EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

29/09/2016

Le Maroc demande à Bruxelles de sortir l’accord agricole de l’impasse

Agriculture & Alimentation

Le Maroc demande à Bruxelles de sortir l’accord agricole de l’impasse

Le ministre marocain de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, a appelé l’UE à débloquer l’accord commercial gelé pour aider le pays à mettre en place sa stratégie de développement national.

En décembre 2015, la Cour de justice de l’UE (CJUE) a invalidé un accord de libre-échange agricole crucial entre l’UE et le Maroc car celui-ci n’est pas censé inclure le territoire contesté du Sahara occidental.

L’accord UE-Maroc sur les produits agricoles, les produits agricoles transformés et les produits de la pêche est entré en vigueur le 1er novembre 2012.

Le verdict de la CJUE est une réponse à la plainte déposée par le Front Polisario, un mouvement séparatiste qui lutte pour l’indépendance d’un territoire contrôlé par le Maroc. Cette décision a déclenché de vives réactions à Rabat, qui a suspendu ses liens avec l’UE.

>> Lire : La CJUE supprime un accord commercial UE-Maroc

Quelques jours plus tard, pour éviter une escalade diplomatique, le Conseil de l’UE a fait appel contre la décision de la Cour. Un nouveau verdict est attendu d’ici fin 2016.

État d’esprit plus constructif

Aziz Akhannouch a déclaré à EurActiv qu’en attendant la décision de la CJUE, le Maroc et l’UE travaillaient « main dans la main » pour mieux faire face à la situation.

« Nous travaillons désormais dans un état d’esprit beaucoup plus constructif en attendant le verdict », a-t-il expliqué.

Le ministre a souligné que malgré l’ouverture à d’autres marchés internationaux, Rabat considérait toujours l’UE comme son premier marché pour ses produits agricoles. « L’UE est un partenaire capital », a-t-il répété, tout en ajoutant qu’il ne fallait pas oublier que l’UE et le Maroc avait un partenariat étroit dans le domaine de la sécurité, et notamment de l’immigration.

Rabat a néanmoins été « très étonné » de la décision de la Cour, a-t-il souligné, en admettant que depuis, les relations bilatérales avaient « traversé quelques perturbations et moments difficiles ».

« Les associations agricoles étaient très en colère, et ce genre de choses peut avoir un impact majeur sur les futures relations commerciales », a noté Aziz Akhannouch. Selon lui, jusqu’à la décision finale, les relations UE-Maroc seront constamment mises à l’épreuve.

Agriculture et immigration

Faisant référence au recours du Conseil, le ministre a souligné que plusieurs pays européens avaient soutenu Rabat, comme la France, l’Allemagne, l’Espagne et le Portugal.

« C’est un soutien très important pour nous. Nous considérons que le secteur agricole dans toutes les régions, y compris dans le sud du Maroc, est un véritable facteur de développement qui nous permet de sauvegarder et préserver le niveau de vie de la population […] Nous avons une seule stratégie de développement pour tout le pays. »

« En promouvant cela, nous serons capables de résoudre un grand nombre de problèmes, dont l’immigration illégale […] la Syrie est loin de l’Allemagne, pourtant les effets de la guerre s’y ressentent. Nous, nous sommes à 14 kilomètres de l’Europe. C’est très difficile pour nous de protéger nos frontières », a-t-il poursuivi.

Accent sur les pays méditerranéens

L’agriculture est la pierre angulaire de l’économie marocaine. La population rurale est estimée à 16 millions de personnes, dont 80 % vivent de l’agriculture. Le secteur agricole représente 35 % de l’emploi et 10 % des exportations totales du Maroc.

A Sahrawi farmer in Smara city.

Aziz Akhannouch a rappelé que le Maroc avec d’excellentes relations et des projets communs de développement et de commerce avec l’Espagne et la France. « Je crois que les pays méditerranéens devraient commencer à avoir une vision différente des relations avec le Maroc et le nord de l’Afrique. »

Plan vert et rareté de l’eau

Un récent rapport de l’ONU met en garde contre de graves pénuries d’eau dans les 15 prochaines années, et le Maroc sera sévèrement affecté. L’accès à l’eau pour l’usage domestique et pour la production est le premier Objectif pour le développement durable des Nations Unies.

A water point in the desert.

« Nous nous concentrons depuis longtemps sur une politique de protection des ressources hydrauliques. Le périmètre irrigué que nous préservons fait 1,6 million d’hectares », a déclaré le ministre, soulignant le rôle du dénommé « plan vert ».

Lancé en 2008, le plan vert du Maroc est une stratégie nationale donc l’objectif principal est d’améliorer l’environnement des agriculteurs.

« [Grâce au plan vert] nous avons lancé un système d’irrigation localisé et nous espérons atteindre environ 550 000 hectares de zones irriguées d’ici à 2020. Cela permet non seulement d’économiser de l’eau mais aussi d’améliorer la production dans son ensemble », a observé le ministre, tout en ajoutant que les agriculteurs étaient formés au secteur de l’irrigation.

Par ailleurs, le plan vert a aidé a permis au ministère de cibler environ 700 000 petits agriculteurs.

« Entre 2008 et 2015, le taux de croissance moyen du PIB agricole était de 6,5 % […] nous avons assisté à un véritable essor de la production d’olives et d’agrumes, qui ont atteint les 2 millions de tonnes, ce qui représente une hausse de 65 %. »

>> Lire : L’Afrique imagine une Grande Muraille verte face au Sahara

Investissement et « terre du roi »

Interrogé sur les inquiétudes des investisseurs privés concernant le nombre important de terres agricoles détenues par le roi Mohammed VI, le ministre a répondu que ces informations étaient fausses.

