’impact positif qu’ils peuvent avoir, grâce à une précision accrue et un meilleur contrôle du compactage des sols, de l’érosion et de la santé des cultures ».

« Si nous voulons assurer la sécurité alimentaire face à la croissance rapide de la population mondiale, alors nous devons étendre nos connaissances et travailler avec des nouvelles technologies telles que les drones et les technologies de précision », a-t-elle conclu. 

Contexte

L’agriculture de précision s’appuie sur la gestion optimisée des besoins des cultures. Elle utilise des technologies de données dont des systèmes de positionnement par satellite (type GPS), la télédétection, et Internet, pour gérer les cultures et réduire l’utilisation de fertilisants, de pesticides et d’eau.

L’introduction des nouvelles technologies permet aux agriculteurs de gérer leur ferme de manière durable en prenant en compte le « moindre détail ».

Ils peuvent ainsi faire un meilleur usage des produits chimiques, et contribuer ainsi à la protection des sols et des eaux souterraines tout en produisant de manière plus efficace. La qualité des produits en sort améliorée et la consommation d’énergie est considérablement réduite.

Grâce à des capteurs, les agriculteurs peuvent identifier les zones qui ont besoin d’un traitement spécial et se concentrer sur l’application de produits chimiques sur ces points spécifiques, contrairement aux pratiques traditionnelles où l’eau, les fertilisants, les insecticides et les herbicides sont uniformément appliqués dans le champ.