EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

26/09/2016

Irina Bokova :« la culture n’est pas un objectif, mais un moteur pour le développement »

Aide au développement

Irina Bokova :« la culture n’est pas un objectif, mais un moteur pour le développement »

Irina Bokova [Georgi Gotev]

La directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, rappelle le rôle central que peut jouer la culture dans la mobilisation internationale en faveur des futurs objectifs de développement durable (ODD), notamment face au « nettoyage culturel » mené par l’Etat islamique. 

Irina Bokova est diplomate de carrière, elle a été ministre des Affaires étrangères, et donc chargées de l’intégration européenne en Bulgarie, avant d’entrer à l’UNESCO. Elle exerce à présent son deuxième mandat de directrice générale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture.

L’UNESCO est surtout connue pour son rôle dans les domaines de la culture et de l’éducation. Cela résume-t-il son action dans le cadre du programme post-2015 pour le développement ?

Non, en effet. L’UNESCO a des responsabilités dans beaucoup de domaines du programme post-2015, et pas seulement en ce qui concerne l’éducation.

Nous n’avons jamais voulu faire de la culture un objectif en soi, mais un moteur de développement et de cohésion sociale, puisque la culture, en tant que patrimoine et créativité, s’inscrit dans le développement et l’environnement urbains. La diversité culturelle devient donc un moyen d’offrir une éducation de qualité, un des nombreux éléments des Objectifs de Développement Durable (ODD.

Quand les ODD seront adoptés [en décembre 2015], j’espère que la déclaration politique mentionnera qu’il ne suffit pas de fixer les objectifs, mais qu’il est également important d’être clair quant aux moyens d’atteindre ces objectifs, et que la culture est l’un des instruments les plus efficaces de mobilisation des différentes communautés. Si l’être humain est au centre du programme post-2015, il est évident que la culture devrait jouer un rôle majeur dans ce programme.

Pensez-vous que la culture soit un des domaines prioritaires dans lequel la communauté internationale compte agir pour assurer un développement durable après 2015 ?

Je ne sais pas si la communauté internationale est convaincue de l’importance de la culture, mais l’État islamique (EI) en est clairement conscient. La façon dont l’EI détruit la culture humaine, effaçant la mémoire collective des peuples et réduisant le patrimoine culturel commun de l’humanité en est un signe évident. Il doit être difficile pour l’UNESCO de s’opposer à ce comportement barbare alors que la communauté internationale a perdu son appétit pour les actions militaires après les guerres en Afghanistan et en Irak.

Ce qui se passe en Syrie et en Irak est sans aucun doute une tragédie pour l’ensemble de l’humanité. Nous n’avons pas été témoins d’une destruction si systématique d’un patrimoine culturel, qui fait également partie du patrimoine mondial, depuis des décennies. Comme nous le savons, la Mésopotamie, le Moyen Orient, est le berceau de la civilisation humaine. C’est là qu’est apparu le premier alphabet et bien d’autres réussites de l’humanité, et notamment l’idée de diversité culturelle. Ces extrémistes persécutent les minorités, détruisent les monuments historiques. Ils financent leurs activités grâce aux trafics illégaux. J’appelle ça le « nettoyage culturel ». Le fait que cette expression ait été adoptée et que la dernière résolution du Conseil de sécurité de l’ONU ait rejeté l’idéologie du nettoyage culturel montre l’importance de la culture et de l’histoire.

Il est en effet difficile de se battre contre ce phénomène, mais le fait qu’il n’y ait jamais eu une telle volonté de préserver le patrimoine culturel nous donne du courage. Nous savons bien à quel point c’est important pour la résolution du conflit et pour que les communautés individuelles puissent d’élever contre cette idéologie.

À l’heure actuelle, nous tentons, tout en étant très conscients des responsabilités de l’UNESCO, de brouiller les canaux des trafiquants, de bloquer le financement des extrémistes, qui provient du commerce illégal de drogue, d’armes et de pétrole. C’est ce que nous faisons en ce moment avec Interpol, l’Organisation mondiale des douanes et l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime. Les nouvelles informations que nous recevons sont encourageantes. Récemment, nous avons tenu une réunion avec des experts du Département d’État [américain] et de grands musées, comme le Pergamon ou le Louvre. J’ai félicité notre partenaire, le Conseil international des musées, à l’occasion du lancement de la liste rouge d’urgence des antiquités iraquiennes en péril, publiée en 2003 et récemment actualisée. La publication de la Liste rouge des biens culturels syriens, il y a deux ans, a aussi eu des conséquences positives.

Pourriez-vous expliquer ce que fait l’UNESCO pour influencer les objectifs de développement durable (ODD), qui remplaceront fin 2015 les objectifs du Millénaire pour le développement ?