« À l’origine, c’est une tradition très ancienne, même Hassan II s’intéressait à l’agriculture. Il a ouvert la voie et était un modèle pour les agriculteurs. Les agriculteurs marocains sont très fiers de voir Sa Majesté s’intéresser au secteur agricole. Le roi ne fait pas que les aider, il leur montre la voie à prendre », a insisté le ministre, soulignant le fait que de plus en plus d’investisseurs étrangers de France, d’Espagne, d’Italie et du Moyen-Orient plaçaient de l’argent dans le secteur agricole marocain.

Survivre dans le désert

Smara est une ville située dans le Sahara occidental. Avec une population d’environ 42 056 habitants, elle fait face à bon nombre d’obstacles naturels.

Le secteur de l’élevage a un rôle central, puisque la ville compte actuellement 15 000 dromadaires, 70 000 vaches, et 65 000 chèvres.

La principale difficulté est l’irrigation puisque l’eau souterraine est très rare.

A camel in the desert

Le Maroc a déjà investi massivement dans des infrastructures d’irrigation principalement grâce à la construction de sources d’eau souterraine artificielles, afin de s’assurer que tous les animaux ont de l’eau surtout en période de sécheresse.

Le ministre marocain de l’Agriculture tente de renforcer la coopération dans le secteur et de soutenir les coopératives, les associations, les ONG et la communauté locale.

Drought

Des associations d’éleveurs de dromadaires et de chèvres ont déjà été mises en place et leur objectif est la gestion centralisée du bétail et l’accès aux points d’eau.

Pêcheries

Laayoune est la plus grande ville du territoire contesté du Sahara occidental. Sa principale activité commerciale est la pêche.

Pour Aziz Akhannouch, le caractère durable des pêcheries est crucial. « Toute politique en matière de pêche ne peut pas être viable si elle n’intègre pas une gestion durable des ressources. »

>> Lire : Les pêcheurs sahraouis condamnent le traité Europe-Maroc

En 2009, le Maroc a en effet lancé une stratégie de développement des pêcheries appelée Halieutis.

Cette stratégie établit des plans de gestion pour les petites espaces pélagiques, les grands crustacés, le merlu, les crevettes, le thon rouge et l’espadon. « Halieutis nous a permis de couvrir 93 % des prises de ces espèces en 2015 », a souligné le ministre.

Laayoune port.

Actuellement, 31 usines de transformation sont installées à Laayoune, et 883 petits bateaux pêchent dans la région, ce qui montre l’importance de ce secteur pour les « petits acteurs ».

Réactions

Amar Belani, l'ambassade d’Algérie à Bruxelles a tenu a réagir aux "accusations fantaisistes prêtant à l'Algérie l'intention délibérée de déstabiliser le Maroc".

Il assure que l’eurodéputé Gilles Pargneaux est connu pour sa proximité avec les politiques du Maroc. Ses propos seraient donc à considérer avec prudence. L’ambassade rappelle par ailleurs que l’Algérie se range du côté des Nations unies, dont elle défend et applique la doctrine de décolonisation, qui est d’ailleurs en accord avec l’histoire algérienne. L’ambassade réfute catégoriquement les présomptions de radicalisation de l’Algérie et souligne son rôle dans la protection du Maghreb et de l’Europe contre les terroristes de Daesh.

Sa lettre est à lire ici.

Contexte

Coincé entre le Maroc, l'Algérie, la Mauritanie et l'océan Atlantique, le Sahara occidental est un territoire disputé de la région du Maghreb. Cette zone principalement désertique s'étend sur 266 000 kilomètres carrés et, avec une population estimée à 500 000 personnes, elle est l'une des moins habitées de la planète.

Occupé par l'Espagne à la fin du 19e siècle, le Sahara occidental a été inscrit sur la liste des territoires non autonomes de l’ONU en 1963, à la demande du Maroc.

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté sa première résolution sur le Sahara occidental en 1965. Cette résolution demandait à l'Espagne de décoloniser le territoire. Un an plus tard, une nouvelle résolution de l'assemblée votait une autre résolution, pour que l'Espagne organise un référendum d'autodétermination.

En 1975, l'Espagne a cédé le contrôle administratif du territoire à une administration commune entre la Mauritanie et le Maroc, qui convoite officiellement le Sahara occidental depuis 1957.

Une guerre a cependant éclaté entre ces pays et le mouvement de libération nationale sahraouie, le Front Polisario, qui a déclaré l'indépendance d'une République arabe sahraouie démocratique (RASD), dirigée par un gouvernement en exil en Algérie. La Mauritanie a rapidement évacué la région en 1979 et le Maroc a fini par prendre le contrôle de la plus grande partie de Sahara occidental, et notamment des villes et ressources principales.

Depuis un cessez-le-feu décrété par l'ONU en 1991, les deux tiers du Sahara occidental sont contrôlés par le Maroc. Le tiers restant est entre les mains de la RASD, appuyée par l'Algérie.

Sur la scène internationale, des pays comme les États-Unis et la Russie ont adopté une position généralement ambiguë et neutre sur la question et encouragent les parties à parvenir à une solution pacifique.

Le Maroc et le Front Polisario cherchent toujours à renforcer leurs prétentions au territoire en accumulant les reconnaissances officielles, essentiellement de la part de pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine.

Prochaines étapes

  • D'ici fin 2016 : La Cour de justice européenne devrait rendre une position finale sur l'accord commercial agricole UE-Maroc.