EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

03/12/2016

L’usage des antibiotiques sur les animaux recule en France

Agriculture & Alimentation

L’usage des antibiotiques sur les animaux recule en France

shutterstock_196862090

[Budimir Jevtic/Shutterstock]

L’exposition des animaux aux antibiotiques a encore diminué en 2015, selon des données présentées par l’Anses. L’objectif d’une diminution de 25 % de l’usage des antibiotiques sur les animaux ces médicaments en cinq ans est en passe d’être atteint. Un article de notre partenaire le JDLE.

Guides de bonnes pratiques, sensibilisation des professionnels, interdiction des remises, rabais et ristournes (prévue par la loi d’avenir pour l’agriculture d’octobre 2014), campagnes de communication, etc. : l’usage animal des antibiotiques, considéré comme une cause majeure d’antibiorésistance, n’a cessé de diminuer ces dernières années en France.

-20,1 % depuis 2011

Selon le dernier bilan dressé par l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV, placée sous l’égide de l’Anses), et publié mercredi 16 novembre à l’occasion de rencontres scientifiques sur l’antibiorésistance en santé animale, l’exposition moyenne des animaux aux antibiotiques a diminué de 20,1 % entre 2011 et 2014-15.

L’objectif du plan Ecoantibio 2012-2017, qui prévoit une baisse de 25 % de l’exposition aux antibiotiques sur cette période, est donc en bonne voie d’être atteint, indique l Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, qui prévoit de publier un rapport sur le suivi du plan au second semestre 2017.

>>Lire : L’UE veut modérer le recours aux antibiotiques dans l’élevage

Cette baisse est observée chez toutes les espèces, des bovins (-9,5 %) aux volailles (-22,1 %), en passant par les porcs (-24,1 %), les lapins (-17,8 %) et les carnivores domestiques (chats et chiens, -9,5 %).

Antibiotiques jugés critiques

Ce déclin est également observé pour les antibiotiques jugés critiques pour la santé humaine, qui constituent souvent les seules alternatives pour le traitement de certaines maladies.

>>Lire : La résistance aux antibiotiques menace la santé des Européens

Parmi ces molécules, dont plusieurs ont vu leur usage fortement restreint en avril, l’exposition aux céphalosporines de dernières générations a diminué de 21,3 % entre 2013 et 2014-15, celle aux fluoroquinolones de 22,3 % sur la même période. Là aussi, toutes les espèces sont concernées par cette baisse, sauf les carnivores domestiques pour les céphalosporines (+4,8 %).

Quant à la colistine, dont un nouveau mécanisme de résistance inquiète particulièrement les experts de santé publique, l’exposition des animaux est aussi en baisse, de 25,3 % depuis 2011.

Vigilance sur l’antibiorésistance

La situation est un peu moins optimiste du côté des résistances bactériennes : les dernières données du réseau d’épidémiosurveillance de l’antibiorésistance des bactéries pathogènes animales (Résapath) révèlent une stabilisation globale pour les antibiotiques critiques, avec une hausse chez les volailles.

Pour les autres antibiotiques, dont les résistances avaient continuellement diminué depuis 2006, les données révèlent même une augmentation dans presque toutes les filières et tous les médicaments.

« Cette tendance devra être confirmée l’année prochaine pour être qualifiée de significative. Elle concerne cependant la majorité des antibiotiques étudiés dans presque toutes les filières, et constitue donc un point de vigilance », indique l’Anses.

logo-jdle.gif