Premièrement, nous avons eu, avec les directeurs d’autres agences de l’ONU ( Groupe des Nations unies pour le développement, Programme des Nations unies pour l’environnement et Comité de haut niveau sur les programmes) des discussions sur la pertinence du système des Nations unies. Il s’agit par exemple de la manière dont le programme post-2015 doit être lié à la COP 21, au changement climatique et au résultat de la conférence de Paris. Nous espérons qu’un accord fort découlera de cette conférence.

Ensuite, nous avons parlé du financement du développement, qui inclut l’augmentation des dépenses nationales, mais également la promotion du développement grâce aux politiques nationales de politique fiscale et budgétaire et à la participation du secteur privé.

Le rôle des agences spécialisées [de l’ONU, dont fait partie l’UNESCO] constitue un autre enjeu majeur. J’estime que leur rôle doit se renforcer dans le programme post-2015 parce que ces agences intergouvernementales sont étroitement liées aux politiques nationales et œuvrent pour un réel changement des politiques publiques, mais que, d’un autre côté, elles sont universelles, tout comme les ODD. Les agences des Nations unies établissent les normes, œuvrent en amont, construisent des capacités et ont un caractère universel. Il n’y a donc aucun doute que leur rôle doit gagner en importance.

La vraie question est de savoir si l’ONU y est préparée. Il s’agit donc de la réforme de l’ONU. En tant que présidente du Comité de haut niveau sur la gestion, je peux vous assurer que l’organisation mondiale est engagée dans une discussion très sérieuse sur le concept d’« unité dans l’action » et sur la façon d’établir une nouvelle génération d’actions communes. Nous ne pouvons plus faire comme si de rien n’était, nous devons modifier de fond en comble notre manière de fonctionner.

Deuxièmement, il y a la question du personnel de l’ONU, des nouvelles compétences et de la manière dont nous interagissons, notamment au sein de nos propres institutions. Il y a aussi celle de la révolution des données, parce qu’il est simplement impossible de prendre des mesures politiques non fondées sur une analyse très attentive.

Troisièmement, il faut se pencher sur la mesure et les indicateurs réels des ODD. Il s’agit de s’assurer que l’ONU tiendra ses promesses en ce qui concerne le programme post-2015, parce que la barre est placée très haut par l’organisation, et celle-ci porte des responsabilités énormes.

Ce 5 juin, vous êtes à Bruxelles. Qu’est-ce qui vous amène ici ?

J’ai participé à une conférence sur un projet commun de l’UNESCO et de la Commission européenne lié à la convention [de l’UNESCO] sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, en lien avec la problématique des industries culturelles. L’UE et l’UNESCO ont créé ensemble une capacité nationale permettant d’appliquer cette convention. Dans certains pays, nous avons aidé les autorités à élaborer leurs propres politiques culturelles, dans d’autres nous avons aidé les industries culturelles créatives. C’est un projet qui devrait se poursuivre.

J’ai également rencontré le commissaire au développement, Neven Mimica, et Silvia Costa, présidente de la commission parlementaire sur la culture et l’éducation. J’ai aussi eu l’honneur d’être reçue par la Reine Mathilde de Belgique, qui est très intéressée par le travail de l’UNESCO dans les domaines de l’éducation et de la conservation du patrimoine culturel. Silvia Costa m’a invitée à participer à une discussion sur la manière dont le Parlement européen pourrait nous aider plus efficacement pour la préservation des valeurs culturelles en septembre. Nous avons un dialogue politique très dynamique avec l’UE. Avec le commissaire [à l’éducation, à la culture, à la jeunesse et aux sports] Tibor Navracsics, nous avons récemment discuté d’éducation, en particulier dans le contexte des ODD.

Vous avez parlé de la nécessité de réformer les Nations unies. Je ne peux pas m’empêcher de penser que vous seriez une candidate de choix pour succéder à Ban Ki-moon, dont le deuxième mandat expire le 31 décembre 2016. Même le magazine Paris Match a évoqué cette possibilité récemment. Êtes-vous déjà en campagne ?

Je suis entièrement consacrée à mon travail à l’UNESCO, parce que nous avons de lourdes responsabilités pour cette année cruciale qu’est 2015. Bien sûr, je soutiens autant que possible le rôle de meneur du secrétaire général dans ce domaine. Nous travaillons également en étroite collaboration avec le gouvernement français pour que la conférence de Paris, la COP 21 soit réussie. Je suis bien évidemment très fière et flattée de la décision du gouvernement bulgare de proposer mon nom pour le poste de secrétaire général de l’ONU. Comme l’ont répété le Premier ministre [Boyko Borissov] et le président [Rossen Plevneliev], c’est un objectif de notre pays, mais pour l’instant je me concentre entièrement sur mon travail en tant que directrice générale de l’UNESCO et présidente de Comité de haut niveau sur la gestion.