EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

01/10/2016

Les eurodéputés accusent la Commission d’inefficacité face à la crise agricole

Agriculture & Alimentation

Les eurodéputés accusent la Commission d’inefficacité face à la crise agricole

Le paquet d’aide de la Commission pour aider les producteurs à faire face à la crise agricole n’est pas efficace, ont déclaré des eurodéputés à Phil Hogan, commissaire en charge de l’agriculture.

La surproduction de lait depuis que les quotas laitiers de l’UE ont été abolis en avril 2015 a déclenché un effondrement des prix. L’enveloppe de 500 millions d’euros d’aide pour les agriculteurs, décidée en septembre, était un pas dans la bonne direction, mais l’exécutif doit proposer de nouvelles mesures et allouer plus de fonds pour aider les agriculteurs à sortir de la crise.

>> Lire : L’UE tente un nouvel outil pour résoudre la crise du lait

« La question est de savoir pourquoi ces instruments ne nous ont pas donné le résultat escompté », a déclaré Czesław Adam Siekierski, chef de la commission agriculture, lors d’un débat au Parlement de Strasbourg.

Pour cet eurodéputé polonais, affilié au PPE, l’UE n’a pour l’instant pas réussi à lever l’embargo russe sur les importations de produits alimentaires européens.

Dans le même temps, les prix des denrées alimentaires dans le monde a chuté de 19 % l’année dernière, l’Argentine et le Brésil deviennent de gros concurrents grâce à la déflation, et la demande en Chine et en Inde est faible pour les importations de denrées. Cette situation est en train de devenir une menace existentielle pour de nombreux agriculteurs dans l’UE.

« La plupart des agriculteurs auront tendance à augmenter leur production. Avec ces facteurs externes complexes, les instruments que nous utilisons dans le cadre du filet de sécurité ne sont pas très efficaces », a estimé l’eurodéputé polonais devant le Parlement.

De nombreux producteurs ne parviennent plus à projeter leur avenir dans l’agriculture, et feront racheter leur ferme par de plus grandes exploitations, qui pratiquent l’agriculture intensive. Ce sera la fin du modèle européen d’agriculture durable et respectueuse de l’environnement, s’est inquiété Czesław Adam Siekierski.

« Les instruments gérés par les États membres eux-mêmes s’avèrent inefficaces », a quant à lui assuré Paolo De Castro, eurodéputé du Partito Democratico italien.

« Il y a une sérieuse menace de renationalisation d’un politique typiquement européenne. L’impact du paquet d’aide introduit en septembre a atteint ses limites », assure-t-il.

De son côté, Phil Hogan a demandé aux eurodéputés de donner au paquet et à d’autres mesures un peu plus de temps avant de porter un jugement.

Le commissaire à l’agriculture a affirmé qu’il faisait pression, au sein de l’Organisation mondiale du commerce, pour que la Russie lève l’interdiction concernant les produits de viande porcine, et qu’il se rendait en Colombie, au Mexique, au Kazakhstan, en Chine et au Japon pour ouvrir de nouvelles opportunités de marché.

>> Lire : Paris vise une levée des sanctions contre la Russie cet été

Phil Hogan veut également doubler les plafonds d’aide d’État, de manière temporaire, pour qu’ils puissent atteindre 15 000 euros par ferme et par an. Une mesure qui donnerait plus de flexibilité aux États membres pour aider leurs agriculteurs.

Épuisement de tous les outils

De nombreux eurodéputés représentant le parti d’extrême gauche GUE/NGL ont ouvertement tenu Phil Hogan pour responsable de la crise lors d’un débat enflammé. Selon eux, les politiques mises en place par le commissaire sur le marché agricole ont entrainé des conséquences dramatiques pour les agriculteurs européens.

« Nous sommes aujourd’hui dans une situation sans précédent où tous les membres du Parlement s’accordent sur la crise dans laquelle sont plongés les agriculteurs. Mais vous, monsieur le commissaire, vous ne parvenez pas à y faire face. Même si je vous suis reconnaissant d’être passé d’un état de déni total de la crise à une acceptation, les mesures que vous avez promulguées ne vont pas assez loin », a assuré l’eurodéputé irlandais, Matt Carthy.

Ce à quoi Phil Hogan a répondu qu’il ne pouvait agir que dans le cadre de la loi de 2013 adoptée par le Parlement européen et le Conseil et qui énonce les politiques agricoles de l’UE jusqu’en 2020.

« Je suis en train d’épuiser tous les outils qui m’ont été donnés dans le cadre de la loi et du budget », a-t-il affirmé.

Contexte

La suppression des quotas, en mars, le déclin de la demande chinoise, le changement des habitudes alimentaires dans le monde et l’embargo russe sur les produits alimentaires européens ont eu pour conséquence l’effondrement des prix du lait, de la viande de porc et de bœuf, et de certains fruits et légumes.

La Commission européenne a débloqué 500 millions d’euros d’aide aux agriculteurs, qui était descendus dans les rues de Bruxelles.

Prochaines étapes

  • Cette semaine: Le Conseil adopte de nouvelles mesures d’aide aux agriculteurs, comme l’augmentation du plafond des aides d’État.