EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

01/10/2016

Le corps médical européen entame sa première mission en Angola

Aide au développement

Le corps médical européen entame sa première mission en Angola

Membres luxembourgeois du corps médical européen au départ.

DG ECHO

L’UE a envoyé son nouveau corps médical européen en Angola pour sa première mission : une épidémie de fièvre jaune.

Depuis le premier cas recensé à Luanda, la capitale de l’Angola, en décembre 2015, 260 des 2 000 personnes atteintes de fièvre jaune en sont mortes. L’équipe européenne envoyée en Angola est composée de spécialistes allemands, belges et portugais.

« Nous avons tiré les leçons de la crise Ebola », a déclaré Christos Stylianides, commissaire européen à l’aide humanitaire et à la gestion des crises. « Nous [avons déployé] une première équipe de spécialistes de la santé publique dans le cadre du corps médical européen. Ces spécialistes se joindront aux efforts du gouvernement angolais et coopérerons étroitement avec l’Organisation mondiale de la santé et d’autres partenaires internationaux sur le terrain, afin de contrôler l’épidémie de fièvre jaune. Ensemble, nous parviendrons à mieux comprendre la maladie et à l’arrêter plus rapidement. »

Endiguer les épidémies

Leur mission, qui durera initialement deux semaines, est d’enquêter que les caractéristiques épidémiologiques de l’épidémie, d’évaluer le risque de propagation, notamment hors du pays, d’examiner les implications pour les voyageurs européens et d’assister les médecins locaux. La fièvre jaune angolaise semble en effet déjà avoir atteint la Chine, le Kenya, la Congo RDC et la Mauritanie.

Les symptômes initiaux sont des maux de dos et des douleurs musculaires, de la fièvre, des maux de tête et des tremblements. La maladie est transmise par les moustiques. Il s’agit d’une maladie hémorragique virale aiguë contre laquelle il existe un vaccin, mais pas de traitement.

>> Lire : L’UE met en place un corps médical après les épidémies d’Ebola et de Zika

Des épidémies se sont déjà déclarées en Angola en 1971 et en 1988. On conseille aux voyageurs qui se rendent dans presque tous les pays d’Afrique subsaharienne de se faire vacciner. À ce jour, 6 millions d’Angolais ont été vaccinés, selon l’OMS, soit un quart de la population du pays.

Il faut six mois pour produire les vaccins contre la fièvre jaune. Un délai dangereux, selon des médecins américains qui avertissent d’un risque de contamination planétaire dans le Journal de l’Association médicale américaine.

Gestion des urgence médicales

Le corps médical européen a été fondé en février 2016 pour gérer les urgences médicales, en réaction à l’épidémie d’Ebola qui a tué quelque 11 000 personnes en Afrique occidentale en 2014 et 2015.

Cet organe fait partie de la capacité de réaction d’urgence du mécanisme de protection civile européen. Il se compose de neuf équipes prêtes au déploiement issues d’Allemagne, de Belgique, d’Espagne, de Finlande, de France, du Luxembourg, des Pays-Bas, de République tchèque et de Suède.