EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/08/2016

Le budget européen de l’aide internationale bondit de 35 % en 2016

Aide au développement

Le budget européen de l’aide internationale bondit de 35 % en 2016

Christos Stylianides, commissaire européen à l’aide humanitaire et à la gestion des crises.

Crise des réfugiés oblige, le budget européen consacré à l’aide internationale augmente sur 2016. Les ONG craignent que cet effort n’ait un impact négatif sur le budget 2017.

L’aide au développement et l’aide humanitaire européennes vont augmenter de manière drastique en 2016. Un effort qui se traduit par une hausse de 35 % des crédits de paiement du budget « Europe dans le monde » pour l’année 2016. 

Tout n’était pas gagné pour le budget européen. Dans sa proposition initiale en mai 2015, la Commission européenne avait proposé un budget européen en matière de développement et d’aide humanitaire constant par rapport à 2015. Dans la foulée, le Conseil avait même tenté d’introduire une coupe de 500 millions d’euros.

Cirse de réfugiés

Mais l’accélération de la crise des réfugiés a inversé la tendance, et les négociations budgétaires ont finalement abouti fin novembre à un budget en hausse de 35 % pour les crédits de paiement (10,15 milliards d’euros) et de 5,2 % pour les crédits d’engagement (9,16 milliards d’euros).

« C’est du jamais vu, nous avons une hausse de ce budget pour la première fois depuis des années », affirme Hilary Jeune d’Oxfam. En effet, le budget européen final ne va généralement jamais au-delà de la proposition initiale de la Commission européenne. Les discussions budgétaires se résumant souvent à un bras de fer entre les États membres qui tentent de réduire le budget, et la Commission et le Parlement qui bataillent pour le maintenir.

>>Lire : La crise migratoire désarçonne l’aide internationale

« L’année prochaine, nous aurons un budget record, à cause des besoins extrêmement élevés. L’UE continuera à jouer son rôle pour répondre aux besoins des plus vulnérables et peut être fière de rester parmi les plus grands donateurs d’aide humanitaire du monde en 2016. J’appelle cependant les autres donateurs à augmenter leurs engagements. De la crise des réfugiés aux catastrophes naturelles, le monde a besoin d’une réponse plus forte », a déclaré Christos Stylianides, commissaire européen à l’aide humanitaire et à la gestion des crises.

Aide humanitaire

L’aide humanitaire a particulièrement bénéficié de cette mobilisation, avec une dotation d’1,1 milliard d’euros pour 2016, soit une hausse de 16 % par rapport à 2015.

>>Lire : La fonte du budget européen frappe de plein fouet l’aide au développement

Focalisée sur la crise des réfugiés en Syrie, au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Iraq et dans les pays des Balkans, l’aide humanitaire devra aussi répondre aux besoins dans les zones de conflit comme le Soudan du Sud ou l’Ukraine.

Au cours de 2016, le budget de l’aide humanitaire pourrait par ailleurs bénéficier d’une nouvelle hausse grâce à des transferts ciblés., selon la Commission.

« Étant donné les crises humanitaires sans précédent , il était grand temps que l’UE augmente ses fonds pour le développement, mais cette mesure ne durera sans doute pas longtemps. Cet argent doit donc impérativement être dépensé intelligemment et sans hésitation dans la lutte contre la pauvreté » a affirmé Natalia Alonso, responsable des campagnes de la mobilisation pour Oxfam International

De l’argent fantôme ?

Car si la mobilisation de l’UE pour 2016 semble acquise, la provenance de ces rallonges budgétaires inquiète les représentants de la société civile.

« La principale question en suspens est de savoir d’où va provenir l’argent. La Commission prend de plus en plus d’engagements, mais sans donner de précisions sur l’origine des fonds », craint Hilary Jeune.

Pour honorer les promesses budgétaires, la Commission pourrait alors répercuter l’effort sur 2017. « Je suis préoccupée par le budget 2017, qui pourrait souffrir des multiples engagements pour 2016 » précise Hilary Jeune.

>>Lire : Bruxelles déplore la baisse de l’aide au développement dans certains pays

Autre incertitude, les promesses de la Commission se sont multipliées pour répondre à l’urgence migratoire : un fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne pour l’Afrique doté de 1,8 milliard d’euros issus du budget de l’UE mais aussi les 3 milliards d’euros promis à la Turquie pour faire face à la crise des réfugiés.

>>Lire : L’UE et la Turquie trouvent un accord sur la crise des réfugiés

Des engagements que les États membres doivent soutenir au travers de contributions nationales qui se font attendre.

« Pour l’aide à la Turquie, la Commission a augmenté sa contribution de 500 millions d’euros à 1 milliard. Mais devra-t-elle faire davantage si les États membres ne mettent pas leur part ? C’est la question » conclu Hilary Jeune.

Contexte

L'Union européenne est le principal donateur au monde en aide humanitaire et en aide au développement. Mais face aux contraintes budgétaires auxquelles sont confrontés les Etats membre, ces derniers tentent de réduire leur contribution annuelle au budget de l’UE, quitte à sabrer dans certains programmes prioritaires, tels que la politique de cohésion, Erasmus ou encore l’aide humanitaires et l’aide au développement. 

La crise des réfugiés qui touche de plein fouet l'Europe depuis 2015 a cependant forcé l'UE a donner la priorité au budget développement et aide humanitaire pour 2016.