Actualités & débats européens dans votre langue

29/05/2016

Le bio français rattrape son retard en Europe

Agriculture & Alimentation

Le bio français rattrape son retard en Europe

En France, 28.725 fermes respectent les normes de l’agriculture biologique

[Energías Renovables/Flickr]

En forte progression, l’agriculture biologique représente aujourd’hui 4,9% de la surface agricole utile française. Mais le pays demeure loin des pays leader comme  l’Autriche ou la Suède. Un article de notre partenaire le Journal de l’Environnement.

Voilà qui mettra du baume au cœur des agriculteurs avant  l’ouverture du Salon international de l’agriculture de Paris (SIA). L’agriculture bio affiche une insolente santé, contrastant avec les crises que connaissent les industries laitières ou porcines traditionnelles.

Jeudi 25 février, les dirigeants de l’Agence Bio ont présenté les chiffres 2015 de l’«agrobio» française, une activité en plein boom. Ce sont désormais 28.725 fermes qui respectent les cahiers des charges siglés AB, cultivant 1,3 million d’hectares, soit 4,9% de la surface agricole utile française (SAU), contre 4,1% en 2014 et 2% en 2007.

>>Lire : L’agriculture biologique croît rapidement dans l’UE

Une progression qui permet au secteur de se rapprocher de la moyenne européenne, ou le bio représente 5,7% de  la SAU. 63% des surfaces cultivées se situent en Espagne, Italie, France, Allemagne, Pologne, et Royaume-Uni. La part de la bio a dépassé les 20% en Autriche et 10% en Suède, Estonie, en République tchèque, en Lettonie et en Italie.

«En un an, le nombre d’exploitations bio a progressé de 8% et les surfaces de 17%», résume Elisabeth Mercier, directrice de l’Agence Bio. Même dynamisme chez les transformateurs. Ils sont désormais près de 13 500, soit 4% de plus qu’en 2014.

+10% EN UN AN

Côté financier, le baromètre est au beau fixe. Le chiffre d’affaires de la bio tricolore bondit de 10% en un an et atteint les 5,5 milliards d’euros. C’est que l’alimentation bio a de plus en plus d’adeptes: en témoigne un sondage de CSA commandé par l’Agence Bio,  selon lequel 65% des personnes interrogées disent «avoir consommé des produits bio ces 12 derniers mois».

>>Lire : L’agriculture bio pourrait bien nourrir la planète

Entre 2004 et 2012, ce chiffre était légèrement supérieur à 40%. «La bio ce n’est pas qu’une affaire de bobos», tonne Elisabeth Mercier. D’autant que la consommation de fruits, de légumes ou de produits transformés issus de l’agriculture biologique progresse en régularité: 27% des sondés en achètent chaque semaine, contre 19% en 2014. Parmi les produits phares: fruits et légumes, œufs, jus de fruits, fromages et lait.

Les grandes surfaces alimentaires restent le premier point de vente où les clients choisissent de s’approvisionner en produits bio (44,3 du chiffre d’affaires national), devant les distributeurs spécialisés (34,3%) et la vente directe (13%).

>>Lire : Le nouveau label bio européen pourrait tolérer la présence d’OGM et de pesticides

logo-jdle.gif