EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

26/09/2016

La FAO juge la déforestation inutile pour nourrir l’humanité

Aide au développement

La FAO juge la déforestation inutile pour nourrir l’humanité

La déforestation dans les zones tropicales et subtropicales est surtout imputable à l’agriculture commerciale à grande échelle

[Shutterstock/Anna Moskvina]

L’expansion des zones agricoles, qui se fait souvent au détriment des forêts, n’est  pas le meilleur moyen d’assurer la sécurité alimentaire, selon un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Un article de notre partenaire le JDLE.

«Il n’est pas nécessaire d’abattre des forêts pour produire plus de nourriture.» Voilà résumé le message de la FAO, qui publie ce 18 juillet un rapport consacré à la situation des forêts du monde en 2016, axé sur ‘Forêts et agriculture: défis et possibilités concernant l’utilisation des terres’.

Car les cultures alimentaires ont un appétit insatiable: entre 2000 et 2010, 7 millions d’hectares de forêts ont disparu chaque année dans les pays tropicaux, les terres agricoles augmentant de 6 millions d’hectares dans le même temps.

Pourtant, les forêts sont des outils efficaces pour remplir les objectifs de développement durable (ODD) adoptés en septembre 2015 au Sommet des Nations unies sur le développement durable. Notamment pour diminuer la prévalence de la sous-alimentation et le nombre de personnes sous-alimentées, mais aussi améliorer la protection et la restauration des écosystèmes aquatiques ou l’accès à une énergie durable, et lutter contre les changements climatiques.

Sécurité alimentaire

«On peut parvenir à une sécurité alimentaire grâce à l’intensification agricole et à d’autres mesures telles que la protection sociale plutôt qu’à travers l’expansion des zones agricoles qui se ferait au dépens des forêts», a estimé Eva Müller, la directrice de la division de la FAO chargée des politiques et des ressources forestières.

Car couper une forêt, c’est se priver d’un écosystème précieux, avec notamment le cycle de l’eau, la conservation de l’eau, le piégeage du carbone, ou des mécanismes naturels de lutte contre les ravageurs. Sans compter que les forêts ont une incidence sur les climats locaux et protègent les habitats des pollinisateurs, ainsi que d’autres espèces.

40% pour l’agriculture commerciale

C’est dans les pays à faible revenu, dont les populations rurales sont en augmentation, que la tendance à la conversion des forêts est la plus forte. Une tendance constante à travers les siècles, et qui s’est souvent soldée par une reconstitution naturelle des forêts.

Mais actuellement, note la FAO, la déforestation dans les zones tropicales et subtropicales est surtout imputable à l’agriculture commerciale à grande échelle (40%) suivie de l’agriculture de subsistance locale (33%), aux infrastructures (10%), à l’expansion urbaine (10%) et à l’extraction minière (10%), «avec cependant, des variations importantes selon les régions».

La production agricole commerciale, à grande échelle et axée vers l’exportation, peut effectivement générer certains avantages économiques et améliorer la sécurité alimentaire mondiale, note la FAO. Mais il se peut qu’elle ne contribue que peu à la production alimentaire au niveau local ou national. En Afrique, c’est la petite agriculture qui est le principal moteur de la déforestation, où de nombreux ménages pauvres adoptent des stratégies agricoles et de création de revenus peu risquées et à faible rendement. Par contre, l’agriculture commerciale à grande échelle est à l’origine de seulement un tiers de la déforestation en Afrique.

Forêts de plantation

Des situations contrastées qui sont fonction de la croissance démographique et de la modification des habitudes alimentaires, des changements d’ordre agricole (comme l’évolution des marchés), des améliorations technologiques et des interventions politiques actives et enfin, de la sécurité des régimes fonciers et de la gouvernance des changements d’utilisation des terres. Il faut noter que les pertes de superficies forestières (pour l’essentiel constituées de forêts naturelles) ont été en partie compensées, entre 2010 et 2015, par une expansion naturelle des forêts, souvent sur des terres agricoles abandonnées (2,2 Mha/an), et aussi par la plantation de forêts (3,1 Mha/an).

La FAO s’est intéressée à la façon dont 35 pays du globe traitent les changements d’utilisation des terres (passage d’une utilisation forestière à une utilisation agricole, ou inversement).

Une moitié seulement y font explicitement référence dans leurs principaux documents d’orientation. «Une analyse des cadres juridiques a montré qu’il était important de reconnaître formellement les droits traditionnels reposant sur les droits fonciers coutumiers, en particulier pour les personnes vulnérables et tributaires des forêts», recommande l’Organisation.

D’autant que la représentativité des acteurs peut laisser à désirer, délégitimant les politiques nationales. «Le cadre institutionnel devrait être constitué d’organisations de la société civile et du secteur privé ainsi que d’instances publiques», conseille sobrement la FAO, qui encourage les systèmes de certification volontaire et les engagements en faveur de la déforestation zéro. «Les gouvernements doivent assurer aux communautés locales la sécurité des droits fonciers et des droits forestiers. L’agriculteur est le mieux placé pour savoir comment gérer ses propres ressources, mais souvent il ne dispose pas des instruments juridiques pour le faire», fait valoir Eva Müller.

logo-jdle.gif