EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/09/2016

Contre le réchauffement climatique, la Bolivie appelle à détruire le capitalisme

Aide au développement

Contre le réchauffement climatique, la Bolivie appelle à détruire le capitalisme

Le président de la Bolivie, Evo Morales, défend le principe de justice climatique dans sa contribution à la COP 21

[Flickr/Alain Bachellier]

La contribution nationale de la Bolivie en vue de la COP 21 classe le changement climatique dans les échecs de l’économie capitaliste, auquel le pays appelle à mettre fin. 

Bannir le capitalisme, le consumérisme, le mercantilisme pour un nouveau modèle de civilisation. La proposition émane du gouvernement bolivien, qui a remis avec un peu de retard sa contribution nationale en vue de la COP 21.

122 pays ont déjà fait part de leurs engagements pour l’accord international à Paris visant à maintenir le réchauffement climatique dans la limite des 2°C par rapport à l’ère préindustrielle.

Réduction des émissions de Co2, financement pour l’adaptation et l’atténuation du changement climatique, transfert de technologies, les solutions proposées par les pays pour lutter contre le changement climatique en vue de la COP 21 sont nombreuses.

Pistes alternatives

Mais le pays dirigé par Evo Morales a profité du sommet alternatif contre le changement climatique qui s’est tenu en Bolivie le 10 octobre pour lancer des pistes de lutte alternatives.

Le pays, qui a déjà inscrit le respect de la Terre Mère dans sa constitution tient pour principal responsable de la crise climatique actuelle « l’échec du système capitaliste ». « Pour résoudre la crise climatique, nous devons détruire le capitalisme », affirme la contribution.

Les propositions boliviennes ne se résument par à la dénonciation du capitalisme, mais s’articulent autour de 10 solutions structurelles, parmi lesquelles figurent également la reconnaissance des droits de la « Madre Tierra », la reconnaissance au niveau des gouvernements nationaux du droit à l’eau ou encore l’abandon des brevets des technologies.

Autre proposition centrale, la création d’un tribunal international de la justice climatique et de la Terre Mère, qui serait chargé de trancher les crimes climatiques au niveau international.

Justice climatique internationale

L’idée d’une justice climatique internationale n’est pas nouvelle en Bolivie. Dès 2009, Evo Morales avait a appelé à sa mise en place, lors de la conférence de Copenhague. Pour l’heure, aucun tribunal international ne possède les compétences pour juger les crimes climatiques. Résultat, la justice climatique est souvent rendue à l’échelon national, où les lois diffèrent fortement d’un pays à un autre.

>>Lire: L’Inde surprend avec une contribution COP21 ambitieuse sur les renouvelables

Cette idée de justice climatique se retrouve également dans le concept de réparation des émissions de gaz à effet de serre entre les pays membres des Nations unies. En partant d’un objectif de maintien du réchauffement climatique sous la barre des 1,5°C, la Bolivie a estimé le volume d’émissions possibles. Elle l’a réparti entre les pays développés et ceux en développement, en se basant sur un indice de justice climatique, défini en fonction du niveau de développement du pays, de sa responsabilité dans le réchauffement, de ses capacités technologies et de son empreinte écologique.

Inversion des droits à polluer

L’utilisation de cet indice climatique permettrait une répartition équitable des droits à polluer restant sur terre entre pays développés, responsables du réchauffement climatique, et les pays en développement qui en sont les premières victimes.

Selon les calculs opérés par la Bolivie, le nouveau cadre international devrait prévoir 11% des émissions pour les pays développés et 89% pour ceux en voie de développement.

Pour l’heure, la population des pays développés représente environ 20% de la population mondiale. Mais ces pays (États-Unis, France, Japon, Allemgne, etc) émettent 4 fois plus de gaz à effet de serre par habitant que les pays en développement. 

Contexte

Les négociations mondiales sur le climat se déroulent dans le cadre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Le mandat actuel (donné à Durban en 2011) a entraîné deux voies de négociations : une première voie vise l’obtention d’un accord mondial d’ici à 2015 qui entrera en vigueur en 2020, une seconde voie a pour objectif d’intensifier les efforts en faveur du climat jusqu’en 2020. Outre ces deux voies, la mise en œuvre des décisions prises précédemment reste cruciale, qu’il s’agisse de questions de financement, d’adaptation, de technologie ou encore de transparence et de suivi de la politique nationale relative au climat.

Du point de vue politique, l’obtention du nouvel accord mondial d’ici à 2015 est la principale préoccupation. Cet accord devra impliquer des efforts de la part de tous les pays. La conférence sur le climat qui doit entériner l’accord est la 21e Conférence des Parties de la CCNUCC, qui se tiendra à Paris en décembre 2015.

Plus d'information