Les eurodéputés interdisent les pesticides sur les surfaces d’intérêt écologique

Les pesticides ne seront plus autorisés sur les surfaces d'intérêt écologique. [Aqua Mechanical/Flickr]

Le Parlement européen a adopté de peu l’interdiction d’utilisation des pesticides sur les terrains désignés d’« intérêt écologique ». Les groupes de protection de l’environnement appelle l’UE à changer le processus de décision lié à sa politique agricole.

Les forces politiques de droite n’ont pas réussi à bloquer une proposition de la Commission pour l’interdiction des pesticides sur les « surfaces d’intérêt écologique ».

La PAC prévoit que les exploitants dont les terres arables dépassent les 15 hectares doivent dédier au moins 5 % de leur terrain à l’amélioration de la biodiversité, les surfaces d’intérêt écologique. Cela inclut des mesures touchant aux bordures des champs, aux champs en jachère, aux bandes tampons et aux haies et arbres. Les autorités nationales établissent leur liste des surfaces d’intérêt écologique, en fonction d’une liste commune, ainsi que des priorités et systèmes agricoles nationaux.

Selon la législation nouvelle, les agriculteurs qui reçoivent des subventions dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC) pour améliorer la biodiversité des terrains d’intérêt écologique ne pourront plus y utiliser des pesticides.

La France a de la marge dans la réduction des pesticides

En France, l’usage des pesticides pourrait être réduit de 30% sans affecter les rendements ou la rentabilité des exploitations, révèle une étude publiée lundi 27 février dans la revue Nature Plants. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

Avant le vote final au Parlement, 363 eurodéputés avaient soutenu une résolution cherchant à éliminer la proposition d’interdiction. Il manquait 13 voix à l’initiative pour passer.

« Cette interdiction, qui semble évidente, a reçu le feu vert du Parlement européen [le 24 juin], malgré une tentative désespérée des eurodéputés de la commission parlementaire sur l’agriculture de la rejeter », s’est félicité EEB, le Bureau européen pour l’environnement, qui regroupe différentes organisations de protection de l’environnement.

« Il faut briser la mainmise de ces eurodéputés sur le processus politique. Pour commencer, on pourrait donner à d’autres commissions plus d’influence sur la PAC, surtout dans le contexte des négociations sur son avenir, qui doivent commencer d’ici la fin de l’année », ajoute Faustine Bas-Defossez, responsable des politiques pour l’organisation.

Le verdissement de la PAC fleure bon le greenwashing

La PAC ne s’est pas vraiment verdie depuis 2014. La flexibilité accordée aux États membres a même parfois entraîné une réduction des dépenses environnementales. Un article de notre partenaire le JDLE.

Les conservateurs vent debout contre la proposition

En février, la Commission européenne a présenté son intention d’interdire les pesticides sur les surfaces d’intérêt écologique. Albert Dess, eurodéputé allemand conservateur (PPE) et John Stuart Agnew, du parti britannique UKIP (ELDD), se sont immédiatement opposé au projet.

En mai, la commission parlementaire dédié à l’agriculture, dirigée par ces deux eurodéputés, a décidé de défendre l’utilisation des pesticides dans ces zones et a donc réussi à bloquer la proposition de l’exécutif.

Ils ne sont cependant pas parvenus à convaincre assez de leurs collègues lors du vote en séance plénière.

La France précurseure de la fin des pesticides dans les jardins

Une proposition de résolution européenne déposée au Sénat espère interdire les usages non agricoles des pesticides au sein de l’Union européenne, comme c’est déjà le cas en France.

Vote des partis

Le vote a eu lieu de manière anonyme, mais il semblerait que les formations de droite (PPE, CRE et ENL) se soient unies contre la proposition. Les libéraux et démocrates de l’ALDE étaient divisés, et la gauche progressiste (Verts, Gauche européenne et S&D) a soutenu l’interdiction.

Selon les informations obtenues par Euractiv auprès de sources au sein du Parlement, les socialistes italiens, espagnols et portugais n’auraient néanmoins pas suivi la ligne directrice de leur groupe.

L’argument principal des partis de droite était que la proposition de la Commission n’était pas assez « écologiquement saine » et faisait courir un risque aux cultures de protéagineux non-OGM. Un « comportement honteux », estime Marco Contiero, militant Greenpeace.

« Avec cette proposition sur l’acte délégué, la Commission met en danger la culture européenne de produits protéagineux non OGM et la stratégie européenne qui y est associée », a assuré Albert Dess, porte-parole du PPE pour la commission sur l’agriculture. « Le résultat sera que les nourritures nécessaires devront être importées d’Amérique du Sud. »

Pour Eric Andrieu, porte-parole du S&D sur l’agriculture, les arguments du PPE sont « dangereux », « peu convaincants » et ne tient pas compte de l’objectif de l’interdiction : protéger la santé des citoyens et l’environnement.

« Nous réfutons les arguments de la droite selon lesquels cette mesure porte atteinte à la production de protéagineux et de légumineuses », avait-il rétorqué. « La question de l’indépendance en protéines végétales est vitale, mais ne se réglera pas uniquement à travers les surfaces d’intérêt écologique. Il est urgent de mettre en place une vraie stratégie européenne d’indépendance végétale afin de réduire nos importations de soja destinées à l’alimentation animale et trouver des solutions pérennes qui ne nuisent pas à l’environnement. »

Les pesticides, un fardeau économique

Les pesticides pourraient coûter bien plus cher qu’ils ne rapportent, selon l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) qui s’est penché sur les « externalités négatives » de ces produits. Un article de notre partenaire le JDLE..

Réactions

Jabier Ruiz, Senior Policy Officer, Agriculture and Sustainable Food Systems at the WWF's European Policy Office said, “Banning pesticide use on a small percentage of arable land will not impact overall agricultural production and is the right thing to do to bring back some of the farmland biodiversity we have been losing over the last decades. The EU Parliament's Committee on Agriculture tried to block this improvement over the last few months, showing clearly that they lack environmental awareness, and that they cannot be entrusted with full responsibility in future debates on the Common Agricultural Policy.”

Trees Robijns, Senior EU Agriculture and Bioenergy Policy Officer at BirdLife Europe and Central Asia said, ”Even if the majority of MEPs present in the European Parliament voted in favour of pesticides, nature still won. This vote, a brazen display of vested interests over public good, shows that a big part of MEPs are not listening to the hundreds of thousands of people who have repeatedly expressed their support for nature in recent EU public consultations.”

“Thanks to democratic safeguards, nature won despite MEP apathy. This vote was supposed to be a no-brainer and its result raises huge questions about the future process of reform the CAP,” she said.