EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

24/08/2016

L’Autriche va diminuer son aide au développement de 20 %

Aide au développement

L’Autriche va diminuer son aide au développement de 20 %

Austrian Foreign Minister Sebastian Kurz. [The Council of the European Union]

L’Autriche compte réduire sa part de budget consacrée au développement, ce qui irrite les ONG. Un article d’EurActiv Allemagne.

L’heure est à l’austérité en matière d’aides au développement en Autriche. Michael Spindelegger, le ministre des Finances, a annoncé le 29 avril que seulement 65,4 millions d’euros seraient consacrés à l’aide au développement et en cas de catastrophe à l’étranger pour la période de 2014 à 2015.

Cette année, l’Autriche consacre 82 millions d’euros en aide au développement .Les coupes budgétaires en Europe auront un impact sur les missions de maintien de la paix en cours au Congo, au Darfour, en Haïti, au Liberia, en Somalie, au Soudan, et au Moyen-Orient.

Le ministère des Affaires étrangères, responsable de la coopération au développement, est extrêmement déçu par l’annonce de Michael Spindelegger.

« Les fonds pour 2014 ont été sécurisés, mais nous devons toujours lutter pour faire en sorte que le plan définitif n’inclue pas les réductions [budgétaires] », a précisé un porte-parole du ministère à l’agence de presse autrichienne APA.

Pour Tanja Windbüchler du parti vert autrichien, Sebastian Kurz, le ministre des Affaires étrangères, ne respecte pas sa parole. Elle a ajouté que le ministre venant du parti conservateur ÖVP, avait promis de « ne pas diminuer les ressources consacrées au soutien direct des plus des pauvres parmi les pauvres ».

Les organisations de développement se montrent également critiques. Annelies Vilim, la directrice générale de l’association-cadre AG Globale Verantwortung, estime que de nombreux programmes sont ainsi compromis.

Les nouvelles données budgétaires entrent en contradiction avec les mesures contenues dans le programme gouvernemental, qui est censé répondre à un nombre croissant de crises humanitaires. Mais les « répartitions pour l’aide en cas de catastrophe sont au plus bas », a ajouté Annelies Vilim.

En critiquant les décisions gouvernementales, Michael Spindelegger jette publiquement le discrédit sur les membres de son parti et sur son homologue Sabastian Kurz.

Amanda Platzer, la directrice générale de l’ONG World Vision, a également qualifié le plan d’économie du gouvernement d’un « triste » aveu d’échec. Alors que l’Autriche présente le deuxième meilleur ratio européen en ce qui concerne le PIB par habitant, faire des économies sur le dos des pauvres révèle un manque flagrant d’imagination, a-t-elle déclaré.

« Nous pouvons seulement condamner ce type de comportement. L’Autriche ne tente même pas de remplir ses engagements sur le plan international », a souligné Amanda Platzer.

L’Autriche « fait honte à la communauté internationale »

En matière d’aide humanitaire, l’Autriche « fait honte à la communauté internationale » a déclaré pour sa part Annelies Vilim.Johanna Mang, de la filiale autrichienne de l’organisation Lumière pour le monde, se préoccupe de la réputation autrichienne.

« Dans le nouveau programme gouvernemental, l’Autriche a promis d’augmenter au fur et à mesure les fonds consacrés à la coopération au développement et à l’aide humanitaire pour respecter leurs engagements internationaux de 0,7 % du PNB. Maintenant, ce budget, déjà peu élevé et qui a été réduit au cours des dernières années, sera encore escamoté d’un quart », a-t-elle expliqué.

Il s’agit à ses yeux d’un « aveu de faiblesse » de la part du gouvernement autrichien.

Avec 0,27 % du BNP consacré à l’aide au développement, l’Autriche est encore très loin d’atteindre l’objectif de 0,7 %. Par ailleurs, la moyenne de l’UE se situe à 0,42 %.La part de budget consacré au développement par l’Allemagne s’élève à 0,37 %. Seuls la Suède, le Luxembourg, le Danemark et le Royaume-Uni ont dépassé la barre des 0,7 %.

Le nouveau plan budgétaire, comprenant une planification pluriannuelle des dépenses, est à l’origine des réductions formulées par le gouvernement autrichien.

En raison de ce plan, le ministère des Affaires étrangères ne pourra dépenser que 399,1 millions d’euros l’année prochaine, alors que le montant alloué cette année s’élève à 409,5 millions d’euros.

L’Autriche compte atteindre un « déficit structurel nul » en 2016. Le parcours pour atteindre cet objectif sera toutefois semé d’embûches créées par exemple par la nationalisation de la banque Hypo Alpe Adria en 2009. 

Contexte

En 2005, les États membres de l'UE se sont engagés à accroître l'aide publique au développement (APD) de 0,7 % de leur revenu national brut (RNB) d'ici 2015 et ont inclus un objectif intermédiaire de 0,56 % du ratio APD/RNB d'ici 2010.

Ses engagements se fondaient sur des objectifs nationaux de 0,7 % APD/RNB pour l’UE15 et de 0,33 % pour les 12 États membres qui ont rejoint l'UE en 2004 et 2007, selon la Commission européenne.

Les États membres de l'UE qui avaient déjà atteint ou dépassé 0,7 % de leur APD/RNB ont promis de continuer à poursuivre leurs efforts. Les chefs d'État et de gouvernement de l'UE ont réaffirmé leurs engagements d'atteindre l'objectif de 0,7 % d'ici 2015 lors du Conseil européen des 7 et 8 février 2013.